Convoi de trac­teurs contre la hausse de taxes foncières

La Terre de chez nous - - ACTUALITÉ | FAIT DIVERS - JU­LIE MER­CIER ju­mer­[email protected]­terre.ca

Aux prises avec des aug­men­ta­tions de taxes foncières pou­vant at­teindre 25 000 $, des agri­cul­teurs de Comp­ton, en Es­trie, ont ma­ni­fes­té leur mé­con­ten­te­ment en se dé­pla­çant à une séance d’in­for­ma­tion mu­ni­ci­pale à bord d’une ving­taine de trac­teurs, le 25 avril.

Ils vou­laient ain­si dé­non­cer la hausse de 13 % du bud­get de leur mu­ni­ci­pa­li­té « as­su­mée uni­que­ment par les pro­duc­teurs, af­firme Michel Gau­dreau, de l’en­tre­prise Les Mois­sons Do­rées. On n’est pas une grosse gang et ça ne passe pas pan­toute! » Chez lui, la fac­ture a bon­di d’en­vi­ron 2 000 $. « Pour les plus gros pro­duc­teurs, l’aug­men­ta­tion atteint 20 000 à 25 000 $ », pré­cise-t-il. Les agri­cul­teurs ré­clament un taux de taxa­tion dis­tinct pour mieux ré­par­tir le far­deau fis­cal de leur mu­ni­ci­pa­li­té.

Le maire de Comp­ton, Ber­nard Va­nasse, confirme à La Terre que sa mu­ni­ci­pa­li­té en­gran­ge­ra quelque 500 000 $ sup­plé­men­taires de re­ve­nus fon­ciers agri­coles en 2019. « On n’a pas chan­gé le taux de taxa­tion. La hausse pro­vient de l’aug­men­ta­tion de la va­leur des terres et de la construc­tion de nou­veaux bâ­ti­ments agri­coles. » Il fait va­loir que le sec­teur agri­cole compte pour plus de la moi­tié du foncier de la mu­ni­ci­pa­li­té, qui re­cense 3 000 ha­bi­tants. Le maire Va­nasse as­sure qu’un co­mi­té re­grou­pant pro­duc­teurs et ci­toyens se­ra mis sur pied « pour trou­ver un juste mi­lieu » dans le dos­sier de la fiscalité fon­cière.

Pro­vince

Les agri­cul­teurs de Comp­ton ne sont pas les seuls à dé­non­cer l’aug­men­ta­tion de leurs comptes de taxes. Un peu par­tout en pro­vince, le dé­voi­le­ment des nou­veaux rôles d’éva­lua­tion a sus­ci­té la co­lère des pro­prié­taires ter­riens. De­puis plu­sieurs an­nées, la hausse de la va­leur des terres et l’ex­plo­sion des coûts du Pro­gramme de cré­dit de taxes foncières agri­coles (PCTFA) pré­oc­cupent. L’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) es­time d’ailleurs que la va­leur moyenne des terres en culture a plus que tri­plé au cours des 10 der­nières an­nées. L’or­ga­ni­sa­tion de­mande au gou­ver­ne­ment de pla­fon­ner la va­leur des terres aux fins de taxa­tion et de mettre en place un taux dis­tinct. En 2017, seule­ment 57 mu­ni­ci­pa­li­tés sur les 1 000 qui pos­sèdent des im­meubles agri­coles sur leur ter­ri­toire ont ap­pli­qué un taux dis­tinct, sou­ligne l’Union. En at­tente d’une solution du­rable, l’UPA ré­clame un gel immédiat des taxes foncières agri­coles.

À bord d’une ving­taine de trac­teurs, des agri­cul­teurs ont ma­ni­fes­té contre la hausse de taxes foncières dans leur mu­ni­ci­pa­li­té de Comp­ton, en Es­trie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.