Dé­ploie­ment d’in­ter­net en ré­gion

La Tribune - - LA UNE - JEAN-FRAN­ÇOIS GA­GNON jean-francois.ga­[email protected]

Bé­lan­ger dé­ter­mi­né à réus­sir là où les autres gou­ver­ne­ments ont échoué

MAGOG — La com­pa­gnie Bell oc­cupe une place de choix dans le do­maine des té­lé­com­mu­ni­ca­tions au Qué­bec. Sou­hai­tant ré­gler une fois pour toutes le dos­sier de l’ac­cès à in­ter­net haute vi­tesse en ré­gion, la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ) es­père qu’elle pour­ra comp­ter sur la col­la­bo­ra­tion de cet im­por­tant joueur dans le cadre de ses ef­forts liés au dé­ploie­ment de ce ser­vice de­ve­nu es­sen­tiel pour plu­sieurs.

Homme d’ac­tion is­su du sec­teur des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion, le député d’Or­ford, Gilles Bé­lan­ger, dé­sire que la CAQ réus­sisse là où d’autres ont échoué en ré­glant en­fin le dos­sier de l’ac­cès à l’in­ter­net haute vi­tesse à tra­vers tout le Qué­bec. Il sait que la par­tie est loin d’être ga­gnée, mais il es­time que la CAQ mise sur une stra­té­gie por­teuse dans ce do­maine.

M. Bé­lan­ger a été nom­mé res­pon­sable du dos­sier in­ter­net en sou­tien au mi­nistre de l’Éco­no­mie et de l’In­no­va­tion, Pierre Fitz­gib­bon. Il a bien ana­ly­sé le dos­sier et en a conclu que l’ac­cès aux in­fra­struc­tures de sou­tè­ne­ment, soit les po­teaux, consti­tue un en­jeu de tout pre­mier ordre lors­qu’on parle du dé­ploie­ment d’in­ter­net haute vi­tesse dans les ré­gions.

Lors­qu’il est ques­tion d’in­fra­struc­tures de sou­tè­ne­ment dans le sec­teur des té­lé­com­mu­ni­ca­tions au Qué­bec, un nom est in­con­tour­nable: Bell. La com­pa­gnie pos­sède des po­teaux sur une très large pro­por­tion du ter­ri­toire et les four­nis­seurs de ser­vices doivent sou­vent s’en­tendre avec elle avant de réa­li­ser un ou des pro­jets dans un sec­teur don­né.

« Lors de notre ré­cente an­nonce par rap­port à l’in­ter­net haute vi­tesse, Bell s’est mon­trée en­thou­siaste en par­lant de notre nou­veau pro­gramme. Il va main­te­nant fal­loir qu’elle col­la­bore. On sait qu’elle a un avan­tage concur­ren­tiel et on s’at­tend à ce qu’au­cune ré­gion ne soit prise en otage. In­ter­net est un ser­vice es­sen­tiel », fait va­loir Gilles Bé­lan­ger.

En outre, M. Bé­lan­ger ex­plique qu’un four­nis­seur de ser­vices dé­si­reux d’ac­cro­cher des fils sur des po­teaux ap­par­te­nant à Bell doit pro­duire des plans et de­vis pour en­suite les pré­sen­ter à cette com­pa­gnie.

« Le pro­prié­taire des po­teaux a un dé­lai pour ré­pondre à la de­mande. En fait, pour gar­der le con­trôle d’une ré­gion, une com­pa­gnie a cer­tains moyens lé­gaux. Est-ce par­fois abu­sif ? Je ne porte pas de ju­ge­ment. Ce qu’on es­père, tou­te­fois, c’est qu’on réus­si­ra à faire en­fin dis­pa­raître les trous exis­tant dans les ré­seaux dans les ré­gions », ex­plique le député d’Or­ford.

Gilles Bé­lan­ger au­ra l’oc­ca­sion de vé­ri­fier à quel point Bell est sé­rieuse le 15 no­vembre. Ce jour­là, il ren­con­tre­ra des re­pré­sen­tants de cette com­pa­gnie pour dis­cu­ter du dé­ploie­ment d’in­ter­net haute vi­tesse par­tout sur le ter­ri­toire qué­bé­cois.

« Ce que je constate, c’est qu’il y a une bonne in­ten­tion de col­la­bo­ra­tion des joueurs du sec­teur. Et ce n’est pas l’ar­gent qui est le prin­ci­pal en­jeu. Mais, s’il y avait des pro­blèmes, c’est un en­ga­ge­ment du pre­mier mi­nistre et j’ai d’autres scé­na­rios plus dras­tiques pos­sibles comme lé­gi­fé­rer ou na­tio­na­li­ser le to­ron, une com­po­sante qui s’ac­croche aux po­teaux et qui est es­sen­tielle en té­lé­com. Ce ne se­rait pas notre pre­mier choix par contre. »

LA FIBRE

Afin de per­mettre à da­van­tage de Qué­bé­cois de pro­fi­ter d’in­ter­net haute vi­tesse, l’ins­tal­la­tion de fibre op­tique dans de vastes sec­teurs mal des­ser­vis pa­raît in­con­tour­nable. L’uti­li­sa­tion de ce genre de ma­té­riau s’avère en ef­fet fort utile quand on dé­sire at­teindre des vi­tesses de 50 mé­ga­oc­tets à la se­conde ou plus.

Mais M. Bé­lan­ger pré­cise que la fibre op­tique n’est pas la seule arme dont dis­po­se­ront Qué­bec et ses par­te­naires pour amé­lio­rer la si­tua­tion. « Les MRC concer­nées éva­lue­ront les scé­na­rios. Je ne veux pas dire, à ce stade-ci, que ce se­ra de la fibre par­tout. À cer­tains en­droits, l’ins­tal­la­tion de tour de té­lé­com­mu­ni­ca­tion risque d’être in­té­res­sante éga­le­ment », nuance-t-il.

Quoi qu’il en soit, Gilles Bé­lan­ger es­père que les en­jeux d’ac­ces­si­bi­li­té ac­tuels, dans plu­sieurs ré­gions du Qué­bec, ne se­ront plus qu’un mau­vais sou­ve­nir dans quelques an­nées seule­ment.

« In­ter­net est un ser­vice es­sen­tiel. Et on en au­ra de plus en plus be­soin dans le fu­tur avec, par exemple, le dé­ve­lop­pe­ment de la mé­de­cine à dis­tance, de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle et de la for­ma­tion 2.0 », plaide-t-il.

Dans la fou­lée, il af­firme que le dé­ve­lop­pe­ment des ré­gions ne peut se faire sans un bon ac­cès à in­ter­net haute vi­tesse. « Tu ap­pau­vris un sec­teur quand tu ne lui per­mets pas d’avoir ac­cès à un ser­vice per­for­mant. Tu éloignes les jeunes et les fa­milles, sans comp­ter que tu dé­va­lues les pro­prié­tés. »

À la mi-oc­tobre, le gou­ver­ne­ment de Fran­çois Le­gault a an­non­cé l’in­jec­tion d’un mon­tant de 100 mil­lions $ pour ac­cé­lé­rer le dé­ploie­ment pré­vu à l’échelle du Qué­bec. Le bran­che­ment de 70 000 foyers de­vrait s’ef­fec­tuer grâce à cet ar­gent. Il res­te­ra en­suite à se char­ger des quelque 250 000 autres de­meures mal des­ser­vies ou sans ser­vice à l’aide des pro­grammes dé­jà exis­tants.

Il va main­te­nant fal­loir qu’elle col­la­bore. On sait qu’elle a un avan­tage concur­ren­tiel et on s’at­tend à ce qu’au­cune ré­gion ne soit prise en otage. In­ter­net est un ser­vice es­sen­tiel.

— Gilles Bé­lan­ger

— PHO­TO AR­CHIVES LA TRI­BUNE, JES­SI­CA GAR­NEAU

Gilles Bé­lan­ger, député d’Or­ford, a été nom­mé res­pon­sable du dos­sier in­ter­net en sou­tien au mi­nistre de l’Éco­no­mie et de l’In­no­va­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.