Bi­beau sol­li­cite un nou­veau man­dat

La Tribune - - ACTUALITÉS - MAXENCE DAUPHINAIS-PEL­LE­TIER Mdau­[email protected]

COATICOOK — Sans sur­prises, la mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal Ma­rie-Claude Bi­beau se­ra à nou­veau can­di­date li­bé­rale dans Comp­ton-Stans­tead en vue de l’élection d’oc­tobre 2019. Elle en a pro­fi­té pour ré­ité­rer son en­ga­ge­ment en­vers les plus dé­mu­nis ain­si qu’à ses élec­teurs. Une cen­taine de par­ti­sans li­bé­raux et d’ac­teurs po­li­tique de la ré­gion étaient réunis ven­dre­di soir à la Mi­cro­bras­se­rie Coaticook pour cé­lé­brer l’an­nonce et ses ac­com­plis­se­ments. Mme Bi­beau a li­vré un poi­gnant dis­cours d’une tren­taine de mi­nutes, in­ter­rom­pu pé­rio­di­que­ment par de chauds ap­plau­dis­se­ments. Celle qui s’est lan­cée en po­li­tique pour ap­por­ter des chan­ge­ments sou­haite main­te­nant pé­ren­ni­ser le tra­vail en­tre­pris par son gou­ver­ne­ment pour les quatre pro­chaines an­nées.

« Il faut conti­nuer sur notre lan­cée, car on a fait beau­coup de chan­ge­ments im­por­tants. Quand on parle de la classe moyenne et de ceux qui as­pirent en faire par­tie, c’est plus qu’un slo­gan, c’est une mis­sion qui nous tien à coeur », lance-t-elle d’em­blée avec convic­tion. « Notre équipe de mi­nistre est di­ver­si­fiée, proche des gens, et on veut conti­nuer d’avoir un im­pact po­si­tif sur leurs vies. Il faut que toute la communauté puisse pro­fi­ter de la ri­chesse. »

UN BI­LAN PO­SI­TIF

Ques­tion­née sur ses ac­com­plis­se­ments dont elle est la plus fière de­puis son en­trée en poste en tant que mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal, Mme Bi­beau a eu l’em­bar­ras du choix, nom­mant plu­sieurs réa­li­sa­tions sur la scène lo­cale aux­quels te­naient fer­me­ment ses élec­teurs.

« Mes prio­ri­tés à mon ar­ri­vée étaient d’ob­te­nir les ser­vices de sé­cu­ri­té aé­ro­por­tuaire pour l’aé­ro­port de Sher­brooke, de sé­cu­ri­ser le fi­nan­ce­ment pour l’Observatoire du mont Mé­gan­tic et de réa­li­ser une voie de contour­ne­ment à Lac-Mé­gan­tic », se rap­pelle-t-elle. « Je peux dire mis­sion ac­com­plie dans ces dos­siers. »

Celle qui a vi­si­té 32 pays au cours des trois der­nières an­nées es­time que, même si des pro­duc­teurs lai­tiers des États-Unis, de l’Eu­rope et de l’Asie ont réus­si à avoir ac­cès à des parts du marché ca­na­dien par la si­gna­ture de trai­tés de libre-échange, le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a sau­vé le sys­tème de la ges­tion de l’offre, qui était des­ti­né à dis­pa­raître sous le ré­gime Har­per.

« La ges­tion de l’offre est et de­meure fon­da­men­tale. On a te­nu bon au cours des né­go­cia­tions avec le pré­sident Trump, qui vou­lait abo­lir le sys­tème dans son en­tiè­re­té », sou­ligne-t-elle, fé­li­ci­tant sa col­lègue Ch­rys­tia Free­land au pas­sage. « Il y a un an, les conser­va­teurs vou­laient qu’on signe l’en­tente, ce qui im­pli­quait la des­truc­tion du sys­tème. Oui, il y a eu une autre brèche, mais on s’est en­ga­gé à com­pen­ser et à mettre en place des mé­ca­nismes de fi­nan­ce­ment si­gni­fi­ca­tifs équi­tables pour les pro­duc­teurs lai­tiers. »

DES DÉ­FIS À RE­LE­VER

Si Mme Bi­beau a ac­com­pli plu­sieurs choses lors de son pre­mier man­dat, elle es­père res­ter en poste pour me­ner à bon port d’autres pro­jets im­por­tants, dont le ra­pa­trie­ment du blo­gueur saou­dien Raïf Ba­da­wi.

« C’est sûr qu’en étant mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal, la justice pour Raïf Ba­da­wi est une de mes prio­ri­tés. J’ai eu beau­coup d’oc­ca­sions de par­ler de sa li­bé­ra­tion avec l’am­bas­sa­deur saou­dien, lors­qu’il y en avait en­core un au Ca­na­da, et des mi­nistres re­pré­sen­tants du roi. Je n’ar­rê­te­rai ja­mais de le faire tant qu’il ne se­ra pas ici avec sa fa­mille », as­sure-t-elle.

« Ai­der nos fermes fa­mi­liales, as­su­rer la connec­ti­vi­té in­ter­net et cel­lu­laire en mi­lieu ru­ral ain­si que re­mé­dier à la pénurie de maind’oeuvre sont mes autres grands pro­jets pour les an­nées à ve­nir ad­ve­nant ma ré­élec­tion », ajou­tet-elle, es­pé­rant ob­te­nir l’ap­pui des élec­teurs pour s’at­ta­quer à ces dos­siers. « Je veux aus­si por­ter la cause du CIARC, la ferme-école de Coaticook, qui est dû pour une mo­der­ni­sa­tion. »

Son col­lègue Fran­çois-Phi­lippe Cham­pagne, mi­nistre de l’In­fra­struc­ture et des Col­lec­ti­vi­tés, a quant à lui sou­li­gné le pou­voir de Mme Bi­beau au­près du pre­mier mi­nistre, un atout de taille pour la ré­gion.

« Quand Mme Bi­beau parle à Ottawa, tout le monde l’écoute, in­cluant Jus­tin Tru­deau », a-t-il lais­sé en­tendre lors de son dis­cours d’in­tro­duc­tion. « C’est une voix forte pour les femmes et les filles ou­bliées. Elle est res­pec­tée par­tout dans le monde et peut s’en­tre­te­nir aus­si bien avec la reine d’An­gle­terre qu’avec des ré­fu­giés dans des camps hu­ma­ni­taires. »

M. Cham­pagne a in­di­qué avoir éta­bli le con­tact avec son ho­mo­logue qué­bé­cois Fran­çois Bon­nar­del, mi­nistre des Transports, pour iden­ti­fier les dos­siers prio­ri­taires au Qué­bec. Il n’a pas pu confir­mer que la route 257 fait par­tie de ces cas ur­gents.

« On s’est ren­con­tré à quelques re­prises même si le gou­ver­ne­ment vient tout juste d’en­trer en fonc­tion. On iden­ti­fie les grands dos­siers sur les­quels on va de­voir se pen­cher au cours des pro­chaines an­nées. On veut être juste et équi­table avec les dif­fé­rentes ré­gions. On sait que l’état de la route 257 fait beau­coup par­ler, on se penche sur le dossier avec M. Bon­nar­del », as­sure-t-il, ne pre­nant pas d’en­ga­ge­ments quant à sa ré­frac­tion.

— PHOTO SPECTRE MÉ­DIA, MAXIME PI­CARD

Les mi­li­tants li­bé­raux étaient heu­reux de re­con­duire Ma­rie-France Bi­beau à titre de can­di­date li­bé­rale dans Comp­tonS­tans­tead pour un deuxième man­dat, elle qui a rem­por­té l’élection de 2015 par 5000 voix.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.