Si jeunes et souf­frants

La Tribune - - OPINIONS - BRIGITTE BRE­TON bbre­[email protected]­so­leil.com

De plus en plus de jeunes du se­con­daire éprouvent des pro­blèmes de san­té men­tale. Ils ont moins de 18 ans et souffrent de dé­tresse psy­cho­lo­gique, d’an­xié­té, de troubles ali­men­taires et doivent re­cou­rir à la mé­di­ca­tion. Ça aus­si c’est loin d’être ba­nal. L’état de san­té des jeunes de­vrait nous pré­oc­cu­per tout au­tant que ce­lui des tout­pe­tits et des aî­nés.

L’Ins­ti­tut de la sta­tis­tique du Qué­bec (ISQ) a pré­sen­té cette se­maine un por­trait sombre de la san­té men­tale des jeunes en 20162017. Les élèves du se­con­daire se por­taient mieux il y a six ans.

Les chiffres sont in­quié­tants. En 2010-2011, 21 % des élèves ré­vé­laient un ni­veau éle­vé de dé­tresse psy­cho­lo­gique. En 2016-2017, la pro­por­tion a grim­pé à 29 %.

Les troubles an­xieux ont aus­si fait un bond im­por­tant. À 9 % il y a six ans, ils touchent main­te­nant, se­lon la der­nière en­quête sur la san­té des jeunes du se­con­daire, 17 % des ado­les­cents. Les troubles de l’at­ten­tion, avec ou sans hy­per­ac­ti­vi­té, sont éga­le­ment en hausse. Ain­si que le re­cours à des mé­di­ca­ments pour ai­der les élèves à se concen­trer, à s’apai­ser.

Quel ave­nir se pré­pare-t-on si tant de jeunes sont mal en point? Com­ment sau­ront-ils pour­suivre des études, oc­cu­per un em­ploi, éle­ver une fa­mille sans hy­po­thé­quer ou mettre da­van­tage en pé­ril leur san­té, leur équi­libre, leur vie?

Que peut-on chan­ger dans nos po­li­tiques pu­bliques et dans nos modes de vie pour amé­lio­rer la san­té men­tale des fu­turs adultes? Les ser­vices pu­blics sont-ils adé­quats pour ré­pondre à la dé­tresse des jeunes et sou­te­nir leur fa­mille?

Se­lon l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té, la moi­tié des troubles de san­té men­tale ap­pa­raissent avant 14 ans. Le Com­mis­saire à la san­té et au bien-être no­tait en 2012 que si ces troubles ne sont pas dé­pis­tés tôt et trai­tés ef­fi­ca­ce­ment, ils en­travent l’ave­nir de la per­sonne au plan so­cial, édu­ca­tif et pro­fes­sion­nel. Ce n’est pas ba­nal.

D’où la re­com­man­da­tion du com­mis­saire d’in­clure la psy­cho­thé­ra­pie dans le pa­nier de ser­vices as­su­rés. Tout comme le Col­lec­tif pour l’ac­cès à la psy­cho­thé­ra­pie, il sug­gé­rait que la prio­ri­té soit don­née aux jeunes de moins de 25 ans.

Il y a un an, le mi­nistre Gaé­tan Bar­rette re­con­nais­sait que l’offre de ser­vices en san­té men­tale n’était pas suf­fi­sante. Il avait an­non­cé un in­ves­tis­se­ment de 35 mil­lions $ pour un pro­gramme public de psy­cho­thé­ra­pie.

Un pas dans la bonne di­rec­tion, mais d’autres doivent être faits.

La nou­velle mi­nistre de la San­té, Da­nielle McCann, est-elle prête à amé­lio­rer les ser­vices et les soins en san­té men­tale?

La san­té est une des trois prio­ri­tés du gou­ver­ne­ment ca­quiste. Reste à voir si la san­té men­tale au­ra sa juste part. Reste à voir si entre le dé­pis­tage de troubles de dé­ve­lop­pe­ment chez les tout­pe­tits, l’ac­crois­se­ment des soins à do­mi­cile et l’amé­lio­ra­tion des soins aux aî­nés, de l’at­ten­tion et des ef­forts se­ront aus­si di­ri­gés vers les jeunes du se­con­daire.

Évi­dem­ment, la res­pon­sa­bi­li­té de la san­té men­tale des ados n’in­combe pas uni­que­ment au ré­seau de la san­té et aux écoles. Chaque fa­mille, chaque pa­rent, chaque jeune doit éga­le­ment s’in­ter­ro­ger sur son mode de vie, ses va­leurs.

Les ob­jec­tifs de per­for­mance fixés dans dif­fé­rentes sphères de nos vies sont-ils exa­gé­rés, conduisent-ils au stress, à l’an­xié­té? La su­per­vi­sion pa­ren­tale est-elle adé­quate? Le temps pas­sé sur les ré­seaux so­ciaux est-il dis­pro­por­tion­né par rap­port à ce­lui ac­cor­dé aux ac­ti­vi­tés phy­siques et au som­meil? La pré­ca­ri­té fi­nan­cière de cer­taines fa­milles mi­net-elle la san­té des en­fants?

Pro­té­ger la san­té men­tale des jeunes est ma­ni­fes­te­ment une res­pon­sa­bi­li­té par­ta­gée.

La san­té men­tale des jeunes du se­con­daire se dé­grade.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.