Blan­chet a le champ libre

La Tribune - - ACTUALITÉS -

OTTAWA — L’an­cien mi­nistre pé­quiste Yves-Fran­çois Blan­chet a le champ libre dans la course à la di­rec­tion du Bloc qué­bé­cois et compte main­te­nant sur l’ap­pui de sept des dix dé­pu­tés du par­ti.

La Presse ca­na­dienne a ap­pris ven­dre­di que Si­mon Mar­cil al­lait se ral­lier au can­di­dat, quelques heures après l’an­nonce par le dé­pu­té Mi­chel Bou­drias qu’il ne se pré­sen­te­rait pas. Ce der­nier était en ré­flexion de­puis quelques se­maines.

« Je n’ai ja­mais été par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sé par la fonc­tion de chef du Bloc qué­bé­cois », a-t-il af­fir­mé en en­tre­vue.

« Je me suis pré­pa­ré avec mon or­ga­ni­sa­tion (...) pour as­su­rer, du moins, que quel­qu’un quelque part ma­ni­feste un in­té­rêt pour la course à la chef­fe­rie, a-t-il en­suite ex­pli­qué. S’il n’y avait ja­mais eu de can­di­da­ture ex­terne ou de vo­lon­té sé­rieuse d’oc­cu­per le poste, je me se­rais peut-être re­trou­vé en­core au­jourd’hui, en date où on se parle, sur les rangs. »

M. Bou­drias consi­dère qu’une course à la di­rec­tion n’est pas le meilleur moyen « pour faire avan­cer ses idées », comme celle de créer un seul par­ti sou­ve­rai­niste à Qué­bec et à Ottawa d’ici 2021.

Le dé­pu­té de Ter­re­bonne ne se range tou­te­fois pas der­rière M. Blan­chet. Dans un com­mu­ni­qué, il écrit qu’il n’ap­puie­ra au­cun can­di­dat dans la course « par de­voir de ré­serve », mais en en­tre­vue la porte semble être en­trou­verte.

« Quand j’ai dit il y a quelques se­maines que je ne don­nais au­cun chèque en blanc à qui que ce soit et puis, sur­tout, pour quoi que ce soit, c’est en­core vrai au­jourd’hui », a-til ré­ité­ré.

« Je ne suis pas fer­mé, mais je ne peux pas dans l’état ac­tuel cau­tion­ner sans sa­voir où est-ce qu’on s’en va », a-t-il ajou­té tout en se di­sant à l’écoute.

Yves-Fran­çois Blan­chet a re­mer­cié le dé­pu­té « pour sa confiance » ven­dre­di après-mi­di sur Twit­ter. « Le débat d’idées et le dé­sir de tout mettre en jeu — de cas­ser le moule — res­te­ra une pré­oc­cu­pa­tion constante », a-t-il écrit.

Mi­chel Bou­drias dit qu’il sou­haite main­te­nant concen­trer ses ef­forts sur les élec­tions de 2019.

Le dé­pu­té de Ter­re­bonne juge que sa cir­cons­crip­tion si­tuée au nord de Mon­tréal est « né­vral­gique » pour le Bloc qué­bé­cois et af­firme qu’il se met en « mode élec­to­ral » dès main­te­nant.

FORT AP­PUI AU CAU­CUS

Mi­chel Bou­drias pour­rait bien­tôt être le seul dé­pu­té du cau­cus du Bloc qué­bé­cois à ne pas ap­puyer Yves-Fran­çois Blan­chet. Si­mon Mar­cil a in­di­qué à La

Presse ca­na­dienne ven­dre­di qu’il al­lait sou­te­nir la can­di­da­ture de l’ex-com­men­ta­teur po­li­tique, ce qui porte à sept son nombre d’ap­puis au cau­cus.

Son col­lègue Xa­vier-Bar­sa­lou Du­val pour­rait aus­si dé­ci­der de se ral­lier avant Noël. « Je consi­dère que la can­di­da­ture de M. Blan­chet est une ex­cel­lente can­di­da­ture et il n’est pas ex­clu que je l’ap­puie », a-til af­fir­mé.

La dé­pu­tée Ma­ri­lène Gill son­ge­rait éga­le­ment à se ran­ger der­rière lui. Elle avait par­ti­ci­pé à la confé­rence de presse du can­di­dat lors­qu’il avait confir­mé il y a près de deux se­maines qu’il vou­lait de­ve­nir le pro­chain chef du par­ti.

Outre la ma­jo­ri­té du cau­cus, M. Blan­chet a aus­si ob­te­nu le sou­tien des 2000 mi­li­tants du Fo­rum jeu­nesse du Bloc qué­bé­cois.

Avec l’an­nonce de Mi­chel Bou­drias, Yves-Fran­çois Blan­chet de­vient main­te­nant le seul can­di­dat dé­cla­ré dans la course à la di­rec­tion du par­ti.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.