AR­TISTE EN MIS­SIONS

La Tribune - - MUSIQUE - GE­NE­VIÈVE BOU­CHARD

QUÉ­BEC — En quelques jours cet au­tomne, Garou est pas­sé d’une grande scène ex­té­rieure ins­tal­lée au pied du Burj Al Arab (le pres­ti­gieux hô­tel sept étoiles de Dubai) au vo­lant de son pick-up sur sa terre en Es­trie. Une vie de contrastes, vous dites?

« C’est l’équi­libre dans la di­ver­si­té », ré­sume ce­lui qui of­fri­ra une ré­si­dence de spec­tacles au Ca­pi­tole de Qué­bec dans le temps des Fêtes. « C’est ce que j’aime le plus, ajou­tet-il. Si je peux faire une pé­riode où je me ma­gane, où je tra­vaille phy­si­que­ment, ça me re­met tel­le­ment dans une hu­mi­li­té to­tale. Et après, on part en tour­née et c’est la fo­lie fu­rieuse. Dès que je suis par­ti, j’ai hâte de re­ve­nir à ma terre. Beau­coup de Qué­bé­cois disent : “Ouain, tu ha­bites en France de­puis long­temps.” Heille! Je n’ai ja­mais ha­bi­té en France et je ne peux pas être plus Qué­bé­cois qu’en ce mo­ment. Je suis vrai­ment an­cré, en­ra­ci­né… »

Pour ré­su­mer la si­tua­tion, il y a Garou le chan­teur, qui est re­ve­nu tout ré­cem­ment d’une tour­née qui l’a fait voya­ger entre la Tur­quie, les Émi­rats arabes unis, la Po­logne, la Rus­sie et l’Ukraine. Il y a Garou la per­son­na­li­té té­lé, qu’on a pu voir à La voix de notre cô­té de l’At­lan­tique et à The Voice en France. Il y a Garou l’en­tre­pre­neur, co­pro­prié­taire de res­tau­rants à Mon­tréal, Pa­ris et main­te­nant Do­ha. Et il y a Garou le gars de bois, qui tra­vaille sur sa terre en Es­trie.

« J’ai énor­mé­ment de chance, évoque-t-il. J’ai le luxe de faire les choses dont j’ai en­vie. Et quand il y a une mis­sion, je la prends. J’ai eu un dé­but de car­rière ful­gu­rant. J’avais Re­né An­gé­lil comme ma­na­ger. Ma place se taillait. Là, j’ai fait : “Wô… Je ne vais pas m’em­por­ter.” Je n’ai pas l’am­bi­tion d’être le plus grand chan­teur. Je ne suis pas là du tout dans ma tête. Je veux m’amu­ser, je suis un en­ter­tai­ner avant tout. »

TOU­RISME ET FRANCOPHONIE

Pour re­prendre ses mots, Garou est un homme en mis­sions. Au plu­riel. Par­mi celles-ci, il a à coeur de faire rayon­ner la francophonie, lui qui a, se­lon sa propre ob­ser­va­tion, « la chance in­ouïe d’être un fran­co­phone con­voi­té dans des pays non fran­co­phones » de­puis qu’il a in­ter­pré­té Qua­si­mo­do dans la co­mé­die mu­si­cale Notre-Dame de Pa­ris. « Notre-Dame avait ou­vert la porte, mais tout de suite, j’étais al­lé jouer en Rus­sie. J’avais fait le grand théâtre du Krem­lin as­sez ra­pi­de­ment. D’ailleurs, ce n’était pas le même monde. À cette époque, il y avait des gardes ar­més de ka­lach­ni­kovs… Mais au fil des an­nées, ça s’est adou­ci, ça s’oc­ci­den­ta­lise. J’ai taillé ma place. Et en Po­logne, ça re­monte à mon pre­mier al­bum.

Gi­tan y a été chan­son de l’an­née en 2002 », ra­conte Garou, qui a lui-même été dé­pas­sé par le phé­no­mène.

« La pre­mière fois que j’ai fait le théâtre au Krem­lin, je ne com­pre­nais pas. On avait ven­du 112 exem­plaires [de l’al­bum]. Mais là-bas, c’était beau­coup de boot­leg dans la rue... » re­late-t-il.

Do­ré­na­vant, il peut comp­ter sur les pla­te­formes de dif­fu­sion en conti­nu, lui qui compte no­tam­ment plus de 430 000 au­di­teurs men­suels sur Spo­ti­fy, où Sous

le vent a été écou­tée à plus de 11,6 mil­lions de re­prises. Le chan­teur-en­tre­pre­neur dit bos­ser sur des pro­jets qui pour­raient at­ti­rer da­van­tage de vi­si­teurs en Es­trie. « Les gens qui viennent faire du tou­risme, il n’y a rien de plus beau, croit-il. Ce sont des gens qui viennent dé­cou­vrir, qui veulent ap­prendre la culture, qui veulent se nour­rir de l’en­droit, qui viennent dé­pen­ser de l’ar­gent et qui s’en vont après. C’est pas for­mi­dable, ça? Ceux qui choi­sissent le Ca­na­da et qui viennent au Qué­bec, ils font quoi? Ils vont à Mont-Trem­blant, à Mon­tréal, à Qué­bec, dans la Mau­ri­cie... Là, je trouve que l’Es­trie mé­rite d’émer­ger en­core plus. Je suis en train d’attacher plein de fils sur plein de pro­jets... »

OSER DÉ­CEMBRE DE NOU­VEAU

Il n’y a pas si long­temps, il au­rait fal­lu être per­sua­sif pour convaincre Garou de pré­sen­ter un spec­tacle en ré­si­dence en dé­cembre.

« Pour moi, le temps des Fêtes, c’était sa­cré. Je ne par­tais pas en tour­née, confirme-t-il. Je l’ai fait une fois avec Notre-Dame de

Pa­ris en 1998, alors qu’on était au Pa­lais des congrès à Pa­ris. Je m’étais dit : “Plus ja­mais.” Après ça, j’avais ac­cep­té de faire le 31 dé­cembre 1999 avec Cé­line, mais j’avais eu du mal... »

Cette an­née, pour­tant, le chan­teur ani­me­ra la fin d’an­née sur la scène du Ca­pi­tole à par­tir du 19 dé­cembre et jus­qu’aux pre­mières mi­nutes de 2019 avec le spec­tacle Dans l’temps. Pour lui, le ti­ming était bon.

« On va être en fa­mille pa­reil, ex­plique-t-il. No­nobs­tant le fait qu’on ar­rive d’une grosse tour­née, on avait du temps, cette an­née. Je suis re­ve­nu au Qué­bec il y a 10 jours. En gé­né­ral, j’ar­rive le 22 dé­cembre et il faut que j’achète les ca­deaux, que je dé­core la mai­son… Chaque fois, j’ar­rive en re­tard et c’est une course contre la montre pour ar­ri­ver à Noël en même temps que tout le monde. Cette an­née, j’avais du temps. Pour ne pas trop m’em­mer­der, j’ai dé­ci­dé de m’oc­cu­per! »

Avec sous le bras l’al­bum de Noël blues-rock Xmas Blues, lan­cé en 2014, le chan­teur a de quoi mettre dans un pre­mier temps son public dans l’am­biance « en mode par­ty ». « Après, c’est le conden­sé de mes an­nées de bars, de mes an­nées de car­rière, de mes in­fluences d’avant. Je pense à ce gros med­ley de Ray Charles qu’on fait. On fait du ma­shup… À un mo­ment, je fais trois de mes chan­sons à l’in­té­rieur de Iris des Goo Goo Dolls. C’est un gros

trip mu­si­cal rhythm and blues », dé­crit ce­lui qui s’est aus­si amu­sé, nous dit-il, à mé­lan­ger le suc­cès Sous le vent avec Zom­bie des Cran­ber­ries.

Le spec­tacle of­fri­ra fi­na­le­ment l’oc­ca­sion à Garou de par­ta­ger les planches avec Ya­ma Laurent, sa pro­té­gée au concours té­lé­vi­sé La voix. « On a ré­pé­té cette se­maine. Elle est ve­nue à mon ap­par­te­ment à Mon­tréal. Les voi­sins l’ont su! » ri­gole-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.