La pri­son pour les deux agres­seurs

La Tribune - - ACTUALITÉS - RE­NÉ-CHARLES QUIRION [email protected]­tri­bune.qc.ca

SHER­BROOKE — An­tho­ny Le­clercBois­jo­li a imi­té Tom­my Bou­cher et a re­con­nu des gestes vio­lents com­mis sur deux vic­times à As­bes­tos le len­de­main de Noël 2017. Si Le­clerc-Bois­jo­li a re­por­té les ob­ser­va­tions sur la peine en mars, Bou­cher a su­bi le dé­but des ob­ser­va­tions sur la peine de­vant le juge Con­rad Chap­de­laine de la Cour du Qué­bec.

Avant que les ob­ser­va­tions soient com­plé­tées le 21 jan­vier, Bou­cher a choi­si de com­men­cer im­mé­dia­te­ment sa peine de dé­ten­tion et d’y re­joindre Le­clerc-Bois­jo­li, dé­te­nu de­puis le dé­but des pro­cé­dures.

En sep­tembre 2018, Tom­my Bou­cher d’As­bes­tos avait re­con­nu son im­pli­ca­tion dans cette af­faire d’agres­sion ar­mée.

Vic­time d’in­ti­mi­da­tion, de me­naces et de voies de fait lors d’un par­ty le 25 dé­cembre 2017, Bou­cher a choi­si de se faire jus­tice lui-même après avoir été ex­pul­sé de la fête. Le­clerc-Bois­jo­li s’est joint à lui lors de cette nuit où ils se sont in­tro­duits dans deux ré­si­dences pour as­se­ner des coups de bâ­ton à deux per­sonnes pré­sentes au par­ty.

« Je m’ex­cuse pour ce que j’ai fait. Je m’en veux. De­puis ces évé­ne­ments, j’ai chan­gé ma vie. C’est la pire er­reur que j’ai faite de ma vie », a ex­pri­mé au tri­bu­nal Tom­my Bou­cher.

Les deux ac­cu­sés étaient in­toxi­qués lors des gestes.

Bou­cher et Le­clerc-Bois­jo­li se sont pré­sen­tés chez une pre­mière vic­time à l’en­droit où il avait eu lieu le par­ty à As­bes­tos.

Ils y ont com­mis des voies de fait ar­mées d’un ti­son­nier en frap­pant la vic­time no­tam­ment à la tête.

« J’avais des pertes de mé­moire, des maux de tête, de cou et de dos à la suite de cet évé­ne­ment. J’avais des fla­sh­backs et je fai­sais des cau­che­mars de l’évé­ne­ment », a ex­pli­qué cette pre­mière vic­time de 21 ans au tri­bu­nal.

NUIT DE VIO­LENCE

L’avo­cat de la dé­fense Me Pa­trick Fré­chette a dé­po­sé au tri­bu­nal l’in­ter­ro­ga­toire de cette pre­mière vic­time afin que le juge puisse bien cer­ner le contexte dans le­quel s’est dé­rou­lée cette af­faire.

Vers 4 h lors de cette nuit du 26 dé­cembre 2017, les deux jeunes hommes se sont in­tro­duits dans un autre do­mi­cile, cette fois sur le che­min Saint-Georges à As­bes­tos pen­dant que l’oc­cu­pant dor­mait. Ce­lui-ci était aus­si pré­sent au par­ty, mais était re­tour­né chez lui.

— La mère d’une vic­time

Les deux ac­cu­sés ont pris un mar­teau avant de frap­per l’homme. Bou­cher avait un bâ­ton alors que Le­clerc-Bois­jo­li avait un mar­teau. La vic­time a été sé­ques­trée dans la salle de bain une ving­taine de mi­nutes.

Sa mère a té­moi­gné des sé­quelles su­bies par son fils de­vant le tri­bu­nal.

La vic­time doit se rendre au centre de ré­adap­ta­tion et il n’a pas re­com­men­cé à tra­vailler.

« Mon fils était cou­vert de sang de la tête aux pieds avec la moi­tié du vi­sage pa­ra­ly­sé. Il avait eu des me­naces qu’il ne de­vait pas ap­pe­ler la po­lice. Il a su­bi une frac­ture du crâne avec en­fon­ce­ment où la mem­brane du cer­veau a été dé­chi­rée. Il a gar­dé une cer­taine pa­ra­ly­sie au vi­sage », ex­plique la mère de l’une des vic­times.

Cette vic­time a main­te­nant une plaque à la tête. Il a des pertes de sen­si­bi­li­té, des dif­fi­cul­tés d’élo­cu­tion et garde de la co­lère re­la­ti­ve­ment aux ré­per­cus­sions per­ma­nentes de cette agres­sion ar­mée.

Tom­my Bou­cher a ex­pli­qué au tri­bu­nal avoir ef­fec­tué une thé­ra­pie fer­mée pour ses pro­blèmes de consom­ma­tion de stu­pé­fiants à la suite de ces gestes.

L’homme de 21 ans sou­haite re­tour­ner aux études à Mon­tréal. Il a dé­po­sé plu­sieurs lettres de ré­fé­rences au tri­bu­nal.

« J’ai re­trou­vé le bon che­min et je sou­haite conti­nuer », a si­gna­lé Tom­my Bou­cher.

BOIS­JO­LI-LE­CLERC PLAIDE COU­PABLE

An­tho­ny Le­clerc-Bois­jo­li a plai­dé cou­pable à des voies de fait ar­mées, à un port de dé­gui­se­ment et de s’être trou­vé dans une mai­son d’ha­bi­ta­tion avec l’in­ten­tion d’y com­mettre un acte cri­mi­nel pour le pre­mier évé­ne­ment ain­si que d’in­tro­duc­tion par ef­frac­tion pour y com­mettre les voies de fait ar­mées, de voies de fait grave, de sé­ques­tra­tion et de me­naces sur une deuxième vic­time le 26 dé­cembre 2017.

An­tho­ny Le­clerc-Bois­jo­li, 23 ans, a aus­si re­con­nu un mé­fait et un bris de pro­ba­tion.

« Nous avons eu plu­sieurs dis­cus­sions. Il manque cer­tains do­cu­ments mé­di­caux à ob­te­nir. On s’en­tend sur la fi­na­li­té », a ex­pli­qué l’avo­cate de la dé­fense Me Ca­ro­line Mo­nette.

Les ob­ser­va­tions sur la peine où une sug­ges­tion com­mune de­vrait être pré­sen­tée se dé­rou­le­ront le 11 mars pro­chain.

C’est Me Maude Lam­bert qui re­pré­sente le mi­nis­tère pu­blic dans cette af­faire.

Mon fils a su­bi une frac­ture du crâne avec en­fon­ce­ment où la mem­brane du cer­veau a été dé­chi­rée. Il a gar­dé une cer­taine pa­ra­ly­sie au vi­sage.

— PHO­TO LA TRI­BUNE, RE­NÉ-CHARLES QUIRION

Vic­time d’in­ti­mi­da­tion, de me­naces et de voies de fait lors d’un par­ty le 25 dé­cembre 2017, Tom­my Bou­cher a choi­si de se faire jus­tice lui-même après avoir été ex­pul­sé de la fête.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.