Des animaux mieux pro­té­gés Qué­bec en­ca­dre­ra le trai­te­ment des che­vaux, du vi­son, des au­truches et des din­dons sau­vages, entre autres

La Tribune - - ACTUALITÉS - MOR­GAN LOWRIE

MON­TRÉAL — Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec compte élar­gir sa loi sur la pro­tec­tion des animaux afin de pro­té­ger da­van­tage cer­taines es­pèces, dont les che­vaux, le vi­son, les au­truches et les din­dons sau­vages. Se­lon le pro­jet de rè­gle­ment pu­blié cette se­maine, les fermes d’éle­vage de vi­son et de re­nard, ain­si que les écu­ries de 15 che­vaux ou plus, de­vront se sou­mettre aux mêmes normes que dans les éle­vages de chats et de chiens.

Les pro­prié­taires de ces fermes et écu­ries de­vront éga­le­ment ob­te­nir un per­mis du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, des Pêches et de l’Ali­men­ta­tion et su­bir des ins­pec­tions fré­quentes, d’après le pro­jet de rè­gle­ment.

Le do­cu­ment pré­cise éga­le­ment les normes qui ré­gi­raient l’éle­vage d’autres es­pèces, dont le bi­son, le cerf, le san­glier, l’au­truche, le din­don sauvage et cer­tains types de poissons.

Les gens qui élèvent ces animaux ne de­vront pas avoir de per­mis, mais ils se­ront sou­mis à plu­sieurs règles sur la pro­pre­té, l’es­pace, la sé­cu­ri­té, l’ac­cès à la nour­ri­ture et à l’eau. Ils au­ront aus­si l’obli­ga­tion d’iso­ler des animaux ma­lades ou qui donnent nais­sance à des bé­bés.

Dans une ana­lyse d’im­pact qui ac­com­pagne ces nou­velles règles, le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture in­dique qu’il cherche à ren­for­cer sa loi de 2015 en s’ap­puyant sur les pré­oc­cu­pa­tions gran­dis­santes de la po­pu­la­tion en ma­tière de bie­nêtre ani­mal.

« De ma­nière plus gé­né­rale, les ci­toyens et les as­so­cia­tions de pro­tec­tion des animaux ma­ni­festent constam­ment leurs in­quié­tudes par rap­port au bien-être et à la sé­cu­ri­té des animaux, lit-on dans le do­cu­ment. Ce­ci se tra­duit no­tam­ment par un nombre im­por­tant de plaintes en ma­tière de bien-être ani­mal au Mi­nis­tère ain­si que par des ini­tia­tives de groupes de pro­tec­tion des animaux. »

205 PLAINTES PAR AN­NéE

Se­lon le do­cu­ment, le mi­nis­tère a re­çu 5610 ap­pels de ci­toyens sur sa ligne di­recte dé­diée au bie­nêtre ani­mal entre avril 2017 et fé­vrier 2018. Il a re­çu en moyenne 205 plaintes par an­née, entre 2013 et 2016, concer­nant des che­vaux.

Le mi­nis­tère es­time que les règles tou­che­ront en­vi­ron 1200 en­tre­prises, qui de­vraient se par­ta­ger lors de la pre­mière an­née une fac­ture to­tale éva­luée 3,3 mil­lions $ pour s’y confor­mer, puis en­vi­ron 300 000 $ par la suite.

Yo­han Dal­laire-Boi­ly, un por­te­pa­role du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, a men­tion­né que le nou­veau sys­tème de per­mis al­lait fa­ci­li­ter le tra­vail des ins­pec­teurs qui sur­veillent les écu­ries et les fermes à four­rure afin de ga­ran­tir le res­pect des règles.

En outre, se­lon M. Dal­laire-Boi­ly, ces normes de bien-être gé­né­rales se­raient aus­si bé­né­fiques pour d’autres es­pèces en don­nant aux ins­pec­teurs plus de pou­voirs pour exi­ger des amé­lio­ra­tions des pro­prié­taires né­gli­gents.

— PHO­TO LA TRI­BUNE, AR­CHIVES

Les pro­prié­taires d’écu­ries de­vront ob­te­nir un per­mis du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, des Pêches et de l’Ali­men­ta­tion et su­bir des ins­pec­tions fré­quentes, d’après le pro­jet de rè­gle­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.