Un grand mer­ci pour votre dé­voue­ment et votre em­pa­thie

La Tribune - - OPINIONS -

J’ai­me­rais rendre hom­mage au per­son­nel d’hé­ber­ge­ment tra­vaillant avec des per­sonnes ayant la ma­la­die d’Alz­hei­mer à l’hô­pi­tal Mem­phré­ma­gog où ma grand­mère Ri­ta Pa­ra­dis Pin­since a été hé­ber­gée pen­dant un an jus­qu’à son der­nier souffle le 8 jan­vier der­nier. Les in­fir­mières, les pré­po­sés aux bé­né­fi­ciaires, le per­son­nel de l’en­tre­tien et toute l’équipe, je vous dis mer­ci pour l’amour, la ten­dresse, la com­pré­hen­sion, l’écoute, l’em­pa­thie et le temps que vous avez don­né à ma grand-mère et les soins que vous lui avez pro­di­gués. Les 30 der­nières heures que je vous ai cô­toyés dans sa fin de vie m’ont fait dé­cou­vrir du per­son­nel dé­voué, pa­tient, at­ten­tion­né mal­gré une éclo­sion de gas­tro-en­té­rite dans votre dé­par­te­ment. Vous avez su sou­la­ger ses souf­frances, vous avez su la ras­su­rer en lui fai­sant une ca­resse dans les che­veux ou sur un bras, vous l’avez la­vée, mas­sée avec de la crème à la la­vande et ça même si elle n’était pas consciente. Vous ne vous êtes pas ar­rê­tés là, vous vous êtes aus­si as­su­rés de bien ré­pondre à nos ques­tions, à nos de­mandes, à nos peurs et à nos in­quié­tudes. Vous avez su aus­si nous ras­su­rer, nous écou­ter et ça, même si vous étiez très oc­cu­pés. J’ai aus­si vu que cet amour n’était pas juste pour ma grand-mère ou pour nous, sa fa­mille, mais que vous étiez comme ça aus­si avec vos pa­tients sur l’heure des re­pas et je vous ai même vu prendre des marches bras des­sus bras des­sous. Mal­gré votre sur­charge de tra­vail, je vous ai tou­jours vus avec un beau sou­rire et ja­mais im­pa­tients. Le dé­voue­ment que vous por­tez aux pa­tients est exem­plaire. Sa­chez que ma fa­mille et moi, nous vous en sommes très re­con­nais­sants et nous vou­lons vous dire mer­ci. Na­tha­lie Pin­since Pe­tite-fille de Ri­ta Pa­ra­dis Pin­since Magog

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.