Un Amé­ri­cain lu­cide

La Voix de l'Est - - OPINIONS -

J’ai été réel­le­ment sur­pris qu’un ci­toyen amé­ri­cain, M. John-Jean Ofrias, tienne de tels propos au su­jet de son pays dans sa lettre in­ti­tu­lée « Je suis un ci­toyen amé­ri­cain sans pays », propos qui sont par­ta­gés par beau­coup de gens à tra­vers le monde hors de ce pays.

Ce que M. Ofrias semble ou­blier, c’est que cette si­tua­tion re­monte à bien avant l’élec­tion de M. Trump comme pré­sident, car ce der­nier est très re­pré­sen­ta­tif de beau­coup d’Amé­ri­cains et contri­bue à dé­voi­ler l’hy­po­cri­sie de plu­sieurs de ses pré­dé­ces­seurs.

En­fin un Amé­ri­cain qui re­con­naît que l’une des seules va­leurs de son peuple, c’est l’ar­gent. Ce n’est pas ré­cent qu’ils sont ca­pi­ta­listes, in­ter­ven­tion­nistes, im­pé­ria­listes, pro­tec­tion­nistes et, de sur­croît, guer­riers. Pour at­teindre ces ob­jec­tifs, il faut in­ter­ve­nir dans plu­sieurs pays avec leur im­po­sante ar­mée, c’est pour­quoi il a fal­lu tuer vingt mille Sy­riens en 2018, mais tou­jours au nom de Dieu. C’est connu que : God is Ame­ri­can. C’est pas grave, car pour eux ces gens sont comme du bé­tail qu’il faut éli­mi­ner puis­qu’un jour ils peuvent me­na­cer la quié­tude de leur pays.

Leur manque de culture et de sa­voir-vivre ne les étouffe pas et vous pou­vez le com­prendre quand ils parlent fort, comme tou­ristes, dans les rares pays où ils se sentent en­core en sé­cu­ri­té.

Et dire qu’ils pré­tendent que ce sont les ci­toyens d’autres pays qui sont des ter­ro­ristes quand c’est le peuple le plus ar­mé au monde, droit re­con­nu dans leur consti­tu­tion et où ils s’entre-tuent par mil­liers par an­née. Per­son­nel­le­ment, j’au­rais peur d’al­ler les vi­si­ter.

Yvon La­voie Gran­by

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.