S Par­tir l’an­née du bon vin

La Voix de l'Est - - VIN - CA­RO­LINE CHAGNON Ques­tions ou des com­men­taires? ca­ro­[email protected]­me­dias.ca

i l’en­vie de sai­sir 2019 par les cornes vous prend, ce n’est pas les pro­po­si­tions de ré­so­lu­tions qui manquent. Je pro­fite de Ve­ga­nua­ry, le dé­fi qui vous sug­gère de faire l’es­sai du vé­ga­nisme en jan­vier, pour vous pro­po­ser de prendre les vins ve­gans par le gou­lot ce mois-ci.

Vous avez sans doute re­mar­qué que j’iden­ti­fie de­puis quelques mois dé­jà les vins ve­gans de cette chro­nique avec l’icône

V. À la suite de mes­sages de quelques lec­teurs, j’ai réa­li­sé que j’ai amen­dé les sug­ges­tions de la se­maine sans crier gare — sans souf­fler mot sur le mo­tif der­rière.

Avant d’éta­ler les te­nants et abou­tis­sants d’une telle ini­tia­tive, d’abord un rap­pel de la dé­fi­ni­tion d’un ali­ment ve­gan. Un ali­ment ve­gan contient uni­que­ment des vé­gé­taux (pas de viande, ni pois­son, ni oeuf, ni pro­duits lai­tiers) et ne n’im­plique pas pen­dant sa pro­duc­tion l’uti­li­sa­tion de pro­duits d’ori­gine ani­male ou l’ex­ploi­ta­tion d’animaux. L’idée c’est de ré­duire son im­pact en­vi­ron­ne­men­tal, de faire du bien à sa san­té et de res­pec­ter les droits des animaux un ha­ri­cot à la fois. Mais pour­quoi vous par­ler de ça dans une chro­nique vin ? Après tout, c’est du rai­sin fer­men­té, donc c’est 100 % vé­gé­tal, non ? Dé­so­lée de jouer les trouble-fêtes, mais nombre d’ad­di­tifs sont au­to­ri­sés dans le pro­ces­sus de vi­ni­fi­ca­tion, y com­pris des pro­duits d’ori­gine ani­male, et c’est ra­re­ment ins­crit sur l’éti­quette.

LE VIN VE­GAN À TABLE

Peut-être avez-vous aus­si consta­té que les ac­cords mets et vins proposés ici laissent une plus grande place aux pro­téines vé­gé­tales qu’au­tre­fois. Le vin étant cul­tu­rel­le­ment très lié à la viande, pen­dant long­temps (et en­core trop sou­vent au­jourd’hui) les sug­ges­tions de plats sur la contre-éti­quette des bou­teilles — tout comme les bou­quins sur les ac­cords mets-vins — tour­naient au­tour du trio viandes, poissons, fro­mages. Re­don­dant (et ru­di­men­taire), n’est-ce pas ? Heu­reu­se­ment, la cui­sine vé­gé­tale prend de l’am­pleur ces der­nières an­nées grâce à des chefs et des au­teurs qui mettent en va­leur les lé­gumes, les grains et les lé­gu­mi­neuses, ou­vrant du même coup la porte à de tous nou­veaux ac­cords qui per­mettent de s’écla­ter et de sur­prendre !

COM­MENT DÉ­NI­CHER DES VINS VE­GANS?

Bonne nou­velle : les vins ve­gans sont nom­breux. Mais peu de vi­gnobles sont cer­ti­fiés ou le re­ven­diquent pour le mo­ment. J’ajou­te­rais que plu­sieurs sont ve­gans et ne le savent pas eux-mêmes ! J’ai eu de belles dis­cus­sions avec des vi­gne­rons qui ont sub­sti­tué les pro­duits d’ori­gine ani­male par des op­tions vé­gé­tales ou mi­né­rales de­puis des an­nées, mais qui res­tent hé­si­tants à s’af­fi­cher ve­gan par crainte de re­pré­sailles de la presse spé­cia­li­sée et de consom­ma­teurs ré­bar­ba­tifs. Heu­reu­se­ment, le ta­bou se dis­sipe et ils se­ront de plus en plus à s’af­fi­cher en ré­ponse à la de­mande en 2019.

La SAQ vient d’ailleurs de pu­blier un mi­ni­ré­per­toire de vins ve­gans sur son site web. La ca­té­go­rie n’est pas en­core of­fi­cia­li­sée et ne contient que sept pro­duits pour le mo­ment. Mais ras­su­rez-vous, il y a bien plus que sept vins ve­gans ac­tuel­le­ment sur les ta­blettes de la SAQ ! Peut-être que dans un ave­nir pas si loin­tain ces pro­duits se­ront iden­ti­fiés à l’aide des éti­quettes-prix en ma­ga­sin ?

En at­ten­dant de dé­cou­vrir la se­maine pro­chaine les in­trants d’ori­gine ani­male et com­ment re­pé­rer un vin ve­gan, voi­ci quelques vins à vous mettre sous la dent.

CH­TEAU­NEUF-DU-PAPE 2015, CH­TEAU LA NERTHE

58,50 $ r 917 732 r

14% r 2,6 G/L r

Je vous par­lais il y a quelques se­maines de leur blanc, tout en sou­li­gnant que leur rouge pren­drait sous peu le che­min de la SAQ. Le voi­ci en­fin. Ce châ­teau­neuf s’est ré­vé­lé être l’un de mes coups de coeur lors de mon pas­sage dans la ré­gion l’au­tomne der­nier. C’est que les rouges du Châ­teau La Nerthe portent une fraî­cheur et une fi­nesse dis­tinc­tives — « un équi­libre bour­gui­gnon », ex­pri­mait si jus­te­ment Ralph Gar­cin, oe­no­logue de la mai­son. Ce pro­fil élan­cé est at­tri­buable à l’ap­port plus faible de gre­nache, cé­page phare de la ré­gion, qui cède ses parts à la sy­rah et au mour­vèdre, plus adap­tés au sous-sol hu­mide du do­maine. Grand !

BLAYE CÔTES DE BOR­DEAUX, LALANDE BEL­LE­VUE, VI­GNE­RONS DE TUTIAC

13,60 $ r 624 304 r

12 % r 2,2 G/L r

Si vous êtes cu­rieux d’iden­ti­fier un des la­bels ve­gans, vous trou­ve­rez le sceau de la cer­ti­fi­ca­tion Eve Ve­gan sur ce blaye côtes de bor­deaux. Un jo­li mer­lot au par­fum de cas­sis et de ce­rises. Un rouge frais sup­por­té par des tan­nins souples, le tout ser­vi pour la dé­li­cieuse somme de 13 $.

BIO VÉ­GANE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.