Dis­cu­ter sé­cu­ri­té au­tour d’un ca­fé

La Voix Pop - - ACTUALITÉS - JUS­TINE GRAVEL jus­tine.gravel@tc.tc

SÉ­CU­RI­TÉ. Les ré­si­dents d’Émard-Saint-Paul ont eu l’oc­ca­sion de ren­con­trer cinq po­li­ciers du poste de quar­tier (PDQ) 15 au­tour d’une bois­son chaude, le 17 mai, au Ca­fé Cen­tral sur la rue Al­lard. Dans une am­biance dé­con­trac­tée, ils ont pu en ap­prendre da­van­tage sur les fonc­tions des agents de la paix en plus de par­ta­ger avec eux leurs in­quié­tudes et leurs ques­tion­ne­ments.

« Ha­bi­tuel­le­ment, ce genre d’évé­ne­ments se fait dans des Tim Hor­tons ou des Mc­Do­nald’s, mais les gens qui fré­quentent ces en­droits sont sou­vent pres­sés. On a donc eu en­vie de le faire ici, où ce sont vrai­ment des gens du coin qui viennent prendre leur ca­fé », in­dique le lieu­te­nant, Syl­vain Ma­lo, qui ac­cueillait les gens à l’en­trée du res­tau­rant.

Il s’agis­sait du pre­mier évé­ne­ment Ca­fé avec un po­li­cier dans le Sud-Ouest. « Ça s’ins­crit dans notre vi­sion de rap­pro­che­ment avec les ci­toyens », ex­plique le com­man­dant du PDQ 15, Syl­vain Pa­rent.

Plu­sieurs per­sonnes étaient sur place pour dis­cu­ter avec lui ; le lieu­te­nant, un agent de la cir­cu­la­tion routière et deux agentes du pro­gramme Mo­dule d’ac­tion par pro­jet (MAP).

QUES­TIONS

« Je n’avais pas de ques­tions par­ti­cu­lières, mais j’étais cu­rieuse de voir. J’en pro­fite pour m’in­for­mer», dit Jo­hanne, une ré­si­dente de Ville-Émard tout en feuille­tant une bro­chure sur la fraude.

Plu­sieurs pam­phlets étaient à la dis­po­si­tion de la clien­tèle du ca­fé, no­tam­ment à pro­pos de la sé­cu­ri­té routière, la co­ha­bi­ta­tion entre les pié­tons et les au­to­mo­bi­listes ain­si que la mal­trai­tance en­vers les per­sonnes âgées.

Une autre ré­si­dente du quar­tier, Ge­ne­viève Rhéaume, était sur les lieux avec ses deux jeunes en­fants.

« Je trou­vais in­té­res­sant de les ame­ner dé­cou­vrir le mé­tier de po­li­cier. On lit beau­coup là-des­sus à la mai­son donc je trou­vais ça bien qu’ils puissent les ren­con­trer en per­sonne », ex­plique-t-elle. Son fils de quatre ans avait d’ailleurs pris son livre avec lui afin de le mon­trer aux agents.

Guillaume, un scé­na­riste de Ville-Émard, est quant à lui pas­ser au Ca­fé Cen­tral pour une rai­son par­ti­cu­lière.

«J’écris pré­sen­te­ment un drame po­li­cier. Avoir la chance de par­ler avec des membres des forces po­li­cières qui pou­vaient ré­pondre à mes ques­tions afin que mon film soit le plus proche pos­sible de la réa­li­té, je trou­vais ça su­per in­té­res­sant », dit ce­lui qui écrit no­tam­ment pour la chaîne Ca­nal D.

Sa de­mande a d’ailleurs beau­coup éton­née les agents. « J’avais en­vi­sa­gé plein de ques­tions, mais pas celle-là », ri­gole la po­li­cière Na­tha­lie Thi­bault.

Tout au long de l’été, la for­mule Ca­fé avec un po­li­cier se re­pro­dui­ra dans les autres quar­tiers du Sud-Ouest.

(Pho­to : Mé­tro Mé­dia – Jus­tine Gravel)

Il s’agis­sait du pre­mier évé­ne­ment Ca­fé avec un po­li­cier dans le Sud-Ouest.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.