PLACE ÉPHÉ­MÈRE

La Voix Pop - - LA UNE - FRAN­ÇOIS CARABIN

Il est main­te­nant pos­sible de prendre un ca­fé et de dé­cou­vrir l’art lo­cal dans l’un des an­ciens wa­gons du mé­tro de Mon­tréal. Quatre d’entre eux forment un vil­lage tem­po­raire aux abords du ca­nal de La­chine, à l’en­droit d’un an­cien dé­bar­ca­dère ap­par­te­nant à Parcs Ca­na­da dans Grif­fin­town.

AR­CHI­TEC­TURE. Si les wa­gons de type MR-63 se re­tirent gra­duel­le­ment des sta­tions de mé­tro, les Mon­tréa­lais au­ront dé­sor­mais l’oc­ca­sion de prendre un ca­fé et de dé­cou­vrir l’art lo­cal dans cer­tains d’entre eux. Quatre an­ciennes voi­tures ont été uti­li­sées pour l’éla­bo­ra­tion de la Sta­tion F-MR, une place pu­blique inau­gu­rée le 24 mai au coin des rues Rich­mond et Ba­sin dans Grif­fin­town.

Les vi­si­teurs pour­ront ac­cé­der à l’es­pace éphé­mère, éri­gé sur les rives du ca­nal de La­chine, jus­qu’au 16 sep­tembre. Par l’en­tre­mise de cette place pu­blique, l’or­ga­nisme cultu­rel MR-63 et ses deux co-créa­teurs, les frères Étienne et Fré­dé­ric Mo­rin-Bor­de­leau, comptent of­frir une fe­nêtre aux ar­tistes, aux de­si­gners et aux gas­tro­nomes de la ré­gion.

« On es­père que ce sont les ta­lents de Mon­tréal qui vont bé­né­fi­cier le plus de cette ini­tia­tive, af­firme Fré­dé­ric Mo­rin-Bor­de­leau. Si nous sommes ca­pables de des­ser­vir cette com­mu­nau­té-là, tous les ci­toyens de Mon­tréal vont en pro­fi­ter. »

« Nous sa­vons que le Sud-Ouest est de plus en plus tren­dy, mais nous vou­lons gar­der un cô­té in­clu­sif, avance le maire de l’ar­ron­dis­se­ment, Be­noit Do­rais, qui était pré­sent au lan­ce­ment. Nous avons une mixi­té de po­pu­la­tion, avec toutes sortes de réa­li­tés so­cio-éco­no­miques. C’est ce que les créa­teurs de la sta­tion re­cherchent. »

SOU­VE­NIRS DES TUN­NELS

L’uti­li­sa­tion des wa­gons ra­mène à l’avant­plan des icônes pa­tri­mo­niales pour les vi­si­teurs mon­tréa­lais. « Tout le monde a uti­li­sé ces wa­gons, tout le monde se rap­pelle du bleu et de la ligne blanche, dit Fré­dé­ric Mo­rin-Bor­de­leau. Ils ont vrai­ment ce cô­té mon­tréa­lais. »

Quatre ex­po­si­tions dif­fé­rentes — une par mois — se­ront af­fi­chées dans le wa­gon-ga­le­rie de la sta­tion F-MR. La pre­mière, Brèche, est une créa­tion d’Ariane Cô­té et d’Ale­jan­dro Fi­gue­roa. Les deux ar­tistes abondent dans le sens des co-créa­teurs de l’es­pace.

« Les wa­gons sont des choses ico­niques qui se re­trouvent dans nos vies tous les jours, té­moigne M. Fi­gue­roa. Les avoir dans un contexte com­plè­te­ment dif­fé­rent et avoir ac­cès à leur mé­ca­nisme, c’est fas­ci­nant. »

L’en­tre­tien des ap­pa­reils n’a pas cau­sé énor­mé­ment de pro­blèmes, mal­gré les in­tem­pé­ries, se­lon Étienne Mo­rin-Bor­de­leau. L’as­pect éphé­mère du pro­jet per­met­tra de faire des tests en pré­vi­sion de l’ins­tal­la­tion per­ma­nente, pré­vue pour 2020.

Ce pro­jet, qui in­clu­ra huit wa­gons, est l’un des sept à avoir été re­te­nu par la STM en 2016 afin de ré­cu­pé­rer ces voi­tures, qui ont cir­cu­lé dans les tun­nels du mé­tro pen­dant 50 ans.

UNE FOULE À AT­TI­RER

La foule était au ren­dez-vous à l’inau­gu­ra­tion, jeu­di der­nier. Ce pu­blic de­vrait gé­né­ra­le­ment pro­ve­nir de la lo­ca­li­té, même si cer­tains tou­ristes pour­raient faire par­tie de l’équa­tion, croit M. Do­rais.

« Le pro­jet fi­nal at­ti­re­ra peut-être plus de tou­ristes, lance-t-il. Pour l’ins­tant, on parle de gens de Pointe-Saint-Charles, de Grif­fin­town, de Mon­tréa­lais qui sont à la re­cherche d’ex­pé­riences. »

Les frères Mo­rin-Bor­de­leau s’at­tendent à re­ce­voir des foules d’en­vi­ron 4000 per­sonnes pour les quatre mois d’ac­ti­vi­tés de la Sta­tion F-MR.

(Pho­to : Mé­tro Mé­dia – Josie Des­ma­rais)

Inau­gu­rée le 24 mai, les quatre wa­gons de la Sta­tion F-MR se­ront en place jus­qu’au 16 sep­tembre. Une ins­tal­la­tion per­ma­nente est pré­vue pour 2020.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.