En­ra­ci­née dans son quar­tier

La Voix Pop - - CULTURE -

C’est par di­zaine que des ar­tistes comme Roch Voi­sine et Gré­go­ry Charles, ou même Normand Bra­th­waite avec son émis­sion Belle et Bum, ont fait ap­pel à sa voix. Plus ré­cem­ment, on a pu l’en­tendre dans la re­vue mu­si­cale Ame­ri­can Sto­ry Show. Lors­qu’elle ne sillonne pas le Qué­bec avec ses spec­tacles, Kim Ri­chard­son re­charge ses bat­te­ries chez elle, à La­chine.

Vous ris­quez de croi­ser cette ar­tiste sou­riante dans un res­tau­rant dé­jeu­ner ou sur la rue puis­qu’elle adore se pro­me­ner dans son voi­si­nage. «L’em­pla­ce­ment est près de Mon­tréal et sa qua­li­té de vie est ex­cep­tion­nelle. Il y a le fleuve et un peu plus loin, le lac Saint-Louis. Souvent, je prends des marches, c’est pai­sible ici », men­tionne-t-elle.

HIS­TOIRE D’AMOUR

Si Kim Ri­chard­son aime l’en­droit où elle ha­bite de­puis une tren­taine d’an­nées, en re­tour, l’en­droit com­mence à l’ai­mer. En dé­cembre lors des cé­lé­bra­tions du jour de l’an elle a re­çu une in­vi­ta­tion de l’ar­ron­dis­se­ment qui lui a fait chaud au coeur. « On m’a de­man­dé de faire par­tie de la fête du 350e anniversaire de La­chine. Ce­la m’a tou­ché. Ç’a été un hon­neur qu’ils aient pen­sé à moi », dit-elle fiè­re­ment.

Par­mi ses en­droits fa­vo­ris, elle note le quai ou «le pe­tit phare» au bord du Saint-Laurent. « L’été, lorsque j’y vais, j’ai tou­jours le même ri­tuel. Je vais ache­ter un pe­tit cor­net de crème gla­cée de l’autre cô­té de la rue et je vais m’y as­soir. Je sa­voure la vue et le cor­net en même temps », avoue-t-elle en riant. Un autre de ses en­droits préférés est l’En­tre­pôt. «J’y suis al­lé voir Émile Proulx-Clou­tier et Bru­no Pel­le­tier. La salle est gé­niale. Un jour, je me pro­mets d’avoir un spec­tacle taillé pour l’en­droit », men­tionne celle qui, en ce mo­ment, fait des spec­tacles qu’elle qua­li­fie de trop grouillants pour ce type de salle.

DE MÈRE EN FILLE

Kim est la fille unique de la chan­teuse Ja­cky Ri­chard­son. Née à Rich­mond Hill, en On­ta­rio, elle a gran­di dans une mai­son où vi­vaient aus­si ses grands-pa­rents, ses oncles et sa tante Bet­ty, éga­le­ment chan­teuse.

Sa mère et sa tante fai­saient par­tie du groupe The Tia­ras, ins­pi­ré du style des Su­premes. Après l’ac­cou­che­ment de Kim, c’est avec The Fa­bu­lous Fas­ci­na­tion, ver­sion ca­na­dienne du lé­gen­daire groupe The Plat­ters, que sa mère a pour­sui­vi sa car­rière. C’est d’ailleurs grâce au fon­da­teur de ce groupe, Skip­per Dean, souvent in­vi­té à chan­ter au sein du Mon­tréal Ju­bi­la­tion Gos­pel Choir que Kim a vu sa car­rière pro­fes­sion­nelle prendre son en­vol.

« Ma mère avait été in­vi­tée à chan­ter lors du concert de Noël de la cho­rale. Elle avait sug­gé­ré d’être ac­com­pa­gnée de sa soeur et de moi. C’est après ce spec­tacle que j’ai connu mes pre­miers en­ga­ge­ments à Mon­tréal. D’abord au Théâtre du Cen­taur et en­suite comme cho­riste de Ri­chard Séguin», se rap­pelle-t-elle avec conten­te­ment.

De­puis ce temps, Kim Ri­chard­son a en­re­gis­tré deux al­bums so­los, fait des per­for­mances aux cô­tés de nos plus belles voix et s’est illus­trée dans The

Ame­ri­can Sto­ry Show. Cette re­vue mu­si­cale la met­tait en ve­dette avec Rick Hugues et Marc-An­dré For­tin.

La chan­teuse, trois fois grand-mère, cé­lèbre cette an­née ses 30 ans de car­rière. Kim Ri­chard­son ne voit pas le jour où elle ces­se­ra de chan­ter ni d’ai­mer son quar­tier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.