Bri­ser le cycle de l’iti­né­rance

La Voix Pop - - ACTUALITÉS - JUSTINE GRA­VEL justine.gra­vel@tc.tc

SAN­TÉ. Les hommes vi­vant avec des pro­blèmes de san­té men­tale qui bé­né­fi­cient des ser­vices de la Mis­sion Bon Ac­cueil dans Saint-Henri ont main­te­nant ac­cès à des soins de proxi­mi­té. Des ex­perts du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Mon­tréal se dé­placent dans les lo­caux de l’or­ga­nisme, sur la rue Acorn, pour of­frir un en­ca­dre­ment sur me­sure et les ou­tils qui leur per­met­tront de ré­in­té­grer la so­cié­té.

Le Pro­gramme de ré­af­fi­lia­tion en iti­né­rance et san­té men­tale (PRISM) vise spé­ci­fi­que­ment à ré­duire l’iti­né­rance chro­nique chez les Mont­réa­lais.

Pen­dant deux mois, le Dr Vincent La­li­ber­té, psy­chiatre au CIUSSS du Centre-Ouest et chef du pro­gramme, tra­vaille de ma­nière in­ten­sive avec huit pa­tients à la fois, qui sont lo­gés au re­fuge pour hommes de la Mis­sion Bon Ac­cueil. Pour l’ai­der dans ce pro­ces­sus, il peut comp­ter sur la pré­sence d’une tra­vailleuse so­ciale du CIUSSS, d’une in­fir­mière et d’une in­ter­ve­nante so­ciale de l’or­ga­nisme.

« Les pre­mières se­maines, on es­saie de sta­bi­li­ser la per­sonne. Puis, vient l’étape de cher­cher un nou­vel ap­par­te­ment, al­ler chez le coif­feur, prendre ren­dez-vous avec le mé­de­cin pour un sui­vi, re­faire ses pa­piers. Bref, tout ce qui l’em­pê­chait de ne pas avoir un chez-soi avant », ex­plique le Dr La­li­ber­té.

Pour le pré­sident-di­rec­teur gé­né­ral de la Mis­sion Bon Ac­cueil, Sam Watts, ce pro­gramme est com­plé­men­taire à la mis­sion de son or­ga­nisme.

« L’idée est de ser­vir les gens di­rec­te­ment dans la com­mu­nau­té. Ce n’est pas uni­que­ment un re­fuge ou des soins de san­té, c’est un pro­ces­sus de tran­si­tion vers une vie nor­male », dit-il, sou­li­gnant que 50 à 75 % de ses clients vivent avec des troubles men­taux.

BI­LAN PO­SI­TIF

En branle de­puis no­vembre 2017 à la Mis­sion Bon Ac­cueil, le PRISM a dé­jà permis à sept per­sonnes vi­vant en si­tua­tion d’iti­né­rance de se dé­ni­cher un lo­ge­ment, alors qu’une ving­taine de pa­tients a été ad­mis au pro­gramme.

« Ce n’est pas 100 % des per­sonnes qui fi­nissent par se lo­ger. On parle sou­vent de réus­site par­tielle. Nous dé­ce­lons le pro­blème et nous pou­vons en­voyer la per­sonne vers les bons ser­vices pour qu’elle fi­nisse par s’en sor­tir. Par exemple, les toxi­co­manes », ren­ché­rit le Dr La­li­ber­té.

De­puis les dé­buts du pro­gramme, qui a été lan­cé il y a cinq ans à la Mis­sion Old Bre­wer, le taux de suc­cès est éva­lué à 75 %. Le psy­chiatre at­tri­bue ce bi­lan po­si­tif au mi­lieu de vie créé par le pro­gramme.

« Sou­vent, les per­sonnes souf­frant de ma­la­die men­tale sont ad­mises d’ur­gence à l’hô­pi­tal lors­qu’elles vivent une si­tua­tion de crise. Elles re­tournent en­suite à la rue deux jours après et rien n’a chan­gé. Le PRISM vise à bri­ser ce cycle. On veut pré­ve­nir les crises et les ai­der à s’en sor­tir de ma­nière per­ma­nente », dit-il.

Mis­sion Bon Ac­cueil de­vient le troi­sième éta­blis­se­ment de l’Île de Mon­tréal à bé­né­fi­cier des ser­vices du PRISM, avec l’Ac­cueil Bon­neau et la Mis­sion Old Bre­we­ry.

(Pho­to : Gra­cieu­se­té – Mis­sion Bon Ac­cueil)

Le pré­sident-di­rec­teur gé­né­ral de la Mis­sion Bon Ac­cueil, Sam Watts, a an­non­cé le lan­ce­ment of­fi­ciel du PRISM, le 7 juin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.