“Sur le ring, mes ré­flexes et ma fa­çon de bou­ger sont re­ve­nus au­to­ma­ti­que­ment”

L'actu - - INTERVIEW CINÉ -

On dit que les muscles ont de la mé­moire. Votre corps s’est-il sou­ve­nu de ce que vous lui aviez fait en­du­rer pour ?

Pour le pre­mier Creed, je ne m’at­ten­dais pas à un tel dé­fi phy­sique. C’est une fois le pro­gramme fi­ni que j’ai com­pris par quelles étapes j’étais pas­sé et à quel point ce­la avait été un dé­fi. Pour Creed 2, je n’étais plus un no­vice, mais je sa­vais qu’on al­lait pous­ser le cur­seur en­core plus loin. J’ai souf­fert. Quand j’ai re­mis des gants de boxe et que je suis re­tour­né sur le ring, mes ré­flexes et ma fa­çon de bou­ger sont re­ve­nus au­to­ma­ti­que­ment. Mais à la fin des scènes de com­bat, je n’avais qu’une en­vie : me mettre dans un coin et souf­fler ! Un bon père. Un homme qui pro­tège sa fa­mille. En ce mo­ment, dans la so­cié­té où l’on vit, c’est un com­bat quo­ti­dien.

Pro­pos re­cueillis par Frank Rous­seau, à Hol­ly­wood

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.