UNE NOU­VELLE BOMBE

À Londres, au Royaume-Uni (Eu­rope), en juin 1944

L'actu - - PLAYBAC PRESS -

Une fu­sée V1 (ap­pe­lée ou « arme de la ven­geance» en fran­çais), lan­cée par les Al­le­mands, s’écrase sur la ca­pi­tale bri­tan­nique. Cette nou­velle arme est une bombe vo­lante : un pe­tit avion de 7 m de long, sans pi­lote et conte­nant 847 ki­los d’ex­plo­sifs. Les V1 peuvent être lar­guées de­puis de gros avions mais la plu­part sont en­voyées grâce à des rampes de lan­ce­ment*, ins­tal­lées le long de la Manche, dans le nor­douest de la France. Équi­pée d’un mo­teur puis­sant, la fu­sée dé­colle à en­vi­ron 250 km/h puis at­teint 650 km/h en plein vol. Quelques jours après le Dé­bar­que­ment Hit­ler** dé­cide d’uti­li­ser ces bombes. Il es­père ain­si re­prendre le des­sus dans la guerre en ter­ro­ri­sant la po­pu­la­tion. La pre­mière fu­sée V1 est lan­cée le 13 juin 1944. À par­tir de ce mo­ment, les Al­le­mands en­voient près de 250 V1 par jour en di­rec­tion du Royau­meU­ni. 70 s’écrasent sur Londres chaque jour, fai­sant 6000 morts en trois mois. Au bout de quelques se­maines, un ré­sis­tant*** fran­çais, Mi­chel Hol­lard, lo­ca­lise les 104 rampes de lan­ce­ment. Il trans­met ces in­for­ma­tions à l’ar­mée bri­tan­nique qui les bom­barde. Les at­taques de V1 sur le Royaume-Uni s’ar­rêtent le 1er sep­tembre 1944. Mais elles re­prennent en dé­cembre 1944 sur la Bel­gique, presque li­bé­rée par les Al­liés. En tout, en­vi­ron 20 000 fu­sées V1 sont lan­cées entre juin 1944 et jan­vier 1945.

Ver­gel­tungs­waffe (lire p. 2), * Ma­chine per­met­tant de lan­cer une fu­sée. ** Chef très au­to­ri­taire de l’Al­le­magne de 1933 à 1945. *** Per­sonne qui lutte contre l’oc­cu­pa­tion al­le­mande.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.