Faut-il avoir peur...

... DE L’EF­FET PAS­SE­RELLE ?

L’actualité - - SOMMAIRE -

La lé­ga­li­sa­tion du can­na­bis va-t-elle ac­croître la consom­ma­tion de drogues dures ? Le mar­ke­ting des ci­ga­rettes élec­tro­niques va-t-il faire aug­men­ter le nombre de fu­meurs ? Dans les deux cas, on s’in­quiète de l’ef­fet pas­se­relle, qui in­ci­te­rait les consom­ma­teurs en mal de sen­sa­tions à re­cher­cher des pro­duits plus dan­ge­reux, par goût du risque, dé­pen­dance ou at­trait pour l’in­ter­dit. Mais ce risque d’es­ca­lade existe-t-il réel­le­ment ?

Dans le cas du can­na­bis, les études me­nées de­puis 30 ans sont claires : ce n’est pas une drogue d’ini­tia­tion. Ce qui pousse cer­tains consom­ma­teurs vers des drogues plus dures n’a rien à voir avec les ca­rac­té­ris­tiques du can­na­bis, mais ré­sulte plu­tôt d’une com­bi­nai­son de sus­cep­ti­bi­li­tés in­di­vi­duelles, liées à la gé­né­tique, et de fac­teurs en­vi­ron­ne­men­taux, comme le ré­seau d’amis, la dis­po­ni­bi­li­té des drogues et les oc­ca­sions d’en consom­mer.

L’at­trait de l’in­ter­dit peu­til à lui seul faire bas­cu­ler cer­tains consom­ma­teurs de pot vers l’hé­roïne ou la co­caïne ? Pos­sible, mais ce­la reste à prou­ver. Cet au­tomne, une étude amé­ri­caine me­née au­près de 27 000 ado­les­cents a mon­tré que dans les États où le can­na­bis mé­di­ci­nal a été lé­ga­li­sé, la consom­ma­tion de co­caïne a aug­men­té de 60 % et celle d’hé­roïne de 160 %. Cette étude n’a ce­pen­dant pas éta­bli de cor­ré­la­tion entre ces deux phé­no­mènes, et les cher­cheurs n’ont pas non plus vu d’aug­men­ta­tion de la consom­ma­tion d’autres drogues dures ni de mé­di­ca­ments opia­cés.

Se­lon la der­nière en­quête de l’Ins­ti­tut de la sta­tis­tique du Qué­bec, 15 % des Qué­bé­cois de plus de 15 ans avaient consom­mé du can­na­bis en 2014, et 1,9 % avaient pris de la co­caïne. Ce­pen­dant, plus de la moi­tié des consom­ma­teurs de can­na­bis en avaient pris moins d’une fois par mois et n’avaient pris au­cune autre drogue du­rant cette pé­riode.

Le cas de l’ef­fet pas­se­relle lié au va­po­tage in­quiète bien da­van­tage les spé­cia­listes en santé pu­blique. Aux États-Unis, la mise en mar­ché des ci­ga­rettes élec­tro­niques aro­ma­ti­sées, sty­li­sées et à haute te­neur en ni­co­tine de l’en­tre­prise JUUL a fait aug­men­ter en quelques mois le nombre d’ado­les­cents qui va­po­taient, alors que ces pro­duits étaient cen­sés ai­der des fu­meurs plus âgés à écra­ser. Ré­sul­tat, le nombre de jeunes dé­pen­dants de la ni­co­tine grimpe en flèche, et main­te­nant que la FDA semble vou­loir mieux contrô­ler ces dis­po­si­tifs, on craint que ces jeunes ne se tournent vers le ta­bac. Au Ca­na­da, une étude me­née au­près de 44 000 élèves du se­con­daire a trou­vé une as­so­cia­tion entre le va­po­tage et le ta­ba­gisme ul­té­rieur, même si la vente de ci­ga­rettes élec­tro­niques conte­nant de la ni­co­tine est in­ter­dite aux mi­neurs. JUUL a fait son en­trée sur le mar­ché ca­na­dien cet au­tomne. (Valérie Borde)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.