VILLE­RET GRANDE DATE

L'APPART - - Blancpain -

Blanc­pain offre, pour la pre­mière fois dans la col­lec­tion Ville­ret, un garde-temps do­té d’une grande date. Cette com­pli­ca­tion aus­si élé­gante qu’utile per­met une li­si­bi­li­té op­ti­male de la date, grâce à un af­fi­chage au tra­vers de deux larges gui­chets.

Le ca­libre 6950 bat­tant au coeur de ce garde-temps est pour­vu de deux ba­rillets et d’un in­gé­nieux mé­ca­nisme de grande date mu­ni d’une pro­tec­tion contre les chocs.

Re­mar­quable de pré­ci­sion et de fia­bi­li­té, ce mou­ve­ment au­to­ma­tique pos­sède éga­le­ment un ba­lan­cier à iner­tie va­riable avec spi­ral en si­li­cium et des vis ré­glantes en or. Avec son clas­sique boî­tier double pomme en or rouge et son ca­dran opa­lin, la montre Ville­ret Grande Date porte en elle toutes les va­leurs de l’hor­lo­ge­rie tra­di­tion­nelle, avec comme si­gna­ture, la pu­re­té des lignes et l’es­thé­tique in­tem­po­relle qui ca­rac­té­risent l’en­semble de la col­lec­tion Ville­ret.

A 24 ans, Hu­bert de Gi­ven­chy crée sa propre mai­son de cou­ture grâce au sou­tien fi­nan­cier de Louis Fon­taine (à la tête de l’em­pire Pri­su­nic) au 8, rue Al­fred de Vi­gny, à Pa­ris. Né le 20 fé­vrier 1927 à Beau­vais, Hu­bert James Taf­fin de Gi­ven­chy est ins­pi­ré très tôt par les ma­ga­zines de mode et rêve de tra­vailler chez Ba­len­cia­ga. A 17 ans, il fait ses dé­buts chez Jacques Fath comme as­sis­tant re­com­man­dé par un ami de la fa­mille. En 1946, grâce au cé­lèbre illus­tra­teur Ch­ris­tian Bé­rard, le jeune homme entre chez Ro­bert Pi­guet en tant que sty­liste. Ch­ris­tian Dior le re­com­mande alors à Lucien Le­long (l’idée de Dior était d’em­bau­cher Gi­ven­chy dans sa propre mai­son qui al­lait ou­vrir un an plus tard). Après six mois pas­sés chez Le­long à par­faire ses com­pé­tences tech­niques, l’illus­tra­teur Re­né Gruau aide Gi­ven­chy à dé­bu­ter chez El­sa Schia­pa­rel­li, dont il de­vient le tout pre­mier as­sis­tant. Il est en­suite pro­mu di­rec­teur ar­tis­tique de la bou­tique flag­ship de la Mai­son, place Ven­dôme, fai­sant d'elle la pre­mière bou­tique de prêt-à-por­ter d’une mai­son de haute cou­ture. Après 4 ans de collaboration, Hu­bert de Gi­ven­chy quitte Schia­pa­rel­li pour créer sa propre mai­son. La presse s’em­balle. Pour le New York Times, « une étoile est née ». Quant au Fi­ga­ro, il écrit : « Hu­bert de Gi­ven­chy est de­ve­nu du jour au len­de­main, avec sa pre­mière col­lec­tion, l’en­fant ter­rible de la mode ».

28.02.2005 - RIC­CAR­DO TIS­CI NOM­MÉ DI­REC­TEUR DE LA CRÉA­TION En fé­vrier 2005, Ric­car­do Tis­ci créa­teur ita­lien bien­tôt tren­te­naire est nom­mé di­rec­teur ar­tis­tique de toutes les col­lec­tions femme de Gi­ven­chy (haute cou­ture, prêt-à-por­ter et ac­ces­soires). Ele­vé par sa mère et ses huit soeurs, Ric­car­do Tis­ci quitte l’ita­lie à 17 ans. Il in­tègre la cen­tral Saint Mar­tins school de Londres et, son di­plôme en poche, tra­vaille en free­lance pour plu­sieurs so­cié­tés et créa­teurs pen­dant près de cinq ans, avant de lan­cer sa propre col­lec­tion à Mi­lan. Apres deux sai­sons plé­bis­ci­tées par la presse et les ache­teurs, il em­mé­nage à pa­ris pour re­joindre la mai­son Gi­ven­chy.

COL­LEC­TION FEMME S/S 2015 Pour cette col­lec­tion, Ric­car­do Tis­ci nous pro­pose un voyage dans les an­nées 70 et à l’époque de ses dé­buts chez Gi­ven­chy, quand la femme était sexy et forte, sen­suelle et sure d’elle. Cuis­sardes, robes en den­telle ou pan­ta­lons en cuir taille haute… cette col­lec­tion puise son ins­pi­ra­tion dans des ré­fé­rences in­verses : le ty­rol pour la sil­houette, le flip­per pour les im­primes et le rock ‘n’ roll pour l’at­ti­tude. Ric­car­do Tis­ci offre un souffle nou­veau à la garde- robe Gi­ven­chy. Il pro­pose une ver­sion mo­derne de son style rock/cou­ture avec des sil­houettes ul­tra gra­phiques op­ti­mi­sées par l’im­prime noir & blanc. La force de cette col­lec­tion ré­side dans le mé­lange des ma­tières par­fai­te­ment mai­trise : den­telle or­née d’oeillets, mousseline im­pri­mée, cuir dé­cou­pé et bro­de­ries en si­mi­li, clous et pierres se­mi­pré­cieuses. La femme Gi­ven­chy du prin­temps/été 2015 est l’in­car­na­tion ul­time de toutes les femmes qui conti­nuent au­jourd’hui d’ins­pi­rer Ric­car­do Tis­ci et sa vi­sion de Gi­ven­chy.

gi­ven­chy.com

bi­tur­bo de 4,0 litres qui ré­pond spon­ta­né­ment avec une fougue ex­trême dès les bas ré­gimes et ga­ran­tit de pro­di­gieuses per­for­mances rou­tières. Avec des ca­rac­té­ris­tiques épous­tou­flantes telles qu’un temps de 3,8 se­condes pour le sprint de 0 à 100 km/h et une vi­tesse de pointe de 310 km/h, com­bi­née à une dy­na­mique de marche ex­cep­tion­nelle, le vé­hi­cule pro­met d’ac­com­plir ses tours de cir­cuit à une al­lure phé­no­mé­nale. Dans le même temps, la bi­place s’avère un com­pa­gnon fiable, confor­table et fa­cile à vivre au quo­ti­dien avec son hayon pra­tique, un coffre très fonc­tion­nel, un confort éle­vé sur longues dis­tances et les nom­breux sys­tèmes d’aide à la conduite du pro­gramme Mer­cedes-benz In­tel­li­gent Drive.

mer­cedes-amg-gt.mer­cedes-benz.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.