La ges­tion du golf de La­chute échappe à un groupe de la ré­gion

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS - EVE­LYNE BERGERON eve­lyne.bergeron@eap.on.ca

Le prin­temps ar­rive dans quelques mois et il n’y a tou­jours pas per­sonne pour opé­rer le club de golf de La­chute.

Pour­tant, un peu avant Noël, un groupe de six in­ves­tis­seurs de La­chute a pré­sen­té une offre aux pro­prié­taires, le Broad Group. Il y a eu né­go­cia­tions, mais au­cun ter­rain d’en­tente.

« Il y avait trop de risques fi­nan­ciers », a dé­cla­ré à L’Ar­gen­teuil Mau­rice Gi­roux, l’un des membres du groupe. Outre M. Gi­roux, un agent d’im­meuble de re­nom de la ré­gion, le groupe était com­po­sé de ses fils Ka­rol Joe et Émé­rik, de sa fille Billie-Pris­ca, ain­si que de Jeff Sea­mone et de Ben­ja­min Pain­chaud.

M. Gi­roux af­firme que le groupe a mis beau­coup de temps, d’éner­gie et de coeur sur ce pro­jet de­puis l’au­tomne der­nier. Au dé­but du mois de jan­vier, lorsque son offre a été re­fu­sée, le groupe la­chu­tois a mis un terme aux né­go­cia­tions avec grande dé­cep­tion.

Se­lon Mau­rice Gi­roux, il n’y a pas d’in­té­rêt pour un in­ves­tis­seur de prendre en charge au­tant de res­pon­sa­bi­li­tés. D’autres in­ves­tis­seurs au­raient aus­si dé­mon­tré de l’in­té­rêt pour la ges­tion du golf, mais tous ont aus­si re­brous­sé che­min.

Il faut sa­voir que lorsque le Groupe Beau­det a fer­mé bou­tique en oc­tobre der­nier, il est aus­si par­ti avec tout l’équi­pe­ment. Un nou­veau ges­tion­naire de­vra donc par­tir à neuf.

Du cô­té du Broad Group, on re­con­naît que ce­la re­pré­sente un obs­tacle im­por­tant. « Ça éli­mine plu­sieurs ex­ploi­tants po­ten­tiels, re­con­naît le porte-pa­role du Broad Group, Marc Per­reault. On est prêt à louer le ter­rain à bon prix, mais on n’a pas d’équi­pe­ment à of­frir. »

Mal­gré ce­la, M. Per­reault confirme que le Broad Group dis­cute sé­rieu­se­ment avec un autre groupe d’in­ves­tis­seurs po­ten­tiels. Ce­lui-ci de­vrait pré­sen­ter une offre vers la fin du mois de jan­vier. Une an­nonce of­fi­cielle pour­rait donc être en­vi­sa­gée en mars si une en­tente de­vait être conclue.

« Ils ont ma­ni­fes­té beau­coup d’in­té­rêt, a af­fir­mé M. Per­reault. Nous avons confiance d’en ar­ri­ver à une en­tente avec eux, mais on ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. » Se­lon M. Per­reault, le groupe en ques­tion opère dé­jà un club de golf.

Le temps presse

En plus d’être dé­çu de ne pas avoir réus­si à conclure une en­tente, Mau­rice Gi­roux se dit in­quiet quant à l’ave­nir du club de golf de La­chute. D’au­tant plus que le temps passe et qu’au­cune en­tente ne semble vou­loir se confir­mer avant la fin de l’hiver.

« Je sou­haite de tout coeur qu’il y ait en­core du golf à La­chute. C’est le coeur de la ville. Ça fait par­tie de l’ADN de La­chute. Mais j’ai bien peur qu’il n’y ait pas de golf cet été. J’es­père que je me trompe », a-t-il ex­pri­mé.

Marc Per­reault re­con­naît que « le temps joue contre nous ». Ad­ve­nant une en­tente, le nou­veau ges­tion­naire ne dis­po­se­ra pas de beau­coup de temps pour pré­pa­rer la sai­son 2018. « On est prêt à être fa­ci­li­tant pour la pre­mière an­née », a conclu M. Per­reault.

—photo four­nie

L’agent d’im­meuble Mau­rice Gi­roux est l’un de ceux qui ont ten­té de prendre la ges­tion du club de golf de La­chute.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.