IN­NO­VA­TION PÉ­DA­GO­GIQUE

AU SÉ­MI­NAIRE

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS | ÉDUCATION - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI fre­de­ric.hountondji@eap.on.ca

L’école se­con­daire Le Sé­mi­naire du Sa­cré-Coeur, à Gren­ville-sur-laRouge, vit une sé­rie de ré­formes qui com­prend l’in­no­va­tion pé­da­go­gique.

Pour s’adap­ter aux nou­velles réa­li­tés, « l’école a fait le choix de l’in­no­va­tion pé­da­go­gique. On s’est mu­ni d’un plan de dé­ve­lop­pe­ment pro­fes­sion­nel, a ex­pli­qué Chris­tian La­vergne, di­rec­teur gé­né­ral du Sé­mi­naire du Sa­cré-Coeur. Chaque en­sei­gnant a mis sur pied un plan de dé­ve­lop­pe­ment pro­fes­sion­nel et se donne des ob­jec­tifs d’in­no­va­tion pé­da­go­gique. » M. La­vergne a don­né, à titre d’exemple d’in­no­va­tion, les classes in­ver­sées. Nor­ma­le­ment, la théo­rie est don­née en classe. Les tra­vaux pra­tiques sont faits à la mai­son. Les classes in­ver­sées, c’est le contraire.

« On dit que la théo­rie est par­tout dis­po­nible sur le Web, a ex­pli­qué M. La­vergne. Alors à la mai­son, tu fais la théo­rie, tu écoutes les cap­sules vi­déos et tu fais tes tra­vaux pra­tiques et tes de­voirs en classe. L’en­sei­gnant est là quand tu as be­soin de lui »,

EN­TRE­PRE­NEU­RIAT SO­CIAL

L’école a éga­le­ment in­tro­duit des cours d’en­tre­pre­neu­riat où les jeunes font de l’ap­pren­tis­sage par pro­jet. Ils doivent mettre sur pied une en­tre­prise et faire toutes les étapes de l’en­tre­pre­neur comme trou­ver un pro­duit, le fa­bri­quer, le mettre sur le mar­ché, gé­rer la clien­tèle, ré­par­tir les tâches en en­tre­prise, etc.

« L’idée est de dé­ve­lop­per la conscience so­cia­le­chez­les­jeunes,parl’en­tre­pre­neu­riat so­cial ou l’en­tre­pre­neu­riat conscient, c’est-à-dire que les jeunes vont trou­ver un pro­duit. Ils vont le vendre et avec les pro­fits, ils pour­ront fi­nan­cer une ac­ti­vi­té. L’idée c’est que les pro­fits que vous faites, vous les re­don­nez à la com­mu­nau­té, à des or­ga­nismes ca­ri­ta­tifs de la ré­gion. On veut les sen­si­bi­li­ser à l’en­tre­pre­neu­riat so­cial, c’est un autre exemple d’in­no­va­tion pé­da­go­gique », a dé­cla­ré M. La­vergne. Ex­pli­quant le choix de l’école, M. La­vergne a sou­li­gné que pen­dant l’an­née sco­laire 2016-2017, il fal­lait dé­fi­nir de nou­velles orien­ta­tions pour le sé­mi­naire afin d’amé­lio­rer la qua­li­té de l’en­sei­gne­ment. Un plan stra­té­gique a alors été mis en place avec l’en­ga­ge­ment des en­sei­gnants, du co­mi­té des pa­rents et du co­mi­té des étu­diants.

« On a abor­dé la ques­tion sous un angle très large, a-t-il rap­por­té. On est par­ti du contexte de l’édu­ca­tion au Qué­bec. On s’est de­man­dé com­ment on vou­lait se po­si­tion­ner dans ce contexte-là. Et on est par­ti des grandes études dé­jà réa­li­sées. » Il a évo­qué une étude de la firme De­loitte qui montre que seule­ment 7 % des jeunes disent vou­loir ap­prendre de l’école et la plu­part sou­tiennent qu’ils vont ap­prendre de l’en­tre­prise. Pour s’adap­ter à cette réa­li­té, l’école a fait le choix de l’in­no­va­tion pé­da­go­gique.

— pho­to Fré­dé­ric Hountondji

Chris­tian La­vergne, di­rec­teur gé­né­ral du Sé­mi­naire du Sa­cré- Coeur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.