UN MI­LIEU DE VIE SANS PA­REIL

L’URFI :

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS - EVELYNE BERGERON evelyne.bergeron@eap.on.ca

En ap­pui aux de­mandes de la MRC d’Ar­gen­teuil de main­te­nir et de bo­ni­fier les ser­vices de proxi­mi­té et des ser­vices spé­cia­li­sés au centre hos­pi­ta­lier de Lachute, Pierre Bé­lan­ger a té­moi­gné de son ex­pé­rience per­son­nelle à l’Uni­té de ré­adap­ta­tion fonc­tion­nelle et in­ten­sive (URFI) à Lachute. Pour lui, qui y a été ré­si­dant pen­dant 14 se­maines en rai­son du syn­drome de Guillain-Bar­ré, c’est avant tout la perte d’un mi­lieu de vie mo­derne et adap­té qui est dé­plo­rable. « On est beau­coup mieux à l’URFI que dans un lit d’hô­pi­tal. Ce n’est pas la même at­mo­sphère », a-t-il té­moi­gné lors d’une con­fé­rence de presse de la MRC d’Ar­gen­teuil.

L’édi­fice qui ac­cueillait l’URFI à Lachute a été construit en 2013 au coût de 5 M$. C’est un mi­lieu de vie qui avait été construit sur me­sure, à la fine pointe de la tech­no­lo­gie. Or, le Centre in­té­gré de san­té et de ser­vices so­ciaux (CISSS) des Lau­ren­tides a pris la dé­ci­sion de trans­fé­rer les ser­vices à SaintJé­rôme. D’im­por­tantes sommes d’ar­gent se­ront donc in­ves­ties pour ré­no­ver et adap­ter un an­cien centre hos­pi­ta­lier de soins de longue du­rée (CHSLD), construit dans les an­nées 1930. M. Bé­lan­ger craint que les fu­turs pa­tients de l’URFI ne puissent bé­né­fi­cier d’un aus­si beau mi­lieu de vie pour suivre leur ré­adap­ta­tion. À Lachute, les dé­pla­ce­ments en fau­teuils rou­lants se fai­saient ai­sé­ment, les es­paces étaient lu­mi­neux et ac­cueillants. « C’est un mi­lieu très dif­fé­rent (de l’hô­pi­tal). Ce qu’ils veulent, c’est te ra­me­ner à la vie nor­male », a sou­li­gné ce­lui qui est pas­sé d’une pa­ra­ly­sie qua­si com­plète à un re­tour sur ses deux pieds en près de cinq mois.

Il est per­sua­dé que l’an­cien CHSLD de Saint-Jé­rôme ne pour­ra pas être aus­si bien amé­na­gé que l’édi­fice de Lachute. Se­lon lui, le mi­lieu où le pa­tient fait sa ré­adap­ta­tion a un rôle dans le suc­cès de celle-ci. M. Bé­lan­ger, qui a été hos­pi­ta­li­sé pen­dant près de deux mois au dé­but de sa pa­ra­ly­sie, ne peut au­jourd’hui que se comp­ter chan­ceux d’avoir pu faire sa ré­ha­bi­li­ta­tion dans un en­droit aus­si agréable que l’URFI de Lachute.

« ON EST BEAU­COUP MIEUX À L’URFI QUE DANS UN LIT D’HÔ­PI­TAL

—pho­to Evelyne Bergeron

Pierre Bé­lan­ger, ré­si­dant de Lachute, a eu la chance de suivre sa ré­adap­ta­tion fonc­tion­nelle et in­ten­sive à Lachute. Il a té­moi­gné de son ex­pé­rience lors de la con­fé­rence de presse de la MRC d’Ar­gen­teuil au su­jet de l’op­po­si­tion de cette der­nière à la fer­me­ture de l’URFI. Il est ici en com­pa­gnie du pré­fet sup­pléant de la MRC et maire de la Ville de Lachute, Carl Pé­lo­quin

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.