DES COM­BATS POUR LES PLUS VUL­NÉ­RABLES

LO­GE­MENT ET AL­PHA­BÉ­TI­SA­TION,

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS - EVELYNE BERGERON evelyne.bergeron@eap.on.ca

« Le lo­ge­ment est une pierre an­gu­laire dans la vie des gens, qui per­met dras­ti­que­ment d’amé­lio­rer les condi­tions de vie des per­sonnes plus vul­né­rables. »

C’est ce qu’a fait va­loir Émi­lie Jo­ly, or­ga­ni­sa­trice com­mu­nau­taire au Front d’ac­tion po­pu­laire en ré­amé­na­ge­ment ur­bain (FRAPPRU), lors de l’ar­rêt à Lachute de la marche De villes en vil­lages pour le droit au lo­ge­ment. Une qua­ran­taine de mar­cheurs ont tra­ver­sé dans Ar­gen­teuil, au dé­but du mois de sep­tembre, pour in­ter­pel­ler les gou­ver­ne­ments sur la ques­tion du lo­ge­ment so­cial dans le cadre de la marche. « Pour ame­ner de la vi­si­bi­li­té à un en­jeu dont on parle peu, mal­heu­reu­se­ment, on a dé­ci­dé d’or­ga­ni­ser une marche de 550 km entre les deux ca­pi­tales », a ex­pli­qué Mme Jo­ly. Cette marche s’est dé­rou­lée du 2 au 29 sep­tembre et des ar­rêts à Gren­ville-sur-la-Rouge, Gren­ville et Lachute fai­saient par­tie de l’iti­né­raire. C’est avec en­thou­siasme que la Mai­son po­pu­laire d’Ar­gen­teuil a ac­cueilli les mar­cheurs le 8 sep­tembre, dans le cadre de la Jour­née in­ter­na­tio­nale de l’al­pha­bé­ti­sa­tion. Après un bon re­pas sa­vou­ré en plein air, les deux or­ga­ni­sa­tions en ont pro­fi­té pour mettre en lu­mière leurs re­ven­di­ca­tions res­pec­tives et les liens qui les unissent.

Se­lon les don­nées du FRAPPRU, seule­ment dans les Lau­ren­tides, 15 475 mé­nages lo­ca­taires ont des be­soins im­pé­rieux de lo­ge­ment parce qu’ils vivent dans un lo­ge­ment trop cher, trop pe­tit ou en mau­vais état. Par­mi eux, 6780 consacrent plus de la moi­tié de leur re­ve­nu au loyer. « Ça se fait au dé­tri­ment de leurs autres be­soins es­sen­tiels, de leur san­té et par­fois même de leur sé­cu­ri­té », a sou­li­gné la porte-pa­role de l’or­ga­nisme.

De son cô­té, la Mai­son po­pu­laire d’Ar­gen­teuil, qui ac­com­pagne les adultes peu al­pha­bé­ti­sés dans leur dé­marche pour re­nouer avec l’écrit et ga­gner en au­to­no­mie, constate au quo­ti­dien les liens étroits qui existent entre le droit au lo­ge­ment et ce­lui à l’al­pha­bé­ti­sa­tion. « Lorsque les be­soins de base ne sont pas com­blés, comme ce­lui d’avoir un toit sur la tête, il est dif­fi­cile d’en­vi­sa­ger d’en­tre­prendre une dé­marche d’al­pha­bé­ti­sa­tion. In­ver­se­ment, lors­qu’on a des dif­fi­cul­tés avec l’écrit, il est sou­vent ar­du de com­prendre ses droits en tant que lo­ca­taire et de les dé­fendre », a ex­pli­qué Mar­tine Man­tha, co­or­don­na­trice de l’or­ga­nisme d’al­pha­bé­ti­sa­tion po­pu­laire.

—pho­to four­nie

Une qua­ran­taine de mar­cheurs du mou­ve­ment Devilles en vil­lages pour le droit au lo­ge­ment, or­ga­ni­sé par le FRAPPRU, se sont ar­rê­tés à Lachute au dé­but sep­tembre et en ont pro­fi­té pour sou­li­gner la Jour­née in­ter­na­tio­nale de l’al­pha­bé­ti­sa­tion à la Mai­son po­pu­laire d’Ar­gen­teuil.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.