UN PUB COM­MU­NAU­TAIRE SE MIJOTE À SAINTAN­DRÉ-D’AR­GEN­TEUIL

L'Argenteuil - - AFFAIRES - FRÉ­DÉ­RIC HOUN­TOND­JI fre­de­ric.houn­tond­[email protected]

Un pro­jet de pub pour­rait voir le jour au prin­temps pro­chain au res­to-bar La Ma­ri­na à SaintAn­dré-d’Ar­gen­teuil, où on ser­vi­rait une va­rié­té de bières de mi­cro-bras­se­ries lo­cales.

« On n’a pas vrai­ment de res­tau­rants, ni à La­chute ni dans les alen­tours, qui servent une va­rié­té de bières de mi­cro­bras­se­ries. Nous, ce que l’on veut, c’est of­frir un me­nu qui est fon­dé sur tous les in­gré­dients que l’on re­trouve dans Ar­gen­teuil », a ex­pli­qué De­nis Pel­land, ini­tia­teur du pro­jet. Il n’a pas man­qué de pré­ci­ser que son en­tre­prise en­tend of­frir un me­nu dont les in­gré­dients pro­vien­dront d’un rayon de moins de 50 ki­lo­mètres du vil­lage de Saint-An­dré-d’Ar­gen­teuil. « On veut al­ler beau­coup plus large qu’Ar­gen­teuil. On vise un 80 à 90 % du me­nu qui se­rait fait d’in­gré­dients uni­que­ment lo­caux », a-t-il in­for­mé.

M. Pel­land a re­con­nu qu’il avait dé­jà es­sayé un tel pro­jet l’été der­nier avec le « Pub éphé­mère » qui avait ob­te­nu de bons ré­sul­tats. Y avaient par­ti­ci­pé des pro­duc­teurs de la ré­gion tels que Laine Ar­gen­teuil, Do­maine des Serres, la Ferme Belle Roche et autres.

PUB COM­MU­NAU­TAIRE

L’homme qui se dé­fi­nit comme « un en­tre­pre­neur so­cial » a sou­li­gné que le pub au­ra aus­si une vo­ca­tion com­mu­nau­taire. La com­mu­nau­té se­ra im­pli­quée dans le ser­vice de res­tau­ra­tion, a-t-il pro­mis. Lors du pro­jet éphé­mère qui avait du­ré huit jours, sept or­ga­nismes com­mu­nau­taires étaient pré­sents pour deux soi­rées. L’ob­jec­tif ici est qu’ils se servent du pub comme d’un pla­teau pour fi­nan­cer leurs ac­ti­vi­tés.

« Si par exemple, un or­ga­nisme com­mu­nau­taire dit qu’il a be­soin de 1500 ou 2000 $ pour bou­cler un pro­jet, on lui four­nit un res­tau­rant fonc­tion­nel, une cui­sine avec un cui­si­ner et le lieu. On va lui dire de nous four­nir deux à trois bé­né­voles pour faire le ser­vice et ils conservent la to­ta­li­té des pour­boires de la soi­rée. Ils n’ont au­cune dé­pense, ils ar­rivent avec des bé­né­voles et partent avec de l’ar­gent que les gens ont don­né », a in­sis­té M. Pel­land.

Il a dit que lors du Pub éphé­mère, des or­ga­nismes ont réa­li­sé en moyenne, en une soi­rée de quatre heures, 200 à 300 $. Se­lon son ini­tia­teur, le pub pour­rait ou­vrir ses portes entre avril et mai, le temps pour lui de mettre les lieux au goût du jour.

—pho­to Fré­dé­ric Houn­tond­ji

De­nis Pel­land, ges­tion­naire d’éta­blis­se­ment et ini­tia­teur du pro­jet de pub au Res­to-bar La Ma­ri­na. Il en­tend re­mettre les lieux au goût du jour, d’ici au prin­temps, avant de dé­mar­rer les ac­ti­vi­tés

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.