Pas de crise du re­cy­clage sur la Côte-de-beau­pré

La So­cié­té VIA opère au Qué­bec

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - ÉMI­LIE PEL­LE­TIER re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

EN­VI­RON­NE­MENT. Bien que l’in­dus­trie du re­cy­clage se re­trouve ac­tuel­le­ment dans une im­passe sem­blable à celle de 2008-2009, la MRC de la Côte-de-beau­pré a te­nu à ras­su­rer sa po­pu­la­tion quant à l’ave­nir de ce qu’elle dé­pose chaque se­maine dans ses bacs bleus.

C’est que, de­puis l’au­tomne, la Chine re­fuse ca­té­go­ri­que­ment d’im­por­ter celles qui sont en moins bonne condi­tion, ses normes étant dé­sor­mais plus éle­vées. De­puis, ce pays, qui est l’un des prin­ci­paux ache­teurs de ma­tières re­cy­clables à l’in­ter­na­tio­nal, a res­ser­ré ses cri­tères de qua­li­té aux ven­deurs de pays étran­gers.

De nou­veaux seuils, prin­ci­pa­le­ment en ce qui concerne le pa­pier et le plas­tique, ont été fixés à moins de 1 % de conta­mi­na­tion. Ain­si, on es­père n’im­por­ter que les bal­lots qui at­teignent le plus haut de­gré de qua­li­té qui soit, pro­vo­quant du même coup une ac­cu­mu­la­tion de cer­tains bal­lots dans les centres de tri, un peu par­tout dans la pro­vince.

C’est donc dans l’op­tique de pal­lier leur in­quié­tude que quelques mu­ni­ci­pa­li­tés de la MRC ont ré­cem­ment par­ta­gé pu­bli­que­ment un com­mu­ni­qué à leurs ci­toyens, concer­nant ces pré­su­més amon­cel­le­ments de ma­tières re­cy­clables qui se forment dans les centres de tri.

Se­lon Ma­rie-an­drée St-pierre, conseillère en­vi­ron­ne­men­tale à la MRC, on veut sur­tout évi­ter que les gens en viennent à ces­ser de re­cy­cler, pen­sant à tort qu’elles sont par­fois dé­diées à l’en­fouis­se­ment, au même titre que les ma­tières ré­si­duelles.

SOU­CI DE L’EN­VI­RON­NE­MENT ET DES PER­SONNES

Le ter­ri­toire de la Côte-de-beau­pré est des­ser­vi par les centres de tri de Qué­bec et de Lé­vis, tous deux opé­rés par la So­cié­té VIA inc. Tel qu’in­di­qué sur le site web de l’or­ga­nisme à but non lu­cra­tif (OBNL), « la So­cié­té VIA est re­con­nue comme une en­tre­prise d’économie so­ciale ac­tive dans son mi­lieu », d’où elle tire d’ailleurs l’acro­nyme Vie, In­té­gra­tion et Ap­pren­tis­sage, qui té­moigne des va­leurs qu’elle met de l’avant.

Fa­vo­ri­sant la mise au tra­vail de per­sonnes ayant une li­mi­ta­tion fonc­tion­nelle, l’or­ga­nisme de ré­in­ser­tion so­ciale pré­co­nise le tri manuel au tri au­to­ma­ti­sé, afin d’aug­men­ter la condi­tion des ma­tières, tout en di­mi­nuant le risque d’er­reur du­quel n’est pas à l’abri l’équi­pe­ment mé­ca­nique.

Mme St-pierre pré­cise donc que tout ce qui est dé­po­sé dans les bacs bleus se re­trouve sur le mar­ché du re­cy­clage, la So­cié­té VIA inc. mi­sant for­te­ment sur la qua­li­té des pro­duits re­cy­clés pour sa­tis­faire aux exi­gences des pa­pe­tières et des re­cy­cleurs de plas­tique qué­bé­cois.

« VIA n’est pas vrai­ment vic­time de la crise, car elle fait af­faire avec des com­pa­gnies prin­ci­pa­le­ment qué­bé­coises, alors il n’y a pas né­ces­sai­re­ment de sur­plus cau­sés par le re­fus de la Chine», dé­clare-t-elle, ajou­tant que cette en­tre­prise in­no­va­trice fait no­tam­ment af­faire avec Cas­cade, Kru­ger et Bo­lo­nec.

Au Qué­bec, plus de 60% des ma­tières re­cy­clables ré­cu­pé­rées étaient ex­por­tées vers l’asie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.