Li­bé­rer la na­ture des dé­po­toirs illé­gaux

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - ÉMILIE PELLETIER re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

ENVIRONNEMENT. Un se­cond ap­pel de l’or­ga­nisme à but non lu­cra­tif, Pur­nat Ca­na­da, a été lan­cé à la po­pu­la­tion afin d’iden­ti­fier les dé­po­toirs illé­gaux sur le ter­ri­toire.

À l’ini­tia­tive de deux ama­teurs de plein air, bien at­tris­tés de voir que l’état des parcs, des boi­sés et des fo­rêts se dé­gra­dait, Pur­nat est né en vue de pro­cé­der à l’as­sai­nis­se­ment de ces sites.

C’est qu’ils vou­laient à tout prix évi­ter que les eaux et les sols ne soient conta­mi­nés par les dé­po­toirs illé­gaux et que la vie de la faune et de la flore ne s’en trouve af­fec­tée. Les deux hommes ré­si­dant à l’île d’or­léans, Mar­cel Poi­ré et son fils Jean-ra­phaël, ont donc pris sur leur dos le far­deau de re­don­ner à l’environnement son état an­té­rieur.

« On a fon­dé Pur­nat après avoir com­pris que si on ne le fai­sait pas par nous-mêmes, per­sonne ne le fe­rait », se dé­sole Jean-ra­phaël.

L’or­ga­ni­sa­tion so­cia­le­ment res­pon­sable fon­dée en 2013 a dres­sé un bi­lan po­si­tif de­puis sa créa­tion. Jus­qu’à pré­sent, la na­ture a été li­bé­rée de plus de 2,1M de livres de dé­chets, avec l’aide de 500 bé­né­voles de par­tout à tra­vers le Qué­bec. De ce nombre, plus de 85 % ont pu être re­cy­clés.

BE­SOIN D’UN COUP DE MAIN

Ce deuxième ap­pel gé­né­ral s’ap­pa­rente à un cri du coeur de la part de Pur­nat, alors que le constat est simple : ces dé­pôts illé­gaux se mul­ti­plient.

De concert avec les pro­prié­taires de ter­rains où les dé­chets sont si­gna­lés par des ré­si­dents, l’or­ga­nisme co­or­donne des net­toyages où les dé­chets sont triés, à l’aide de par­te­naires. Ain­si, la fac­ture des contri­buables peut di­mi­nuer de plus de la moi­tié, elle qui est, le plus sou­vent, re­mise à la mu­ni­ci­pa­li­té.

« On veut mettre ces ren­sei­gne­ments au vif et im­pli­quer les ci­toyens dans le pro­ces­sus de net­toyage de leurs villes, pour­suivent-ils. En ti­rant l’alarme, peut-être que cer­tains gou­ver­ne­ments pren­dront connais­sance de l’am­pleur de la pro­blé­ma­tique. »

Grâce à la pre­mière ver­sion d’une ap­pli­ca­tion web dé­ve­lop­pée à l’interne, tous sont en me­sure de lo­ca­li­ser, à l’aide d’une car­to­gra­phie in­ter­ac­tive, l’em­pla­ce­ment des dé­po­toirs non ré­per­to­riés. Avec le temps, les don­nées col­lec­tées leur per­met­tront d’éta­blir des ten­dances, à sa­voir s’ils sont plu­tôt d’ori­gine ci­toyenne ou com­mer­ciale, afin d’of­frir aux mu­ni­ci­pa­li­tés des ser­vices per­son­na­li­sés dans l’ex­trac­tion de ces der­niers.

« Un dé­po­toir illé­gal peut être iden­ti­fié comme tel à par­tir du mo­ment où quelques pneus, meubles, dé­bris de construc­tions, ou car­casses de mé­tal gisent dans un lieu na­tu­rel », ex­plique le pa­ter­nel.

UN OR­GA­NISME PROACTIF

En no­vembre 2014, la pre­mière opé­ra­tion de Pur­nat avait eu lieu sur la mon­tagne des Roches, dans l’ar­ron­dis­se­ment Char­les­bourg, où pas moins de 15 tonnes ont été ra­mas­sées.

Au fil du temps, la no­to­rié­té de Pur­nat a crû et cer­taines mu­ni­ci­pa­li­tés l’in­ter­pellent. D’ailleurs, en 2015, lors d’un pre­mier grand évé­ne­ment de net­toyage aux abords du sen­tier Mes­ta­chi­bo à St-fer­réol-les-neiges en 2015, 125 tonnes de dé­chets ont été ex­traites de la na­ture avec l’étroite col­la­bo­ra­tion de La Ca­pi­tale et de ses 140 bé­né­voles.

Puis, au prin­temps der­nier, une pre­mière in­ter­ven­tion à vo­ca­tion édu­ca­tive a été réa­li­sée à l’école se­con­daire les Sen­tiers de Char­les­bourg, alors qu’une ving­taine d’élèves ont net­toyés leur cour d’école.

« On pense à re­pro­duire ce genre d’ac­ti­vi­té, car on a le dé­sir de de­ve­nir chef de file en ma­tière d’édu­ca­tion. On croit qu’il faut agir à la base de la so­cié­té pour ob­ser­ver un chan­ge­ment de com­por­te­ment si­gni­fi­ca­tif », jus­ti­fie le di­rec­teur gé­né­ral, Jean-ra­phaël Poi­ré.

C’est en se do­tant d’un nou­vel ou­til d’édu­ca­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion que les deux co­fon­da­teurs pré­voient as­su­mer leur res­pon­sa­bi­li­té, unique dans le do­maine. En ef­fet, la cam­pagne Zé­ro dé­chet, qu’ils dé­si­rent étendre à l’en­semble du ré­seau sco­laire qué­bé­cois, a été mise sur pied le but d’en­rayer la pro­li­fé­ra­tion des dé­chets dis­po­sés illé­ga­le­ment au Qué­bec. Les dé­po­toirs illé­gaux peuvent être ré­per­to­riés avec des pho­tos ou des vi­déos se­lon des co­or­don­nées GPS, au www.pur­nat.ca/si­gna­ler.

(Pho­to gra­cieu­se­té - Pur­nat)

Pur­nat s’as­so­cie avec des en­tre­prises pri­vées res­pon­sables de l’environnement, comme Cas­cades et Te­lus.

(Pho­to gra­cieu­se­té - Pur­nat)

Les co­fon­da­teurs ont qua­li­fié le parc in­dus­triel, dans l’ar­ron­dis­se­ment Beau­port, de « pa­ra­dis pour les en­tre­pre­neurs ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.