Le par­cours ex­tra­or­di­naire d’un pas­sion­né

L'Autre Voix - - SPORTS - JEAN CARRIER re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

BASKETBALL. Joel An­tho­ny, Sa­muel Da­lem­bert et plus ré­cem­ment Ch­ris Bou­cher font par­tie des rares Qué­bé­cois qui ont réus­si à per­cer la NBA comme joueurs. Charles Du­bé-brais tente d’at­teindre la ligue de basketball par ex­cel­lence sur la pla­nète à titre d’en­traî­neur, un tour de force qu’au­cun Qué­bé­cois n’a réus­si à ac­com­plir. Cette quête de tra­vailler dans la NBA l’a pa­ra­chu­té aux quatre coins de la pla­nète.

La feuille de route du jeune en­traî­neur est bien gar­nie avec des ex­pé­riences pro­fes­sion­nelles comme en­traî­neur-chef avec les Kebs de Qué­bec, puis sept ans comme as­sis­tant-en­traî­neur avec Nan­terre dans la pre­mière di­vi­sion du cham­pion­nat de France où il su­per­vi­sait aus­si l’équipe es­poir et la der­nière sai­son dans la ASEAN Basketball League (ABL) en Chine. Il a même rem­por­té le titre d’en­traî­neur de l’an­née de la ligue et a me­né le Kung Fu de Chong­son au cham­pion­nat de sai­son ré­gu­lière.

« Chaque en­droit où je suis al­lé m’a ap­por­té quelque chose au plan per­son­nel et pro­fes­sion­nel. Chaque sai­son, mon ba­gage d’en­traî­neur a pris de l’ex­pan­sion et c’est l’ob­jec­tif. Tu re­cherches à t’amé­lio­rer à chaque ins­tant que tu passes à coa­cher et j’ai­me­rais beau­coup ame­ner ma quête de l’ex­cel­lence dans la NBA. »

LA LIGUE D’ÉTÉ DE LA NBA

Charles n’est pas tout à fait un néo­phyte avec la cé­lèbre ligue, il a pas­sé ses trois der­niers étés à coa­cher avec les Spurs de San An­to­nio (2015-2017) dans la ligue d’été de la NBA. Cette ligue qui sert de dé­ve­lop­pe­ment aux jeunes joueurs re­pê­chés des dif­fé­rentes or­ga­ni­sa­tions per­met aus­si le dé­ve­lop­pe­ment des jeunes en­traî­neurs. « Pre­miè­re­ment, à ce ni­veau-là, il n’y a pas de mau­vais en­traî­neurs. Plu­sieurs équipes pro­fitent de ce temps pour don­ner des rôles plus im­por­tants à des en­traî­neurs ad­joints qui sont plus ef­fa­cés avec les équipes dans la vraie sai­son de la NBA », ajoute le vo­lu­bile en­traî­neur.

C’est le cas de la pre­mière femme en­traî­neuse de la NBA Be­cky Ham­mon qui a fait ses pre­miers pas dans la ligue d’été et qui vient d’être pro­mue comme as­sis­tante-en­traî­neuse chez les Spurs. « Je connais très bien Be­cky et c’est am­ple­ment mé­ri­té. Elle amène avec elle un grand ba­gage de connais­sance avec son pas­sé de joueuse étoile. Elle n’est pas là seule­ment pour fi­gu­rer, ce n’est vrai­ment pas la fa­çon de faire des Spurs. »

De nom­breux contacts lui ont per­mis de trou­ver du bou­lot pour la pro­chaine sai­son es­ti­vale avec les Rap­tors de To­ron­to en es­pé­rant avoir une op­por­tu­ni­té de tra­vail par la suite. « Je n’ai au­cun contrat pour l’an­née pro­chaine et je suis libre comme l’air. Je vais faire la ligue d’été avec les Rap­tors et on ver­ra par la suite. Ça ne veut pas dire que je suis prêt à ac­cep­ter n’im­porte quoi comme je l’au­rais peut-être fait à 20 ans. J’ai une femme et deux jeunes gar­çons à la mai­son aux­quels il faut que je pense. »

Plu­sieurs op­tions sont en­vi­sa­gées au cas où au­cune offre de la NBA ne vien­drait. « La pos­si­bi­li­té de re­tour­ner en Chine ou en Eu­rope est là, mais j’es­père qu’avec mon ba­gage ac­tuel, ce se­ra suf­fi­sant pour que les Rap­tors m’offrent une belle oc­ca­sion de me faire va­loir » en spé­ci­fiant que d’être as­so­cié avec la seule équipe ca­na­dienne de la ligue est une coïn­ci­dence.

FIBRE QUÉBÉCOISE

Le prin­ci­pal in­té­res­sé com­prend l’im­pact qu’il pour­rait avoir sur le basketball qué­bé­cois. « Quand j’ai ga­gné le titre d’en­traî­neur de l’an­née dans la ABL, j’ai re­çu beau­coup de mes­sages d’en­cou­ra­ge­ment de par­tout dans la pro­vince. Je dois dire que n’im­porte où je pra­tique mon tra­vail, je consulte ré­gu­liè­re­ment les sites in­ter­net pour sa­voir où se si­tuent les dif­fé­rentes équipes de la ré­gion dans les ligues uni­ver­si­taires, col­lé­giales et sco­laires. »

Charles a fait beau­coup de che­min de­puis ses pre­mières armes avec le La­ser de l’école se­con­daire De Ro­che­belle à Qué­bec. Une grande fier­té re­jailli­rait sur le basketball de la ré­gion de Qué­bec si Charles par­ve­nait à se his­ser dans la ligue où trois lettres font rê­ver : NBA.

(Pho­to Mé­tro Mé­dia – Jean Carrier)

Charles est en­core un ex­cellent franc-ti­reur ayant réus­si 84 lan­cers du trois points sur 100 avant son en­tre­vue.

(Pho­to gra­cieu­se­té - ABL)

Les cinq meilleures joueurs que Charles a vu pas­sé dans la ligue d’été de la NBA sont dans l’ordre : Jay­son Ta­tum (Bos­ton), Do­no­van Mit­chell (Utah), Ben Sim­mons (Phi­la­del­phie), Gian­nis An­te­to­kounm­po (Mil­wau­kee) et Kyle An­der­son (San An­to­nio).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.