Premier ro­man pour Va­lé­rie Dionne

L'Autre Voix - - CULTURE - MONA LECHASSEUR re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

LEC­TURE. C’est avec beau­coup de fier­té que Va­lé­rie Dionne pu­blie son tout premier ro­man in­ti­tu­lé À l’ombre des vil­lages, pa­ru aux Édi­tions ADA, collection Pa­nache.

Des­ti­née pour les jeunes adultes, l’his­toire ra­conte une en­quête tein­tée de pa­ra­nor­mal. Co­rinne, une jour­na­liste en­tend par­ler d’une sé­rie de dis­pa­ri­tions mys­té­rieuses dans des vil­lages qui sont, en ap­pa­rence, sans his­toire. Elle s’y rend pour dé­mar­rer son en­quête, puis dis­pa­raît à son tour. C’est son ma­ri, l’en­quê­teur Ber­ge­vin, qui de­vra par­tir à sa re­cherche.

« Une nuit, j’avais fait un rêve, qui est de­ve­nu la trame de fond de l’his­toire du ro­man, ex­plique-t-elle. Je trou­vais l’idée bonne, et j’ai construit un plan avec des idées. C’est de cette fa­çon que m’est ve­nue l’idée pour cette his­toire. » De l’écri­ture jus­qu’aux étapes d’édi­tion, le pro­jet s’est avé­ré fort agréable. L’écri­ture était très fluide, con­trai­re­ment à d’autres pro­jets en­ta­més quelques an­nées avant. « Ça cou­lait bien, les idées s’en­chai­naient », ré­vèle celle qui a ado­ré son ex­pé­rience.

LA PAS­SION DES MOTS

Rem­plir des pages blanches avec sa plume et son ima­gi­na­tion a tou­jours fait par­tie de la vie de l’au­teur. « J’aime écrire, ça a tou­jours fait par­tie de ma vie. Au se­con­daire, j’écri­vais des poèmes. Au cé­gep, j’ai com­men­cé à écrire de plus longs textes et de fa­çon plus struc­tu­ré. »

Elle s’est plon­gée dans l’uni­vers des mots plus in­ten­sé­ment à l’uni­ver­si­té, du­rant ses études en tra­duc­tion. C’est lors­qu’elle est tom­bée en­ceinte de son premier en­fant que l’élan pour ce mode d’ex­pres­sion est re­ve­nu plus in­ten­sé­ment. « Je te­nais à ter­mi­ner ce pro­jet. J’en suis fière ! »

Difficile pour elle d’ex­pli­quer ce qui nour­rit son ins­pi­ra­tion. « Il n’y a rien de pré­cis. Par­fois ce sont les gens que je fré­quente, par­fois c’est un su­jet d’émis­sion ou une si­tua­tion que la vie m’ap­porte. » Les idées ar­rivent le plus sou­vent le soir ou la nuit. « Je tiens tout près de moi un car­net de notes dans le­quel je jette des brides d’his­toires, qui me ser­vi­ront peut-être un jour. »

FA­MILLE BOUQUINE

Mme Dionne prend plai­sir à trans­mettre sa pas­sion à ses jeunes en­fants. Cha­cun a une bi­blio­thèque dans sa chambre, et une pé­riode de lec­ture est al­louée le soir, le plus sou­vent pos­sible. « L’éveil à la lec­ture, c’est im­por­tant et es­sen­tiel pour l’émer­veille­ment et l’ima­gi­na­tion. Je constate que mes en­fants sont in­té­res­sés, et ça me fait bien plai­sir. »

(TC Me­dia – Mona Lechasseur)

L’au­teur Va­lé­rie Dionne te­nant son tout premier ro­man.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.