Un cri du coeur pour le pa­tri­moine lo­cal

L'Autre Voix - - ARTS ET SPECTACLES - ÉMI­LIE PELLETIER re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

ART. Le couple pro­prié­taire de l’ate­lier au­then­tique du maître-sculp­teur Al­phonse Pa­ré sonne la cloche quant à la pré­ser­va­tion pa­tri­mo­niale de leur éco­no­mu­sée de la sculp­ture sur bois et des lé­gendes.

Fran­çoise La­voie et Scott King­sland, tous deux pas­sion­nés de l’oeuvre de ce­lui qui leur a en­sei­gné l’art de la sculp­ture sur bois, ont na­tu­rel­le­ment re­pris les rênes de l’ate­lier Pa­ré, si­tué sur l’ave­nue Royale à Sainte-anne-de-beau­pré. L’en­droit à vo­ca­tion cultu­relle qui existe de­puis 1943, est donc ou­vert au pu­blic de­puis le dé­cès de l’ar­tiste, en 2002.

Ain­si, le nom d’«éco­no­mu­sée» a été at­tri­bué à l’ate­lier Pa­ré, lui qui a comme vo­ca­tion pre­mière de s’au­to­fi­nan­cer et de ne pas bé­né­fi­cier de sub­ven­tions ni de la part du gou­ver­ne­ment ni de la MRC de la Côte-de-beau­pré.

«Quand mon ma­ri et moi sommes ar­ri­vés il y a 33 ans, nous nous sommes dit que c’était im­por­tant de conser­ver ce pa­tri­moine sur son lieu de créa­tion, parce qu’il té­moigne du sa­voir-faire qué­bé­cois», dé­clare-t-elle. M. Pa­ré a in­no­vé dans la fa­çon de faire en ce qui concerne l’art re­li­gieux, ins­cri­vant un chan­ge­ment non seule­ment au ni­veau de l’église, mais à l’en­semble de la so­cié­té.»

Or, mal­gré une ré­pu­ta­tion qui s’est for­gée au fil des ans, l’ate­lier de­meure mé­con­nu de la plu­part des gens. Elle es­time qu’un chan­ge­ment de cap im­por­tant doit être pris avant qu’il ne soit trop tard et qu’on ob­serve un ef­fa­ce­ment de la culture sur la Côte-de-beau­pré. C’est dom­mage, car les ar­tistes ne sont pas re­con­nus à leur juste va­leur et ils sont pauvres de leur vi­vant. La beau­té de leur art n’est consi­dé­rée que bien long­temps après leur dé­cès…» Fran­çoise La­voie

«Pour sur­vivre, il fau­drait de­ve­nir une cor­po­ra­tion, comme le Ca­nyon Sainte-anne et on est ou­verts à toutes les sug­ges­tions pour le pré­ser­ver», ré­vèle-t-elle.

C’est pour pal­lier ce manque de fonds dé­diés à l’en­tre­tien et au dé­ve­lop­pe­ment de leur offre que le couple mise plu­tôt sur le tou­risme cultu­rel pour faire fonc­tion­ner l’éco­no­mu­sée, ins­crit au sein du Cir­cuit des Créa­teurs. Les lé­gendes ty­pi­que­ment qué­bé­coises et les textes ex­pli­ca­tifs sous les oeuvres sont d’ailleurs tra­duits en six langues pour ac­com­mo­der les voya­geurs étran­gers.

«J’ai hâte que tous nos ‘’J’aime’’ sur Fa­ce­book fran­chissent le pas de la porte, confie Mme La­voie, qui dé­plore aus­si la fer­me­ture du mu­sée de Sainte-anne. Ne sommes-nous pas, en ré­gion, en train de se faire dé­pouiller de notre pa­tri­moine ?»

On cé­lé­bre­ra, le 15 août, de 13h à 15h, le 75e an­ni­ver­saire de la créa­tion de l’ate­lier d’al­phonse Pa­ré. D’autres ac­ti­vi­tés com­mé­mo­ra­tives au­ront lieu en 2019, afin de sou­li­gner le 100e an­ni­ver­saire de nais­sance du maître-sculp­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.