Trou­ver sa place sans faire de vagues

Vincent Forbes-mom­bleau

L'Autre Voix - - SPORTS - JEAN CARRIER re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

FOOT­BALL. Chaque sai­son, plu­sieurs re­crues d’im­por­tance mettent le cap sur Qué­bec pour joindre les rangs du Rouge et Or de l’uni­ver­si­té La­val. Vincent Forbes-mom­bleau re­pré­sente pro­ba­ble­ment le joyau le plus im­por­tant du der­nier re­cru­te­ment de Glen Cons­tan­tin. Ce­pen­dant, l’an­cien re­ce­veur ve­dette du Cam­pus Notre-dame-de-foy (CNDF) a failli ne pas re­vê­tir le casque do­ré en rai­son de pro­blèmes aca­dé­miques.

« Di­sons que je n’étais pas le plus as­si­du à mes cours au dé­but de mon par­cours col­lé­gial, ce qui m’a for­cé à mettre les bou­chées doubles par la suite. Un pe­tit lais­ser-al­ler qui a failli me coû­ter cher», af­firme ce­lui qui a dû réus­sir deux cours d’été pour pou­voir être ad­mis­sible à jouer sur le cir­cuit uni­ver­si­taire.

Il de­vait nor­ma­le­ment fou­ler le ter­rain du PEPS en même temps que son frère Cé­dric, mais le fran­gin était aus­si en pro­blèmes aca­dé­miques et n’a pas réus­si à être éli­gible cette sai­son. « Cé­dric de­vrait nor­ma­le­ment ar­ri­ver à l’hi­ver, mais sa si­tua­tion m’a fait ré­flé­chir. Tu penses que ce genre de pro­blèmes ar­rive seule­ment aux autres, mais c’est à mon frère que c’est ar­ri­vé et j’ai pas­sé proche d’avoir le même sort. C’est une belle le­çon de vie et je vais re­dou­bler d’ar­deur à l’école », ajoute l’étu­diant en in­ter­ven­tion spor­tive.

Le pre­mier camp d’en­traî­ne­ment uni­ver­si­taire de cet an­cien de la po­ly­va­lente Deux-mon­tagnes se dé­roule bien, mais comme beau­coup de re­crues il y a une pé­riode d’ajus­te­ments. La com­pré­hen­sion du ca­hier de jeux et une nou­velle ter­mi­no­lo­gie à ap­prendre y sont pour beau­coup. « C’est plus com­plexe qu’au CNDF. C’est aus­si plus ra­pide et les dé­tails sont am­pli­fiés. S’il faut que tu fasses un tra­cé à 14 verges, t’as in­té­rêt à le faire à 14 verges parce qu’il va y avoir du monde pour te le dire en re­ve­nant au banc. »

L’adap­ta­tion d’une re­crue dans le ves­tiaire du Rouge et Or est tou­jours im­por­tante. Bien sou­vent, un joueur qui ac­cède à l’uni­ver­si­té doit re­faire ses classes avant d’avoir le même sta­tut qu’il avait dans son ves­tiaire col­lé­gial. « Quand il y a des joueurs comme Marc-an­toine Pi­vin ou Jo­na­than Bre­ton-ro­bert dans un ves­tiaire, tu n’ar­rives pas ici avec la grosse tête, tu prends ton trou ! Il y a beau­coup de bons vé­té­rans et je re­çois un bon coup de main de Ch­ris­tian Dal­laire pour la com­pré­hen­sion des jeux. Tout ce que je veux c’est ai­der l’équipe. »

DES ÉLOGES DE PAR­TOUT

Il est tou­jours nor­mal qu’un an­cien en­traî­neur vante les mé­rites d’un an­cien poulain, mais quand les éloges viennent d’un en­traî­neur ad­verse, c’est en­core plus mé­ri­toire. Claude Ju­neau, en­traî­neur-chef chez les Élans et ad­ver­saire du CNDF, ad­met qu’il était dans une classe à part. « Il est tel­le­ment explosif avec le bal­lon, il peut trans­for­mer un court gain en un tou­ché en une frac­tion de se­conde, c’est un joueur spé­cial. »

Même son de cloche pour l’en­traî­neur-chef des Ti­tans de Li­moi­lou, Dave Pa­rent. « Je l’ai dou­blé tout le match et ça n’a rien chan­gé en bout de ligne, il fai­sait quand même les gros jeux. Il est har­gneux et il est ca­pable d’ac­cé­lé­rer dans ses chan­ge­ments de di­rec­tion, ce qui n’est pas don­né à beau­coup de monde. »

Il est tou­jours dif­fi­cile de pro­je­ter l’im­pact sur le ter­rain qu’au­ra une re­crue chez le Rouge et Or. Si l’on se fie à ces té­moi­gnages, il ne se­rait pas éton­nant de voir Vincent se faire une place ra­pi­de­ment dans l’ar­se­nal of­fen­sif de l’équipe. On peut pa­rier que les par­ti­sans ap­pren­dront ra­pi­de­ment à ap­pré­cier le jeu de ce re­ce­veur explosif.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.