Mi­kaël Mar­tel n’a pas froid aux yeux

Le Bulletin - - SPORTS - AN­TO­NY DA SIL­VA-CASIMIRO ada­sil­va­ca­si­mi­ro@lexis­me­dia.ca

MIDGET AAA. Mal­gré son im­po­sante sta­ture, Mi­kaël Mar­tel de­meure dans l’ombre des joueurs de fi­nesse. S’il ne rem­plit pas les buts à une vi­tesse ful­gu­rante comme d’autres, l’es­poir des Screa­ming Eagles du Cap Bre­ton gagne des points à sa fa­çon.

Six pieds, un pouce. Cent quatre-vingt-six livres. Les ama­teurs de hockey ne l’ont peut-être pas re­mar­qué, mais dans la Ligue midget AAA, tout le monde sait qui il est.

Se ser­vant de son ga­ba­rit pour com­plé­ter les mises en échec, Mar­tel ne re­cule de­vant rien.

«Il n’y a pas un joueur qui me fait peur dans la ligue et c’est un peu ma men­ta­li­té. Si j’ai du suc­cès dans ce rôle, c’est parce que je ne me dis ja­mais que l’autre est plus fort que moi. Je gagne ma ba­taille car je me dis que je vais l’avoir. C’est ça, mon rôle.»

Le rôle qu’il parle est ce­lui de la peste. S’étant dé­jà com­pa­ré à Mi­lan Lu­cic, on peut fa­ci­le­ment tra­cer quelques com­pa­rai­sons avec l’ai­lier des Bruins de Bos­ton.

Dans un cir­cuit qui ré­pri­mande fa­ci­le­ment les con­tacts, l’at­ta­quant de puis­sance de l’in­tré­pide de Ga­ti­neau dé­range, met de la pres­sion et frappe. Et fort à part de ça. Ja­mais pour bles­ser, mais juste as­sez pour faire craindre quelques joueurs de ne pas pas­ser de son cô­té.

Et lorsque des joueurs ad­verses viennent le vi­si­ter pour s’op­po­ser à lui, Mar­tel a la meilleure des ré­ponses: un grand sou­rire se des­sine sur son vi­sage.

«C’est cer­tai­ne­ment l’un des joueurs les plus forts phy­si­que­ment de la ligue sans l’ombre d’un doute, avance son en­traî­neur, Mar­tin La­fleur. C’est un lea­der dans notre équipe. C’est un gars drôle et ap­pré­cié dans le ves­tiaire. Il amène du lea­der­ship en s’im­pli­quant phy­si­que­ment et en ga­gnant ses ba­tailles. Ça amène du mo­men­tum à l’équipe.»

L’au­teur de 11 points en 50 par­ties cette sai­son n’a pas be­soin qu’on lui ex­plique deux fois ce qu’il a à faire sur la glace.

Si sa contri­bu­tion ne trans­pa­raît pas sur la feuille de poin­tage, elle est re­con­nue dans le ves­tiaire. Les plus pe­tits joueurs ne se gênent pas pour le re­mer­cier lors­qu’il leur fait de la place sur la glace pour leur per­mettre de noir­cir la feuille de poin­tage.

«Il a aus­si un coup de pa­tin et une vi­tesse au-des­sus de la moyenne. Il en pro­fite pour mettre de la pres­sion. Avec son phy­sique, ce sont des qua­li­tés qui vont l’ai­der au pro­chain ni­veau», ajoute La­fleur sur son pro­té­gé qui a été choi­si au 4e tour au re­pê­chage de l’an der­nier par les Screa­ming Eagles.

UNE PER­SÉ­VÉ­RANCE IM­PO­SANTE

S’il y a bien une chose qui est plus fort que Mi­kaël Mar­tel, c’est sû­re­ment sa per­sé­vé­rance.

On a dé­jà ra­con­té son his­toire dans les pages de Le Bul­le­tin. Le na­tif de l’ange-gar­dien – qui cé­lè­bre­ra d’ailleurs son 17e anniversaire pro­chai­ne­ment – a fait face à plu­sieurs obstacles dans sa car­rière. Il a no­tam­ment été re­tran­ché de l’équipe ban­tam AAA à 14 ans, en plus d’avoir été l’un des der­niers coupés l’an der­nier de l’in­tré­pide midget AAA.

Re­fu­sant de bais­ser les bras, Mar­tel a re­trous­sé ses manches. Le dur la­beur a ra­pi­de­ment rap­por­té: La­fleur a ra­pi­de­ment fait appel à lui la sai­son der­nière, de­ve­nant même un ré­gu­lier en sé­ries éli­mi­na­toires.

Et cette sai­son, il a ob­te­nu un vote de confiance de ses co­équi­piers, le con­fiant le rôle d’as­sis­tant au ca­pi­taine.

Ses ef­forts ne sont pas pas­sés in­aper­çus. L’or­ga­ni­sa­tion du Cap Bre­ton aime ce qu’il voit de son choix au re­pê­chage. L’ob­jec­tif de Mar­tel est dé­sor­mais de faire le saut en sep­tembre dans les rangs ju­niors ma­jeurs.

«Ce se­rait un rêve, mais avant, je veux ter­mi­ner la sai­son ici. On a en­core un tro­phée dans notre mire: la Coupe Dodge. Ça va se jouer chez nous. On don­ne­ra tout. On veut faire hon­neur au lo­go.»

Le prin­ci­pal in­té­res­sé ra­con­tait jus­te­ment ça après une vic­toire écra­sante de 11-2 face aux Phé­nix du Collège Es­ther-blon­din. Un duel en vue du tour­noi prin­ta­nier, qui se dé­rou­le­ra du 18 au 22 avril au com­plexe Bran­chaud-brière, là où les deux équipes croi­se­ront à nou­veau le fer.

Et Mar­tel a trou­vé le moyen de se faire re­mar­quer. Non seule­ment pour sa pré­sence phy­sique. Il a amas­sé un but et une men­tion d’aide dans le gain de l’in­tré­pide.

(Photo Le Bul­le­tin – An­to­ny Da Sil­va-casimiro)

Mi­kaël Mar­tel épate par son style de jeu ro­buste.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.