Vivre en­semble à Ga­ti­neau

Le Bulletin - - ACTUALITÉS -

Ven­dre­di der­nier, j’ai eu le pri­vi­lège d’ani­mer le pre­mier som­met du vivre-en­semble à Ga­ti­neau. J’ai as­sis­té à huit heures in­tenses d’échanges et de dis­cus­sions dans un lieu ras­sem­bleur qui porte un nom re­pré­sen­ta­tif pour ce genre d’évé­ne­ments: la Mai­son du ci­toyen. Plus de 200 per­sonnes ont ré­pon­du à l’ap­pel de consul­ta­tion pu­blique de la ville. Je n’ai ren­con­tré que des ci­toyens ou­verts, gé­né­reux, en­ga­gés dans leur mi­lieu. Cha­cun avait une his­toire à ra­con­ter. Tous vou­laient par­ta­ger leurs rêves et as­pi­ra­tions.

L’ob­jec­tif de la jour­née ? Ré­flé­chir sur la fa­çon de conso­li­der le vivre-en­semble à Ga­ti­neau. Comment peut-on mieux ac­cueillir, in­té­grer, et rap­pro­cher les com­mu­nau­tés cultu­relles qui ont choi­si de s’éta­blir en Ou­taouais ? Comment éta­blir un dia­logue construc­tif entre toutes les ins­tances ci­toyennes, com­mu­nau­taires, so­ciales, éco­no­miques, po­li­tiques ? Comment mettre en place un plan d’ac­tion réa­liste, avec des prio­ri­tés ?

Six ex­perts ont abor­dé en pa­nel deux thèmes pré­cis :‘’En­semble, pour une pleine par­ti­ci­pa­tion de tous’’ et ‘’L’in­clu­sion, un en­ga­ge­ment par­ta­gé’’. L’après-mi­di a été consa­cré à des échanges construc­tifs entre par­ti­ci­pants. Le tout a été sui­vi d’une plé­nière.

La ville de Ga­ti­neau est le deuxième pôle d’at­trac­tion pour l’im­mi­gra­tion au Qué­bec, après Montréal. Un ré­si­dant sur huit est un im­mi­grant. On dé­nombre en Ou­taouais 88 com­mu­nau­tés de di­verses ori­gines. Les en­jeux pour trou­ver des so­lu­tions concer­tées à l’in­té­gra­tion so­ciale et éco­no­mique sont com­plexes et mul­tiples. Langue. Lo­ge­ment. Édu­ca­tion. Em­ploi. Trans­port. Un dé­fi de tous les ins­tants.

LA DI­VER­SI­TÉ CULTU­RELLE EST UNE RI­CHESSE

En 2008, Ga­ti­neau avait été la pre­mière ville au Ca­na­da à adop­ter une po­li­tique en ma­tière de di­ver­si­té cultu­relle. La di­ver­si­té cultu­relle se dé­fi­nit

par un en­semble de va­leurs et de ca­rac­té­ris­tiques iden­ti­taires : l’ori­gine eth­nique, la langue, la re­li­gion, les ap­par­te­nances mul­tiples. Au­jourd’hui, les mi­no­ri­tés vi­sibles com­prennent 45% de Noirs et 23% d’arabes. Une ma­jo­ri­té d’im­mi­grants pro­viennent du Li­ban, d’haï­ti, de France, du Ma­roc, d’afrique. Le tiers des im­mi­grés ont moins de 15 ans.

Maxime Ped­neaud-jo­bin a re­çu une ova­tion de­bout, lors de son dis­cours d’ou­ver­ture. Un dis­cours em­preint d’hu­ma­nisme. Le maire de Ga­ti­neau veut pro­po­ser pro­chai­ne­ment la mise sur pied d’un co­mi­té per­ma­nent sur l’in­té­gra­tion, la di­ver­si­té cultu­relle, et le vivre-en­semble. Beau­coup d’élus, de re­pré­sen­tants d’or­ga­nismes, de par­te­naires so­ciaux, d’em­ployés mu­ni­ci­paux, étaient pré­sents pour par­ti­ci­per aux dé­li­bé­ra­tions.

Par­mi les re­com­man­da­tions de la jour­née, on pro­pose la créa­tion d’un gui­chet unique pour des­ser­vir les ar­ri­vants, la dé­cen­tra­li­sa­tion des res­sources hu­maines dans les sec­teurs de la ville, éta­blir un taux d’em­ploya­bi­li­té mu­ni­ci­pale, créer des pro­grammes de men­to­rat, et se ser­vir da­van­tage de la Mai­son du Ci­toyen comme plaque tour­nante et centre de ras­sem­ble­ment.

En ter­mi­nant, je veux fé­li­ci­ter la quin­zaine de per­sonnes qui ont fait par­tie du co­mi­té de pi­lo­tage de ce pre­mier som­met. Un tra­vail d’équipe co­los­sal. C’est à nous tous, main­te­nant, ci­toyens et ci­toyennes, peu im­porte notre ori­gine, notre cou­leur de peau, notre âge, notre re­li­gion, de pour­suivre notre tra­di­tion d’ac­cueil et de rap­pro­che­ment. Vive le vivre-en­semble à Ga­ti­neau.

DES ÉLUS QUI ONT LE VENT DANS LES VOILES

Par­lant de notre ville, j’ap­plau­dis les orien­ta­tions claires des der­nières se­maines de l’ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale. Le choix du train lé­ger pour Ayl­mer et l’ouest de la ville. La vo­lon­té d’ar­ri­mer le trans­port en com­mun avec Ot­ta­wa. Un consen­sus sur des pro­grammes-clé : amé­lio­ra­tion des ser­vices aux ci­toyens (in­fra­struc­tures et sé­cu­ri­té), pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment (dé­ve­lop­pe­ment du­rable), la saine ges­tion des fonds pu­blics (ré­vi­sion des dé­penses), le ren­for­ce­ment cultu­rel (plus d’offres), et le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique (sim­pli­fi­ca­tion des règles).

Il faut ajou­ter à ce­la les tra­vaux de re­vi­ta­li­sa­tion du bou­le­vard Saint-jo­seph, entre Saint-ray­mond et Alexandre-ta­ché. Un pro­jet de 60 mil­lions de dol­lars qui se­ra ter­mi­né en 2022.

Je suis aus­si d’ac­cord avec la li­mi­ta­tion aux deux se­maines à 120 litres d’or­dures mé­na­gères par mai­son uni­fa­mi­liale, à par­tir du 15 juillet. À dé­faut de quoi, les ci­toyens fau­tifs de­vront dé­bour­ser un mon­tant sup­plé­men­taire. Notre pla­nète Terre se meurt. Il est plus qu’urgent de re­cy­cler, ré­cu­pé­rer, réuti­li­ser ! La sen­si­bi­li­sa­tion passe par­fois par le por­te­feuille.

(Pho­to Gra­cieu­se­té – Syl­vain Ma­rier)

Hayet Lag­goune du Centre is­la­mique de l’ou­taouais et Co­lette Cough­lin du Dé­pan­neur Syl­vestre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.