Par­ta­ger la pas­sion de l’écri­ture avec la jeu­nesse

Le Bulletin - - COMMUNAUTAIRE - MA­RIE PIER LÉ­CUYER mple­cuyer@lexis­me­dia.ca

ÉCRI­TURE. Gilles Car­pen­tier n’a peut-être pas pris la plume comme ap­pren­ti jour­na­liste, mais il par­tage une pas­sion com­mune avec les jeunes par­ti­ci­pants à l’étu­diant Ou­taouais, celle de l’écri­ture.

Cette an­née, on lui a of­fert le titre de pré­sident d’hon­neur du Ga­la d’ex­cel­lence de l’étu­diant Ou­taouais, le 7 mai pro­chain. Un rôle qu’il a ac­cep­té hum­ble­ment. «Je trouve que c’est une belle oc­ca­sion de par­ta­ger mon ex­pé­rience, mais aus­si d’être en contact avec les jeunes», ex­plique-t-il.

C’est qu’en 2017, le conseiller mu­ni­ci­pal Gilles Car­pen­tier a lan­cé son tout pre­mier livre à vie aux Édi­tions Vé­ri­tas Qué­bec. In­ti­tu­lé Du coeur à l’his­toire – Le Vieux-hull.

C’est un peu par ha­sard s’il a lui-même pris la plume pour écrire ce ro­man. La pre­mière flamme est ve­nue en échan­geant avec sa conjointe, alors qu’il par­ta­geait son his­toire de vie avec celle-ci. «Elle trou­vait qu’il y avait quelque chose à ra­con­ter», se rap­pelle-t-il.

Et de pu­blier ses écrits est ve­nu par la suite par un concours de cir­cons­tances.

Il y a quelques an­nées, il a écrit une pré­face d’un livre sur la ma­la­die d’alz­hei­mer. À la sor­tie du Sa­lon du livre de l’ou­taouais (SLO) en 2016, il a ren­con­tré une édi­trice qui lui a de­man­dé s’il avait pen­sé écrire un livre. C’est ain­si que son ma­nus­crit a été fi­na­le­ment re­tra­vaillé pour être pu­blié l’an­née sui­vante.

PAS­SION­NÉ DE LA PLUME

Pour Gilles Car­pen­tier, cô­toyer les jeunes qui ont pris la plume est aus­si une oc­ca­sion de par­ta­ger cet amour de l’écri­ture. «S’ils se sont lan­cés dans l’ini­tia­tive, c’est sû­re­ment qu’ils ont une pas­sion», note-t-il.

L’au­teur et conseiller voit dans cette oc­ca­sion une belle op­por­tu­ni­té d’échan­ger avec eux.

Parce qu’au-de­là de la forme d’écri­ture, la base est la même. Tant Gilles Car­pen­tier que les jeunes étu­diants aiment écrire.

«S’ils ont le goût de pour­suivre dans le do­maine du jour­na­lisme ou les rendre as­sez cu­rieux pour les in­té­res­ser à la ré­dac­tion d’un ou­vrage, tant mieux. (…) Si ça peut leur don­ner le goût de dé­ve­lop­per cette soif-là.»

De son cô­té, écri­ra-t-il un autre ou­vrage? «Je ne dis pas non à un autre livre. C’est sti­mu­lant, c’est en­ivrant de pou­voir créer de per­son­nages, de pou­voir mon­ter une his­toire, de pou­voir écrire les scènes, de lais­ser al­ler l’ima­gi­na­tion et faire par­ler les per­son­nages à tra­vers l’écri­ture», confie-t-il. Mais pour l’ins­tant, il se concentre sur son tra­vail de conseiller mu­ni­ci­pal.

Il consi­dère certes qu’il a été au bout d’un rêve en pu­bliant ce livre. «Et je l’ai écrit comme étant le tome 1, ça sous-en­tend qu’il y a quelque chose qui va suivre. Mais il n’y a rien sur la planche à des­sin pour l’ins­tant.»

S’il a un con­seil aux jeunes qui aiment prendre la plume, c’est d’al­ler au bout de leur rêve. «Nour­ris­sez cette flamme-là. L’ex­pres­sion via l’écri­ture, c’est une forme d’épa­nouis­se­ment per­son­nel.»

(Pho­to Le Bul­le­tin - Ar­chives)

Gilles Car­pen­tier aime lui aus­si prendre la plume.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.