Tu es belle

Le Bulletin - - GALA ÉTUDIANT - ÉMI­LIE DÉSAULNIERS École se­con­daire Hor­mis­das-ga­me­lin

Chère ado­les­cente qui lit cet ar­ticle, je tiens à te dire quelque chose qu’on ne te dit pas as­sez sou­vent: tu es belle. Peu im­porte ta taille, peu im­porte d’où tu viens et peu im­porte quelles im­per­fec­tions tu penses avoir, tu es belle. Tout ce que je viens de nom­mer fait par­tie de toi et contri­bue à te rendre belle. Pour moi, la beau­té c’est par rap­port à ce que nous sommes à l’in­té­rieur. Ce à quoi on res­semble à l’ex­té­rieur, c’est su­per­fi­ciel. Tu ne de­viens pas amie avec quel­qu’un parce qu’elle est belle, mais parce que tu trouves cette per­sonne gen­tille.

Dans notre so­cié­té, on va­lo­rise tou­jours les filles qui ont « le corps par­fait » : grand, très mince, avec des hanches larges, des lèvres pul­peuses et une poi­trine et un der­rière gé­né­reux. En réa­li­té, per­sonne ne naît avec le corps par­fait.

En­suite, avoir le corps par­fait ne veut pas dire être en san­té. Plu­sieurs man­ne­quins qui sont très minces sont en fait ano­rexiques ou bou­li­miques. Elles s’em­pêchent de man­ger as­sez pour sa­tis­faire leur ap­pé­tit afin de conser­ver une taille très mince. Cette pra­tique est très dan­ge­reuse, car en ne man­geant pas as­sez, leur corps ne leur four­nit pas as­sez d’éner­gie qui leur est né­ces­saire pour vivre. Le corps va la cher­cher dans leurs os et leurs muscles. Au fil du temps, elles com­men­ce­ront pro­ba­ble­ment à avoir des pro­blèmes ch­ro­niques aux os qui ne par­ti­ront ja­mais. Elles se­ront aus­si constam­ment fa­ti­guées et pour­raient aus­si dé­ve­lop­per des pro­blèmes au coeur. Est-ce un risque à prendre pour se trou­ver belle?

Alors, chère ado­les­cente, le plus im­por­tant est de se sen­tir bien dans notre peau. Il faut ap­prendre à s’ai­mer comme on est. Au cours de ta vie, tu se­ras pro­ba­ble­ment sou­vent ex­po­sée à des per­sonnes qui au­ront le corps par­fait à tes yeux. Par contre, per­sonne n’a dit qu’il fal­lait être mince pour être à l’aise dans notre corps. Alors, tu dois ap­prendre à ai­mer ton corps pour ce qu’il est, et non pour ce que tu vou­drais qu’il soit. Rap­pelle-toi de ce­la, tu es belle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.