Un par­ti po­li­tique pour Marc Car­rière ?

Le Bulletin - - ACTUALITÉS - YAN­NICK BOURSIER ybour­sier@lexis­me­dia.ca

GOU­VER­NANCE. Même s’il es­time en­core pré­fé­rable d’être in­dé­pen­dant, le conseiller de Mas­son-an­gers, Marc Car­rière, af­firme être en ré­flexion de­puis jan­vier sur la créa­tion d’un par­ti po­li­tique.

«Je suis en mode in­ter­ro­ga­tion, a in­di­qué le conseiller au Bul­le­tin. Est-ce qu’on est ren­du à cette étape-là pour tra­vailler à force égal? C’est une ré­flexion qui mé­rite d’être faite.»

Le conseiller es­time qu’il ne peut pas tra­vailler sur un même pied ac­tuel­le­ment qu’un conseiller d’ac­tion Ga­ti­neau. Outre la ques­tion du fi­nan­ce­ment, qui est pos­sible en tout temps par un par­ti, mais seule­ment l’an­née de l’élec­tion pour un can­di­dat, il es­time ne pas avoir les mêmes res­sources hu­maines.

Les élus viennent de mo­di­fier la Po­li­tique de re­cherche et de sou­tien des conseillers pour y in­clure une clause concer­nant le per­son­nel en­ga­gé par les élus. Ces der­niers pour­ront être pré­sents aux ren­contres pu­bliques, mais pas dans les huis clos. Ils pour­ront aus­si as­sis­ter comme observateur aux ren­contres des élus avec l’ad­mi­nis­tra­tion.

Pour Marc Car­rière, ce chan­ge­ment est un gain, lui qui avait sou­le­vé la si­tua­tion il y a quelques mois. Mais c’est aus­si un élé­ment de sa ré­flexion pour un par­ti po­li­tique. «Lors du lac-à-l’épaule, les membres du ca­bi­net du maire pou­vaient être pré­sents, mais pas notre per­son­nel. On ne peut pas avoir la même pré­pa­ra­tion. »

C’est pour­quoi il es­time qu’il faut se pen­cher sur la ques­tion de la créa­tion d’un autre par­ti po­li­tique. «C’est très très très de­man­dant pour un conseiller in­dé­pen­dant de tra­vailler contre une ma­chine comme celle-là», lance-t-il.

D’un autre cô­té, il in­dique que les gens ren­con­trés lors de la der­nière cam­pagne étaient ma­jo­ri­tai­re­ment contre les par­tis po­li­tiques et qu’il a été élu comme can­di­dat in­dé­pen­dant.

Il croit que c’est la loi, qui avan­tage les par­tis po­li­tiques se­lon lui, qui force à la ré­flexion. «J’ai cette ré­flexion dans ma tête et je la che­mine.» Mais il ne se donne pas d’échéan­cier pour en ar­ri­ver à une dé­ci­sion.

Il es­père que sa ré­flexion pour­ra être re­prise par d’autres membres du conseil qui ont des idées sem­blables.

(Pho­to Le Bul­le­tin –Ar­chives)

Le conseiller Marc Car­rière en­vi­sage la créa­tion d’un par­ti po­li­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.