LA PE­TITE VIE !

Le Bulletin - - ACTUALITÉS -

J’ai ado­ré ‘’La Pe­tite Vie’’. J’ai sui­vi, et re­vu avec tout au­tant de plai­sir, la soixan­taine d’épi­sodes de cette sé­rie hu­mo­ris­tique qué­bé­coise, de­ve­nue une sé­rie-culte, dans les an­nées ’90, avec ses 4 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs, chaque se­maine. Im­pos­sible d’ou­blier les si­tua­tions ab­surdes de cette fa­mille dys­fonc­tion­nelle. Elles frô­laient l’ir­réel, tout en étant si proches de la ‘vraie’ vie.

Les per­son­nages me fai­saient mou­rir de rire. L’une de mes scènes fa­vo­rites est celle où ‘’Pô­pa’’ (Ti-mé Pa­ré, alias Claude Meu­nier) pré­pare et sort son sac de dé­chets. Ce­la a tel­le­ment mar­qué mon ima­gi­naire qu’il m’ar­rive d’in­ter­rompre un re­pas ou une conver­sa­tion, pour sor­tir mes pou­belles ! Af­fec­tueu­se­ment, quelques proches m’ont sur­nom­mé ‘’Pô­pa’’ !

Après tout, des or­dures bien triées, mises dans le bon bac, c’est un geste ci­toyen es­sen­tiel ! Une res­pon­sa­bi­li­té ! Un de­voir ! Et un ca­deau pour l’en­vi­ron­ne­ment

NOU­VELLE PO­LI­TIQUE POUR LES MA­TIÈRES RÉ­SI­DUELLES À GA­TI­NEAU

On ne fait rien à moi­tié à Ga­ti­neau. Pour cer­tains dos­siers ‘chauds’ (dé­pas­se­ment de coûts pour la ré­fec­tion du bou­le­vard St-jo­seph, gou­ver­nance du bu­reau de l’om­buds­man, pla­ni­fi­ca­tion du ré­seau de pistes cy­clables), c’est par­fois le si­lence ra­dio, jus­qu’au mo­ment où un brave jour­na­liste d’un mé­dia lo­cal dé­terre l’in­for­ma­tion, har­cèle l’ad­mi­nis­tra­tion pour avoir l’heure juste, et dé­voile fi­na­le­ment des in­fos per­ti­nentes pour le ‘payeur’ de taxes.

Heu­reu­se­ment, dans d’autres cas en po­li­tique mu­ni­ci­pale, il y a aus­si des pé­riodes de trans­pa­rence, de consul­ta­tions pu­bliques, d’orien­ta­tions claires, avec la vo­lon­té de bien trans­mettre le mes­sage. Pro­prié­taires ou lo­ca­taires, les ci­toyens veulent en avoir pour leur ar­gent dans les ser­vices de base: le trans­port col­lec­tif, le dé­nei­ge­ment, l’en­tre­tien des rues, et la col­lecte des pou­belles!

Dos­sier pou­belles, donc. À Ga­ti­neau, la cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion pour ex­pli­quer aux ré­si­dents les chan­ge­ments à ve­nir aux col­lectes des ma­tières ré­si­duelles est quelque chose ! Di­sons qu’on a mis le pa­quet ! Une page com­plète d’ex­pli­ca­tions, de li­bel­lés, de gra­phiques, dans les jour­naux, sur le web. Des com­mu­ni­qués de presse. Des an­nonces ra­dio. On tient vrai­ment à ce que tout le monde com­prenne et ap­plique cor­rec­te­ment les nou­velles consignes de la Ville, en lien avec les orien­ta­tions en­vi­ron­ne­men­tales de Qué­bec. On a même éta­lé cer­tains échéan­ciers jus­qu’en juillet 2019 !

AS­SI­MI­LER LE SORT DE NOS DÉ­CHETS: ALLÉLUIA !

Je n’ai pas de doc­to­rat en en­vi­ron­ne­ment ni en ges­tion pu­blique. Mais pour votre bé­né­fice, et avec hu­mi­li­té, je vous ré­sume ce que j’ai com­pris. Dès cette se­maine (mi-juillet 2018), le com­pos­tage de­vient obli­ga­toire, comme pour le recyclage. Com­pos­tage = Boîte brune. Re­te­nez la cou­leur. Ra­tons la­veurs et ours dal­to­niens, res­tez chez vous !

Les encombrants (nos ados in­sup­por­tables? nos voi­sins dé­tes­tables? je blague!), et les ré­si­dus de cons­truc­tion (meubles IKEA non mon­tés ? gypse pour­ri ? mor­ceaux de doigts? je blague!), ne se­ront plus ra­mas­sés lors de la col­lecte ré­gu­lière des or­dures. So­lu­tion pro­po­sée ? Nous de­vrons com­po­ser le 311 pour ob­te­nir le nom d’un or­ga­nisme lo­cal d’éco­no­mie so­ciale qui ac­cep­te­ra de ve­nir cher­cher gra­tui­te­ment et gra­cieu­se­ment nos ‘gros’ dé­tri­tus. Bon cou­rage, les té­lé­pho­nistes ! On s’ha­bi­tue­ra.

At­ten­tion. À par­tir d’oc­tobre 2018, Ga­ti­neau pro­met de faire une col­lecte aux trois mois des dé­chets dits ‘encombrants’. Prière de consul­ter le dic­tion­naire pour la bonne dé­fi­ni­tion. Ce qui est ‘en­com­brant’ pour l’un, ne l’est pas pour l’autre ! D’ici là, rap­pe­lez-vous qu’il est in­ter­dit de lais­ser au che­min le vieux ca­na­pé souillé, le BBQ rouillé, et la la­veuse en pièces dé­ta­chées !

Chers ci­toyens et payeurs de taxes, notre au­tomne s’an­nonce ex­ci­tant ! Ga­ti­neau dis­tri­bue­ra un bac gris de 120 litres. On a douze mois (un an !) pour se fa­mi­lia­ri­ser avec la (bonne) cou­leur du bac et la (bonne) gros­seur. Seuls ce bac, et des sacs de sur­plus ta­ri­fiés, se­ront ra­mas­sés par les éboueurs, à comp­ter de juillet 2019. Com­bien coû­te­ront alors nos sur­plus de vi­danges ? Je l’ignore. La Ville, aus­si. Car une autre consul­ta­tion pu­blique est pré­vue, sui­vie sans doute par une autre cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion.

Fi­na­le­ment, je m’en­nuie de ‘Pô­pa’. Sa mé­thode était tel­le­ment plus simple.

Les pou­belles de ‘Pô­pa’

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.