« Yvan était mon idole », avoue Ri­chard Mar­tel

Le Carillon - - News - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI fre­de­ric.hountondji@eap.on.ca

C’est l’un des plus beaux sou­ve­nirs que Ri­chard Mar­tel a gar­dé d’Yvan Jo­ly, avec qui il jouait au ho­ckey dans sa jeu­nesse. « On était des ma­niaques de ho­ckey. On jouait plus sou­vent de­hors qu’en de­dans. On blo­quait la rue et quand les au­tos pas­saient, on était cho­qué parce qu’elles pas­saient », a nar­ré M. Mar­tel, amu­sé ?

Il s’est sou­ve­nu aus­si que sur la rue William, il y avait l’école Saint-Jo­seph. Les Frères qui y en­sei­gnaient leur pas­saient de l’équi­pe­ment de ho­ckey et ils jouaient sur leur pa­ti­noire les fins de se­maine. C’est dans ce contexte qu’a évo­lué à l'époque Yvan Jo­ly avant de mon­ter vers d'autres som­mets, à com­men­cer par les 67 d'Ot­ta­wa.

« Yvan était mon idole, a té­moi­gné, M. Mar­tel. C’était un gars vrai­ment dé­ter­mi­né. Il avait du coeur. Il était vrai­ment bon. C’était un bon pa­ti­neur. Il y avait lui et Jacques Bru­net qui avait fait aus­si les 67. C’étaient nos idoles. »

Il s’est rap­pe­lé que lui et tous ses amis s’étaient ras­sem­blés de­vant la té­lé­vi­sion pour voir Yvan jouer sa pre­mière ren­contre entre les Ca­na­diens et To­ron­to. « Moi, je jouais dans la ligue se­nior à Ri­gaud et on avait eu notre party de fin d’an­née dans une ca­bane à sucre. On avait tout fait pour avoir une té­lé­vi­sion parce qu’il jouait sa pre­mière par­tie pour Mon­tréal contre To­ron­to. Au party, toute la gang de Haw­kes­bu­ry était as­sise de­vant la té­lé pour voir Yvan jouer », se rap­pelle M. Mar­tel.

« Je pense que c’était sa pre­mière sor­tie dans la Ligue na­tio­nale. Il était à Ha­li­fax et avait été rap­pe­lé pour jouer pour Mon­tréal », a-t-il ajou­té.

Lors­qu’il évo­luait au sein des 67 d’Ot­ta­wa, Yvan Jo­ly avait loué une pa­ti­noire à SaintEus­tache pour s’en­traî­ner. « Tous les mer­cre­dis soirs, on des­cen­dait à SaintEus­tache pour pra­ti­quer avec lui. Il était pous­sé pas mal par Yvon Mont­pe­tit, qui lui don­nait de l’ou­vrage pour qu’il puisse avoir un job ré­gu­lier, pour s’en­traî­ner plus », a rap­por­té Ri­chard Mar­tel qui a été plu­sieurs fois en­trai­neur et qui a évo­lué pen­dant 18 ans au sein du ho­ckey mi­neur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.