L’AM­BI­TION DE MA­RIE CLAUDE DI­CAIRE

Pro­duc­trice. Réa­li­sa­trice. Scé­na­riste. Co­fon­da­trice de Stu­dio 7 Mul­ti­mé­dia. Et plus ré­cem­ment, lau­réate du Prix jeu­nesse Tho­mas- Go­de­froy.

Le Carillon - - La Une - ALEXIA MARSILLO alexia.marsillo@eap.on.ca

Ma­rie Claude Di­caire, ori­gi­naire d’Al­fred et pré­sen­te­ment ré­si­dente de Saint-Pas­calBay­lon, est une per­sonne plu­tôt oc­cu­pée. Après avoir tra­vaillé dans le mi­lieu théâ­tral pen­dant plu­sieurs an­nées, elle et son conjoint, Jean-Fran­çois Du­bé, ont dé­ci­dé de créer Stu­dio 7 Mul­ti­mé­dia, une com­pa­gnie de créa­tion vi­déo, en 2010. « Après avoir tra­vaillé en théâtre tous les deux, on a fi­na­le­ment dé­ci­dé de s’éloi­gner un peu de ça et de créer une mai­son de pro­duc­tion vi­déo », a ra­con­té Mme Di­caire. Avec Stu­dio 7 Mul­ti­mé­dia, Mme Di­caire joue le rôle de di­rec­trice de pro­duc­tion, scé­na­riste et réa­li­sa­trice pour plu­sieurs adap­ta­tions et sé­ries Web. Le pre­mier gros pro­jet de Stu­dio 7, en par­te­na­riat avec TV5, était une adap­ta­tion de plu­sieurs textes et poèmes d’Éric Char­le­bois de Haw­kes­bu­ry. « C’était un des pre­miers gros pro­jets de Stu­dio 7, a-t-elle confié. Par la suite, on a réa­li­sé d’autres pro­jets, jus­te­ment avec TV5. En plus de faire des pro­jets d’adap­ta­tions, on fait des pu­bli­ci­tés et des do­cu­men­taires, entre autres. » Ac­tuel­le­ment, Mme Di­caire est en at­tente de confir­ma­tion de fi­nan­ce­ment pour le pro­chain pro­jet de Stu­dio 7 – une autre adap­ta­tion d’une pièce de théâtre. « Si on re­çoit le fi­nan­ce­ment, ça va être en tour­nage cet été », a-t-elle confir­mé. Chaque pro­jet est dif­fé­rent en termes de temps né­ces­saire pour le créer, mais il im­plique de trou­ver du fi­nan­ce­ment, faire la re­cherche pour les scé­na­rios, dé­ter­mi­ner le ca­len­drier de pro­duc­tion et choi­sir les dates de tour­nage.

« Je ne suis pas ori­gi­nale en di­sant que le plus gros dé­fi c’est au ni­veau du fi­nan­ce­ment, a dit Mme Di­caire. C’est dif­fi­cile d’al­ler cher­cher et de trou­ver les sous né­ces­saires pour conce­voir les pro­jets que l’on veut. » Mal­gré les pro­blèmes de fi­nan­ce­ment, Mme Di­caire croit qu’il est tou­jours pos­sible de créer quelque chose de bien. « Je pense que c’est très im­por­tant de pour­suivre ses rêves et ses as­pi­ra­tions, car si­non, on va tou­jours res­sen­tir un manque d’ac­com­plis­se­ment. »

« Peu im­porte la forme d’art, il y a des dé­fis, le fi­nan­ce­ment entre autres. Ce­pen­dant, il y a tou­jours la pos­si­bi­li­té de créer une oeuvre, soit lit­té­raire, mé­dia­tique ou théâ­trale, car cha­cun à sa fa­çon peut ex­pri­mer quelque chose », a-t-elle conti­nué. L’in­té­rêt pour les arts date de très long­temps pour Mme Di­caire. Elle fai­sait du théâtre à l’école se­con­daire et elle a conti­nué ses études à l’Uni­ver­si­té d’Ot­ta­wa en théâtre et en lit­té­ra­ture. Elle a com­plé­té un bac­ca­lau­réat en arts spé­cia­li­sé en théâtre et un deuxième en lettres fran­çaises. En plus, elle a aus­si en­sei­gné le fran­çais à La Ci­té et au Cé­gep de l’Ou­taouais.

« Mon par­cours m’a fi­na­le­ment ame­née à créer moi-même – j’aime beau­coup le tra­vail d’adap­ta­tion (comme je l’ai dit, j’ai étu­dié en lit­té­ra­ture), a ex­pli­qué Mme

Di­caire. C’est la rai­son pour la­quelle on [elle et M. Du­bé] a vrai­ment dé­ci­dé de conti­nuer en adap­ta­tion. »

Elle a as­sis­té à la mise en scène de Frères d’hi­ver, un ré­cit poé­tique de Mi­chel Ouel­lette, qu’elle a adap­té pour le théâtre. Cette adap­ta­tion a rem­por­té le Prix Ri­deau 2011 pour la Créa­tion de l’an­née. Elle a aus­si di­ri­gé, scé­na­ri­sé et réa­li­sé la web­sé­rie Vi­sion po­ly­pho­nique, qui était fi­na­liste pour le Prix Gé­meaux 2013 de la Meilleure émis­sion ou sé­rie ori­gi­nale pro­duite pour les nou­veaux mé­dias.

Plus ré­cem­ment, Mme Di­caire a été di­rec­trice, scé­na­riste et co­réa­li­sa­trice pour la web­sé­rie 2 h 14, Un con­ti­nen­tal en cinq temps, qui était fi­na­liste pour deux Prix Gé­meaux 2015. Elle a été lau­réate du Prix jeu­nesse Tho­mas-Go­de­froy lors du Ban­quet de la Fran­co­pho­nie de Pres­cottRus­sell à Em­brun, le 24 mars der­nier. « C’était une belle ex­pé­rience, a confié Mme Di­caire. C’est flat­teur de re­ce­voir un prix qui re­con­nait le tra­vail que l’on fait pour la fran­co­pho­nie on­ta­rienne. » Pour le mo­ment, elle se concentre sur le pro­chain pro­jet qu’elle es­père réa­li­ser pour Stu­dio 7 cette an­née, mais elle a tou­jours des plans à long terme. « Je scé­na­rise beau­coup pour le Web, alors j’ai­me­rais scé­na­ri­ser, et éven­tuel­le­ment réa­li­ser éga­le­ment, des pro­jets plus longs, a-t-elle ex­pri­mé. C’est un rêve. »

—pho­to Ju­lie-Ève Car­rier

—pho­tos Ju­lie-Ève Car­rier

Ma­rie Claude Di­caire est ori­gi­naire d’Al­fred et de­meure pré­sen­te­ment à Saint-Pas­cal-Bay­lon. Après avoir tra­vaillé dans le mi­lieu théâ­tral pen­dant plu­sieurs an­nées, elle et son conjoint, Jean-Fran­çois Du­bé, ont dé­ci­dé de créer Stu­dio 7 Mul­ti­mé­dia, une...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.