DÉ­CHETS RA­MAS­SÉS LE LONG DE L’OUTAOUAIS

Le Carillon - - Collectivité - MI­CHEL LA­MY mi­chel.la­my@eap.on.ca

Mal­gré le temps plu­vieux, une tren­taine de gar­diens de la ri­vière des Outaouais ont ra­tis­sé les berges de la ri­vière des Outaouais et ses af­fluents sa­me­di der­nier afin de ra­mas­ser des dé­chets.

L’ac­ti­vi­té de net­toyage et de sen­si­bi­li­sa­tion est sem­blable à d’autres ac­ti­vi­tés de même nature qui se dé­roulent en amont et qui sont or­ga­ni­sées par l’or­ga­ni­sa­tion Gar­de­ri­vière des Outaouais. « Je me suis sou­vent ren­du à Ot­ta­wa pour ai­der à net­toyer la ri­vière, a ex­pli­qué l’or­ga­ni­sa­teur de l’évè­ne­ment, Louis La­fon­taine. Comme je de­meure à Hawkesbury, j’ai réa­li­sé qu’on de­vrait le faire ici. Ce­la fait main­te­nant sept ou huit ans que nous oeu­vrons ici. M. La­fon­taine, re­trai­té des Forces Ca­na­diennes après une car­rière de 33 ans, était ac­com­pa­gné d’autres mi­li­taires ain­si que par des membres du Corps de ca­dets royaux de l’Ar­mée ca­na­dienne, 57 Stor­mont, Dun­das et Glen­gar­ry High­lan­ders.

Les an­ciens mi­li­taires et les ca­dets ont été ap­puyés pour le net­toyage par des citoyens qui ont la ri­vière à coeur. « On ne réa­lise pas com­bien la ri­vière est im­por­tante », de dire une bé­né­vole. En plus de faire le net­toyage ri­ve­rain, les sen­ti­nelles de la ri­vière font l’ana­lyse de l’eau une fois par mois, de mai à sep­tembre. La va­rié­té de dé­tri­tus est éle­vée.

Mar­cel Belle-Isle a dé­crié l’usage des mi­cro­billes en plas­tique dans les pro­duits de toi­lette. « Lors d’une ana­lyse d’eau, nous avons re­trou­vé 14 billes dans un échan­tillon de 25 L. Heu­reu­se­ment, le gou­ver­ne­ment ca­na­dien a dé­ci­dé d’in­ter­dire, à par­tir de 2019, ces pro­duits qui ne sont pas cap­tés par les usines de fil­tra­tion. »

Après la jour­née pas­sée à ra­mas­ser une cen­taine de ki­los de dé­chets, le groupe s’est ren­du chez Ian Young, ap­puyé par Guy­laine Char­le­bois, pour un bar­be­cue. Mar­ché Gou­let IGA, Ber­nie’s Greens, Trillium Farm et la Su­cre­rie Char­le­bois ont four­ni la bouffe pour les par­ti­ci­pants. Iro­ni­que­ment, une pan­carte géante de Tim Hor­tons a été re­pê­chée de l’eau alors que ceux-ci ont fait don du ca­fé. C’est en 2001 que l’or­ga­ni­sa­tion Gar­de­ri­vière des Outaouais a vu le jour. Plus de 400 bé­né­voles voient à ce que l’eau de la ri­vière des Outaouais de­meure po­table et que l’on puisse y na­ger et pê­cher, des deux cô­tés de la rive.

La­ris­sa Hol­man, co­or­don­na­trice du Pro­gramme de sur­veillance de la ri­vière au bu­reau d’Ot­ta­wa, était ve­nue pour la jour­née. « Au­jourd’hui, je suis ici comme bé­né­vole et non comme em­ployée de l’or­ga­ni­sa­tion », a-t-elle te­nu à pré­ci­ser avec fier­té.

pho­to Mi­chel La­my

Mal­gré la météo peu clé­mente, les par­ti­ci­pants à l’ac­ti­vi­té de net­toyage des berges étaient tout sou­rire.—

pho­to Mi­chel La­my

Plus de 225 livres de dé­chets ont été ra­mas­sés par les bé­né­voles.—

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.