PLUS DE 300 PER­SONNES RÉ­PONDENT À L’IN­VI­TA­TION D’AMAN­DA SI­MARD

Le Carillon - - ACTUALITÉS - ALEXIA MARSILLO [email protected]

Plus de 300 per­sonnes, plu­sieurs vê­tus d’un t-shirt ar­bo­rant le slo­gan « Res­tez calme, oui il y a des fran­co­phones hors Qué­bec », d’autres por­tant des dra­peaux fran­co-on­ta­riens, se sont ras­sem­blées à Saint-Isidore di­manche pour ac­cueillir la dé­pu­tée de Glen­gar­ry-Pres­cott-Rus­sell Aman­da Si­mard, à la suite d’une se­maine char­gée pour les fran­co­phones.

« Si nous conti­nuons à faire des conces­sions, il ne res­te­ra plus grand-chose dans quelques an­nées », a dé­cla­ré la dé­pu­tée, une dé­cla­ra­tion qui lui a va­lu une ova­tion de­bout, lors d’une réu­nion qu’elle avait or­ga­ni­sée avec ses com­met­tants, à l’aré­na de Saint-Isidore, le di­manche 25 no­vembre.

La réu­nion avait pour but de dis­cu­ter de l’abo­li­tion du Com­mis­sa­riat aux ser­vices en fran­çais de l’On­ta­rio et le sta­tut de l’Uni­ver­si­té de l’On­ta­rio fran­çais. « Même si je suis ren­due à Queen’s Park à To­ron­to, je n’ou­blie pas pour qui je tra­vaille. C’est pour les gens. J’ai le man­dat de vous re­pré­sen­ter d’abord et avant tout », a-telle cla­mé.

Mme Si­mard a pris po­si­tion contre son par­ti, le par­ti pro­gres­siste-conser­va­teur la se­maine der­nière, alors qu’elle s’est pu­bli­que­ment op­po­sée aux dé­ci­sions du gou­ver­ne­ment Ford concer­nant le Com­mis­sa­riat et l’uni­ver­si­té fran­co­phone. Les per­sonnes pré­sentes à la ren­contre di­manche ont sai­si l’oc­ca­sion pour re­mer­cier et fé­li­ci­ter la dé­pu­tée d’avoir te­nu tête à son propre par­ti, mais aus­si pour dé­ter­mi­ner ce qui vien­dra par la suite. Mme Si­mard a dé­cla­ré faire de son mieux pour sen­si­bi­li­ser ses col­lègues à la fran­co­pho­nie en On­ta­rio et tra­vailler en étroite col­la­bo­ra­tion avec les di­vers or­ga­nismes concer­nés afin de trou­ver des so­lu­tions. Un ci­toyen pré­sent à la ren­contre a de­man­dé à la dé­pu­tée quel fac­teur l’amè­ne­rait à désa­vouer son gou­ver­ne­ment com­plè­te­ment. « Quand mon équipe ne me lais­se­ra plus faire mon tra­vail et m’ex­pri­mer li­bre­ment… », a-telle ré­pon­du.

Le pre­mier mi­nistre Doug Ford a fait des re­tours en ar­rière ven­dre­di, en an­non­çant que le Com­mis­sa­riat se­ra in­té­gré au Bu­reau de l’om­bud­sman au lieu d’être abo­li, que Ca­ro­line Mul­ro­ney se­ra nom­mée mi­nistre aux Af­faires fran­co­phones et qu’un conseiller prin­ci­pal en ma­tière de po­li­tiques res­pon­sables des af­faires fran­co­phones se­ra en­ga­gé. « Per­son­nel­le­ment, je pense que c’est un seul pas en avant pour trois pas de re­cul, a af­fir­mé Mme Si­mard concer­nant cette an­nonce. Il faut gar­der es­poir, mais il faut mettre de la pres­sion et il faut conti­nuer. C’est cer­tain que je vais re­tour­ner à la lé­gis­la­ture et leur mon­trer com­ment le monde est re­pré­sen­té et que c’est im­por­tant de ren­ver­ser les deux dé­ci­sions. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.