«Je suis juste un mec qui aime bien faire des vannes»

Le Dé­lit a ren­con­tré Pa­nayo­tis Pas­cot, chro­ni­queur dans l’émis­sion té­lé­vi­sée fran­çaise Le Pe­tit Jour­nal, dans le cadre de Tedxmc­gill.

Le Délit - - Actualités - Pro­pos recueillis par ju­lia denis, Inès léo­pol­die­du­bois et ch­loé mour Le Dé­lit

Le Dé­lit (LD): Parle-nous de ton parcours… Comment en es-tu ve­nu à faire par­tie du Pe­tit Jour­nal?

Pa­nayo­tis Pas­cot (PP): Alors à la base je faisais des vi­déos sur Youtube. J’ai com­men­cé à 11 ans dans ma chambre, à en­voyer des mes­sages en «co­pier-col­ler» à toutes les per­son­na­li­tés que je pou­vais trou­ver sur Fa­ce­book et au bout de 500 mes­sages il y en a quelques-unes qui ont com­men­cé à me ré­pondre. Je les ai ren­con­trées, j’ai ap­por­té une pe­tite ca­mé­ra, je les ai in­ter­viewées avec le son de l’ip­hone (re­gard vers le téléphone du jour­na­liste du Dé­lit, rires), j’ai pu­blié les vi­déos sur le web et de fil en ai­guille, j’ai réus­si à ren­con­trer de plus en plus de per­sonnes. J’ai eu la chance de me faire de plus en plus d’amis dans ce mi­lieu, entres autres Alex Lutz (qui joue Catherine dans la mi­ni­sé­rie Catherine et Liliane dif­fu­sée pendant Le Pe­tit Jour­nal, ndlr) qui m’a pré­sen­té aux équipes du Pe­tit Jour­nal. Et voilà!

LD: Di­rais-tu que ton travail en tant qu’in­ter­vie­weur pour le Pe­tit Jour­nal est une nouvelle forme, plus jeune, de jour­na­lisme?

PP: Je suis tout sauf jour­na­liste en fait. Au Pe­tit Jour­nal en tout cas. J’ai pas de terme pré­cis, je suis juste un mec qui aime bien faire des vannes et on lui donne un mi­cro et une ca­mé­ra… alors c’est mor­tel!

LD: Donc en fait si on te pose des ques­tions sur les mu­ta­tions du jour­na­lisme et la mort du jour­na­lisme, ça ne va pas mar­cher… ( rires). Par contre on peut te po­ser des ques­tions sur tes tech­niques d’en­tre­vue. Quel est ton con­seil pour avoir quelqu’un en en­tre­vue? Tes pe­tits tips?

PP: C’est l’hon­nê­te­té. Être hon­nête, ça fonc­tionne sur tout. Je pense que si t’es hon­nête les gens te kiffent. Par exemple, il y a des stars que j’ai dé­jà chop­pées dix minutes parce que ma pre­mière ques­tion c’était «Je suis désolé mais je ne sais pas qui vous êtes»!

LD: Ta meilleure en­tre­vue? PP: Les gens dans la rue! Je trouve ça fan­tas­tique le gens dans la rue, je trouve ça beau. Mais si­non j j’ai ado­ré in­ter­vie­wer et pas­ser une après-mi­di avec Fré­dé­ric Beig­be­der (au­teur et chro­ni­queur fran­çais, n ndlr), c’est un grand monsieur.

LD: La pire? PP: Ah je ne peux pas dire ça… ç ça se garde ( rires).

LD: Ton pe­tit re­gret d’en­trev vue?

PP: Pha­rell Williams. Je suis re­stér cinq minutes à cô­té de lui sanss rien dire. J’au­rais pu po­ser desd ques­tions, j’au­rais pu avoir au moins deux minutes d’en­tre­vue avec lui et j’ai rien dit, comme une daube, parce que j’at­ten­dais une in­ter­view avec Karl La­ger­feld.

LD: Ton en­tre­vue rê­vée? PP: Xa­vier Do­lan. Ah ouais, ouais, Xa­vier Do­lan! Ou fran­che­ment Wes An­der­son que je kif­fek beaucoup. Là, der­niè­re­ment, Gon­zales Iñàr­ri­tu aus­si. Et les Daft Punk! J’y pense. Un vrai kiffe ça! x

inès léo­pol­die-du­bois

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.