Cherche 5 1/2 sans sur­prises

Les jeunes font face à la dis­cri­mi­na­tion au lo­ge­ment.

Le Délit - - Société - Alexandre Le Coz

Alors que beaucoup d’étu­diants re­cherchent ac­tuel­le­ment un lo­ge­ment pour l’an­née à venir, nom­breux sont ceux qui doivent faire face à des re­quêtes lou­foques – pour ne pas dire illé­gales – de la part d’un cer­tain nombre de pro­prié­taires mont­réa­lais.

Les trois pre­miers mois d’une nouvelle an­née sont pour les uni­ver­si­taires une pé­riode char­gée, ten­due et même stres­sante. De la re­prise des cours à la re­cherche d’un pied-à-terre, il est im­por­tant de veiller à ne pas de­ve­nir une cible fa­cile de pro­prié­taires mal­hon­nêtes.

En effet, il est une pra­tique fré­quente chez cer­tains d’entre eux de pro­fi­ter de leur po­si­tion de force afin de faire ré­gner leurs propres lois sur le mar­ché de l’im­mo­bi­lier. Ils uti­lisent à ou­trance des pra­tiques dont les jeunes lo­ca­taires ignorent la pos­ture illé­gale. Re­fus de lo­ca­tion sous pré­texte d’une quel­conque na­tio­na­li­té étran­gère, demande de dé­pôts de sé­cu­ri­té et d’un paie­ment de plu­sieurs mois de loyer à l’avance, ou en­core pho­to­co­pies de do­cu­ments of­fi­ciels n’en consti­tuent qu’une in­fime par­tie. Il faut donc faire attention aux ar­naques.

Les étran­gers comme cible pre­mière

Les in­di­vi­dus les plus ci­blés par les pro­prié­taires sont bien évi­dem­ment les jeunes étu­diants, mais éga­le­ment les im­mi­grés, qui doivent par­fois faire face à une bar­rière lin­guis­tique im­por­tante. Cette bar­rière de la langue peut, chez cer­tains, de­ve­nir une source de mal­hon­nê­te­té et d’es­cro­que­rie de la part de cer­tains pro­prié­taires. Le jour­nal étu­diant de Con­cor­dia, le Link, pu­bliait ré­cem­ment l’histoire de Xiao Ming (pseu­do­nyme), un étu­diant in­ter­na­tio­nal ayant quit­té sa Chine na­tale pour poursuivre ses études à Mon­tréal. L’étu­diant a no­tam­ment été vic­time de fortes pres­sions ver­bales à pro­pos de son uti­li­sa­tion quo­ti­dienne d’élec­tri­ci­té, ain­si que de mo­di­fi­ca­tions im­por­tantes du coût de son lo­ge­ment. Il vi­vait dans de piètres condi­tions pour un lo­ge­ment au prix ex­ces­sif. Des condi­tions si peu sou­te­nables qu’elles l’ont me­né à lan­cer une pro­cé­dure judiciaire contre son pro­prié­taire. Ce­pen­dant, une gran- de ma­jo­ri­té des vic­times n’en­tre­prennent pas de telles dé­marches.

Pas le temps ni les moyens pour la justice

«Les gens n’ont ni l’envie ni le temps de se lan­cer dans de telles pro­cé­dures. Les dé­lais sont longs et les pro­prié­taires le savent bien»: telles sont les pa­roles de Ted Wright, consul­tant ju­ri­dique en ma­tière de lo­ge­ment. Il ex­plique dans une en­tre­vue au Jour­nal de Mon­tréal les rai­sons pour les­quelles les étu­diants ne prennent pas le temps de s’en­ga­ger dans une ba­taille face à la loi.

Ré­cem­ment, mes co­lo­ca­taires Ethel Ber­du­go, Ju­lie Mar­tin, Alexandre Chah­tah­tins­ky et moi­même, tous étu­diants fran­çais à Mc­gill, avons aus­si payé les frais de la mal­hon­nê­te­té d’un pro­prié­taire mont­réa­lais. L’homme concer­né avait es­ti­mé en fé­vrier 2016 qu’il était trop com­pli­qué d’avoir des lo­ca­taires fran­çais pour des «rai­sons ju­ri­diques». De fa­rouches pro­pos tout sim­ple­ment dis­cri­mi­na­toires et sans bases lé­gales, qui pour­tant n’ont pas abou­ti sur une pro­cé­dure judiciaire, faute de temps, d’argent, et de moyens.

Dans le but de lut­ter contre de telles pro­po­si­tions illé­gales, un grand nombre d’uni­ver­si­tés s’en­gagent à éta­blir de bons contacts entre leurs étu­diants et les agences im­mo­bi­lières lo­cales. Ain­si, l’uni­ver­si­té Mc­gill pro­pose un ser­vice de guide im­mo­bi­lier, Lo­ge­ment Mc­gill ( Mc­gill Hou­sing), grâce au­quel les étu­diants peuvent fa­ci­le­ment et ef­fi­ca­ce­ment trou­ver des lo­ge­ments qui conviennent à leurs be­soins… et ce de ma­nière sé­cu­ri­sée et lé­gale. De telles ma­noeuvres se dé­ve­loppent ra­pi­de­ment au Qué­bec et à Mon­tréal en par­ti­cu­lier. L’uni­ver­si­té Con­cor­dia s’en­gage elle aus­si à conseiller ses nou­veaux étu­diants in­ter­na­tio­naux en terme de lo­ge­ment, en dé­ve­lop­pant de ma­nière as­si­due des as­so­cia­tions telle que « Con­cor­dia Student Union Hou­sing ». De la même ma­nière, l’uni­ver­si­té de Mon­tréal a dé­ve­lop­pé son propre sys­tème in­for­ma­tique afin d’aider les étu­diants à trou­ver leur lo­ge­ment idéal. C’est par l’in­ter­mé­diaire de tels sys­tèmes que le mar­ché de l’im­mo­bi­lier mont­réa­lais se sé­cu­ri­se­ra et par­vien­dra à lut­ter contre les agis­se­ments illé­gaux de pro­prié­taires frau­du­leux. En attendant une gé­né­ra­li­sa­tion de l’in­for­ma­tion de qua­li­té, il faut res­ter sur ses gardes, et prendre le temps de po­ser les bonnes ques­tions afin de trou­ver des solutions. x

prune en­gé­rant

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.