On se moque de ta dé­mo­cra­tie

L’an­née uni­ver­si­taire en trois po­lé­miques mc­gil­loises.

Le Délit - - Société - ar­no pe­dram Le Dé­lit

Dé­sin­ves­tis­sons, cha­pitre I

C’est la fin de l’an­née et le Co­mi­té consul­ta­tif char­gé des ques­tions de res­pon­sa­bi­li­té so­ciale ( CCQRS ou CAMSR en an­glais, ndlr), dont Su­zanne For­tier fait par­tie, consi­dère les dom­mages so­ciaux cau­sés par l’ex­ploi­ta­tion des éner­gies fos­siles comme n’étant pas « graves ».

Pour­tant, les rap­ports s’ac­cu­mulent, prou­vant l’ac­cé­lé­ra­tion ca­tas­tro­phique de la mon­tée des eaux, et donc la pression crois­sante que le cli­mat im­pose sur le monde, pré­sa­geant l’ag­gra­va­tion de la crise des ré­fu­giés et des guerres de res­sources. Des cen­taines d’ins­ti­tu­tions à des ni­veaux très va­riés, comme la ville d’os­lo, l’uni­ver­si­té d’ox­ford ou la Fon­da­tion des frères Ro­cke­fel­ler, re­joignent le mou­ve­ment vi­sant à dés­in­ves­tir de l’ex­ploi­ta­tion des éner­gies fos­siles. Au re­gard de l’ab­sence de plans po­li­tiques am­bi­tieux et des iné­luc­tables consé­quences du je-m’en-fou­tisme gé­né­ral, les pro­jets de dés­in­ves­tis­se­ment sont de puis­sants vec­teurs de chan­ge­ment, di­ri­gés vers des en­tre­prises qui s’en­ri­chissent en si­phon­nant tout es­poir d’un fu­tur viable. Ce­la étant, après quatre ans de cam­pagne, une deuxième ten­ta­tive et un re­mar­quable travail de re­cherche pour pré­sen­ter un plan rai­son­nable, le groupe mi­li­tant Dé­sin­ves­tis­sons Mc­gill ( Di­vest Mc­gill, ndlr) a dû se conten­ter d’un re­jet de leur pro­po­si­tion, ef­fec­tué à huis clos, par de grands in­con­nus et dans le plus grand si­lence.

Dé­sin­ves­tis­sons, cha­pitre II

C’est la fin de l’an­née, et Su­zanne For­tier qua­li­fiait il y a peu le mou­ve­ment non-violent et an­ti­co­lo­nial Boy­cott, Dés­in­ves­tis­se­ment et Sanc­tions (BDS) comme al­lant « à l’en­contre des prin­cipes de to­lé­rance et de res­pect ».

Ces mêmes prin­cipes de to­lé­rance et de res­pect sont les rai­sons pour les­quelles notre uni­ver­si­té in­ves­tit sans re­mords à la fois dans une entreprise d’ar­me­ment amé­ri­caine qui four­nit en équi­pe­ment mi­li­taire l’ar­mée is­raé­lienne ( L-3 Com­mu­ni­ca­tions), mais aus­si dans une banque qui per­met le dé­ve­lop­pe­ment des pro­jets im­mo­bi­liers dans les ter­ri­toires illé­ga­le­ment oc­cu­pés de Cis­jor­da­nie ( Miz­ra­hi Te­fa­hot Bank) et enfin dans une entreprise im­mo­bi­lière par­ti­ci­pant aus­si au dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur im­mo­bi­lier dans ces ter­ri­toires ( Re/max). De plus, que l’ad­mi­nis­tra­tion se per­mette d’ex­pri­mer son désac­cord pro­fond en­vers des ini­tia­tives étu­diantes dé­mo­cra­tiques, et ce en ver­tu de mo­ti­va­tions sus­pi­cieuses, ne fait que com­pro­mettre d’au­tant plus le res­pect qu’elle devrait mon­trer pour la dé­mo­cra­tie étu­diante.

Sou­ve­nons-nous!

C’est la fin de l’an­née et le ro­cher Ho­che­la­ga, com­mé­mo­rant l’histoire au­toch­tone, est toujours aus­si bien ca­ché.

La ren­contre de Dé­sin­ves­tis­sons Mc­gill avec Su­zanne For­tier le 31 Mars a été l’oc­ca­sion pour cette der­nière de ré­af­fir­mer, comme elle l’avait fait lors de son in­ter­ven­tion à Fa­cul­ty in Rez, son dé­dain pour les « sym­boles » (voir l’ar­ticle «Sous les pa­vés, Tio’tia:ké» pu­blié dans Le Dé­lit du 22 fé­vrier 2016, ndlr). Dé­dain qui s’est cris­tal­li­sé ce jour-là lors de sa cho­quante in­ca­pa­ci­té à af­fir­mer que « la non-ob­ten­tion du consen­te­ment des au­toch­tones [par ces en­tre­prises] est une vio­la­tion des lois na­tio­nales et in­ter­na­tio­nales as­su­rant la san­té, la sé­cu­ri­té et les li­ber­tés fon­da­men­tales [des in­di­vi­dus] ». Enfin, l’ab­sence de toute men­tion de la ques­tion des droits des po­pu­la­tions au­toch­tones (clai­re­ment mis en avant par Dé­sin­ves­tis­sons Mc­gill) par le CCQRS dans leur compte rendu at­teste d’une hy­po­cri­sie criante et d’une conscience cou­pable.

En­ga­geons-nous!

C’est la fin de l’an­née et c’est le dé­but d’une mo­bi­li­sa­tion né­ces­saire et vouée au succès. Les mou­ve­ments étu­diants de cette an­née ont prou­vé que les pro­cé­dures dé­mo­cra­tiques sont le dernier des sou­cis de l’ad­mi­nis­tra­tion. Mais ils ont aus­si prou­vé que (seuls?) les étu­diants étaient ca­pables d’amener des solutions concrètes: Dé­sin­ves­tis­sons Mc­gill a un plan viable et lé­gi­time pour le dés­in­ves­tis­se­ment, BDS met en lu­mière notre par­ti­ci­pa­tion au pro­jet co­lo­nial is­raé­lien, et L’AÉUM passe et a passé nombre de mo­tions contri­buant à la re­con­nais­sance de l’histoire des au­toch­tones. On peut aus­si sa­luer l’ini­tia­tive du Groupe de Travail sur la Po­li­tique sur les Agres­sions Sexuelles ( Sexual As­sault Po­li­cy Wor­king Group), qui a mis au point une po­li­tique cou­ra­geuse pour s’at­ta­quer au problème urgent des agres­sions sexuelles sur le cam­pus. Ce n’est main­te­nant plus qu’une ques­tion d’en­ga­ge­ment puis de temps: le travail est fait, il ne nous reste plus qu’à mon­trer à Mme For­tier ce cou­rage qui lui fait dé­faut. x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.