Le Monde à l’en­vers

Le Délit - - Cahier Création -

Dé­sillu­sions déses­pé­rées, dan­dys dé­pri­més, des­truc­tion ma­cabre et af­fo­lée.

Maux de tête et mi­graines, les mots tournent et tremblent au sein d’une sym­pho­nie dont les cris dé­chi­rés par­viennent en­core à l’oreille noir­cie, sous le chant des grillons, sous les hur­le­ments d’une Humanité tor­tu­rée, sous les cym­bales mal­trai­tées, sous les tam­bours dé­liés, sous l’or­ga­ni­sa­tion op­pres­sive qui en­chaine et qui as­sas­sine.

Li­ber­té, li­ber­té, li­ber­té, li­bé­ra­tion, so­li­tude et déses­poir; que m’im­porte l’éga­li­té, que m’im­portent les prin­cipes mo­raux dont s’af­fuble une bour­geoi­sie dé­pra­vée? Vous ne m’in­té­res­sez pas, les larmes coulent sous les coups dont m’as­sène le cha­grin, lent, lourd et pe­sant. Mais main­te­nant, au­jourd’hui, dans ce mo­ment fu­neste, le si­lence du monde m’ap­pa­rait dans sa ter­rible réa­li­té, dé­les­té de toute leurre et de tout mi­rage, lin­ceul pur et dé­la­vé dont la cape cra­moi­sie se cram­ponne aux cris du ca­rême sa­cré et en ou­blie ses pro­messes.

Car je suis libre et je vois clair; le voile de Maya s’est dé­chi­ré, per­cé, dé­truit, brû­lé, im­mo­lé, sac­ca­gé, sage et érein­té; moi, moi seule, ma propre per­sonne (qui suis-je?) en suis res­pon­sable, Ponce Pi­late s’est ef­fa­cé der­rière les chants olym­piens qui ré­sonnent dans les col­lines, dans les mon­tagnes bleues, dans les val­lées, dans les vil­lages dé­serts. mar­x­bord

do­ré­na­van écrire kom sa né pas un problème jé­cri tou­jour co­lo­nia­li­té et lon me com­prend tou­jour alor peu im­porte

Do­ré­na­vant écrire comme ce­la n’est pas un problème J’écris toujours dé­ve­lop­pe­ment et l’on me com­prend toujours alors peu im­porte ?

Sil­via Ni­co­las

camille bis­cay

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.