Y a-t-il un ave­nir pour la jeu­nesse?

Re­tour sur l’in­ter­ven­tion de Ke­vin O’lea­ry, can­di­dat à la chef­fe­rie du Par­ti conser­va­teur.

Le Délit - - Actualités - Mar­got hut­ton Le Dé­lit Prune En­gé­rant

Comme pour sou­li­gner la ten­sion du contexte ac­tuel, c’est en rap­pe­lant la por­tée pa­ci­fique de l’événement que le re­pré­sen­tant de l’as­so­cia­tion des Conser­va­teurs de Mcgill a com­men­cé la confé­rence où in­ter­vint Ke­vin O’lea­ry, can­di­dat à la chef­fe­rie du Par­ti Conser­va­teur Ca­na­dien. Il est im­por­tant de si­gna­ler qu’au­cun débordement n’a eu lieu au cours de cet évè­ne­ment, les op­po­sants sont res­tés très dis­crets. C’est donc en paix que Ke­vin O’lea­ry a com­men­cé son dis­cours, en s’adres­sant aux Qué­bé­cois en fran­çais, avant d’abor­der le thème prin­ci­pal: pour­suivre ses idéaux.

Du ca­pi­ta­lisme ou du li­bé­ra­lisme?

Dans son dis­cours, le su­jet de la dette est om­ni­pré­sent: chaque Ca­na­dien est en­fon­cé de­dans, et même les en­fants qui ne sont pas en­core nés de­vront plu­sieurs mil­liers de dol­lars au gou­ver­ne­ment au mo­ment où ils pren­dront leur pre­mier souffle. Qui blâ­mer pour ce­la? Le gou­ver- ne­ment li­bé­ral de Jus­tin Tru­deau, qui est à la tête du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral de­puis un peu plus d’un an. Pour O’lea­ry, il faut donc tour­ner cette (courte) page de l’his­toire, afin de faire croître l’éco­no­mie. Mais c’est là que ses pro­pos de­viennent contra­dic­toires. La vo­lon­té d’o’lea­ry est de re­ve­nir à un contexte éco­no­mique per­met­tant un mar­ché de com­pé­ti­tion foi­son­nant, si­mi­laire à ce­lui dans le­quel il a fait for­tune. Ce­pen­dant, il sou­haite aus­si faire avan­cer le Par­ti en le re­nou­ve­lant, c’est-à-dire en le me­nant vers des po­li­tiques plus li­bé­rales (no­tam­ment sur les ques­tions so­ciales). Est-ce que ces deux pers­pec­tives peuvent co­ha­bi­ter? Or, il ne faut pas ou­blier qu’il s’adresse ici à des étu­diants pour ten­ter de ga­gner leurs votes: est-ce là une stratégie «mar­ke­ting» ou une vé­ri­table pro­messe de chan­ge­ment?

Vers la réa­li­sa­tion des rêves

Ke­vin O’lea­ry a beau­coup pen­ché son dis­cours du cô­té in­di­vi­dua­liste: « Les gens veulent réus­sir a- t- il mar­te­lé. » Il en a pro­fi­té pour glis­ser quelques conseils pour réus­sir dans le monde du lea­der­ship et de l’en­tre­pre­na­riat, une par­tie du pu­blic étant concer­née par ce do­maine. Ce­pen­dant, suite à ce dis­cours plein d’es­poir, ar­rive un dur rap­pel à la réa­li­té: dans la salle, 25% des gens se­ront en­tre­pre­neurs, et 75% tra­vaille­ront pour eux. Est- il là notre rêve ca­na­dien? Est-ce pour ce­la que les jeunes doivent res­ter au Ca­na­da? Ap­pa­rem­ment, en­trer dans une ère plus com­pé­ti­tive per­met­trait de don­ner à cha­cun sa chance, c’est « what will make [ this dream] great again » (« ce qui ren­dra ce rêve meilleur »), une ré­fé­rence à peine voi­lée au slo­gan de Do­nald Trump: « Make Ame­ri­ca great again » («Ren­dons à l’amé­rique sa gran­deur » ) .

Et les rap­ports gou­ver­ne­men­taux?

Rap­pe­lons que O’lea­ry s’en prend à tous ses op­po­sants, avec la ferme in­ten­tion de s’im­po­ser dans le monde po­li­tique ca­na­dien. Lors de son dis­cours, il a clai­re­ment évo­qué ses ac­tions contre Kath­leen Wynne, pre­mière mi­nistre de l’on­ta­rio, et no­tam­ment sur les ques­tions de taxa­tion dans la pro­vince. Il a éga­le­ment pro­mis de re­di­ri­ger tous les sou­tiens à Jus­tin Tru­deau vers sa propre per­sonne. Si la com­pé­ti­tion doit ré­gner au Ca­na­da sous O’lea­ry, il sem­ble­rait que ce­la soit à tous les ni­veaux.

Le Do­nald Trump Ca­na­dien?

O’lea­ry a, à quelques re­prises, fait des al­lu­sions au nou­veau pré­sident amé­ri­cain lors de cette confé­rence. Il est vrai que les deux hommes ont des points com­muns, que ce­la soit du cô­té des affaires ou des mé­dias, mais Ke­vin O’lea­ry semble plus tem­pé­ré que son ho­mo­logue amé­ri­cain, no­tam­ment pour ce qui est de l’im­mi­gra­tion. Ayant un pas­sé d’im­mi­grant, il se­rait dif­fi­cile pour sa cam­pagne de me­ner un pro­gramme an­ti-im­mi­gra­tion avec cré­di­bi­li­té.

Les étu­diants ayant pris part à cette ren­contre sont res­sor­tis plu­tôt sa­tis­faits, O’lea­ry ayant éclai­ré plu­sieurs as­pects de sa cam­pagne. Ce­la se­ra- t- il suf­fi­sant pour le faire ac­cé­der au contrôle du Par­ti Conser­va­teur? x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.