En­tre­vues re­pré­sen­tants AÉUM

vice-pré­sident vie étu­diante

Le Délit - - Campus - Pho­tos: The Mcgill Dai­ly

Le Dé­lit: Pen­dant votre cam­pagne, vous avez ac­cen­tué l’im­por­tance de la santé men­tale au sein de l’uni­ver­si­té, avez­vous com­men­cé à tra­vailler sur des pro­jets concrets?

Je­mark Earle: J’ai par­lé à plu­sieurs re­prises avec les dé­lé­gués de la santé men­tale cet été. Pour le mo­ment, je me suis concen­trée sur Ac­ti­vi­ties Night, j’at­tends que les choses se calment à par­tir de lun­di pro­chain. Mais pour vous don­ner une idée, j’ai­me­rai com­men­cer par or­ga­ni­ser la Se­maine de Sen­si­bi­li­sa­tion à la Santé Men­tale. Les an­nées pas­sées, nous nous sommes concen­trés sur la créa­tion d’ate­liers mais nous avons re­mar­qué que peu de per­sonnes y ont par­ti­ci­pé. C’est pour ce­la que cette an­née nous ai­me­rions in­tro­duire des pro­jec­tions de films et des dis­cus­sions avec des pro­fes­seurs me­nant à des dé­bats. Nous al­lons aus­si com­men­cer le List­serv qui se­ra heb­do­ma­daire ou bi­heb­do­ma­daire. Pour fi­nir, j’ai des mee­tings pré­vus avec les dé­lé­gués de la santé men­tale pour par­ler de la tran­si­tion se pas­sant cette an­née. Alors qu’avant, la santé men­tale et le sou­tien psy­cho­lo­gique étaient sé­pa­rés à Mcgill, ces deux en­ti­tés ont main­te­nant été re­grou­pées. Ce­la mène à des chan­ge­ments dont nous dis­cu­tons chaque mois. Les cartes d’as­su­rance couvrent main­te­nant aus­si les ser­vices de santé men­tale. LD: Pou­vez-vous dé­ve­lop­per sur les pre­mières étapes de l’exé­cu­tion des trois pro­grammes dont vous avez par­lé dans votre cam­pagne «Draw the Line», «I don’t say» and « Pro-pro­nouns »?

Pour le pro­gramme « Draw the Line » , je vais al­ler vers SACOMSS et les per­sonnes ayant créé cette cam­pagne à On­ta­rio. J’ai­me­rais avoir des in­ter­ve­nants de là-bas à Mcgill pour me gui­der dans ma dé­marche. Pour le pro­gramme « don’t say » je compte m’adres­ser aux dé­par­te­ments ath­lé­tiques. Même si les joueurs dans les équipes de haut ni­veau ne le réa­lisent pas for­cé­ment, ils ont beau­coup d’influence sur les étu­diants à Mcgill et ils sont es­sen­tiels pour le bon dé­rou­le­ment de cette cam­pagne Pour le pro­gramme « Pro-pro­nouns » , je compte com­men­cer dès la fin du se­mestre. Cette cam­pagne est in­terne et se­ra plus fa­cile à dé­ve­lop­per au sein de l’uni­ver­si­té.

LD: En quoi le bud­get de cette an­née va li­mi­ter la créa­tion de nouveaux clubs, sa­chant que votre pré­dé­ces­seur, Elaine Pat­ter­son, nous avait par­lé du mo­ra­toire ayant été créé l’an­née der­nière ?

JE: Le Mo­ra­toire a été le­vé en mai. L’es­pace al­loué au club est tou­jours un problème donc nous cher­chons ac­ti­ve­ment dans la com­mu­nau­té mont­réa­laise un bâ­ti­ment libre à uti­li­ser. Le fi­nan­ce­ment des clubs ne de­vrait pas po­ser problème. x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.