Ma­chine pen­sante mont­réa­laise

Mon­tréal est choi­sie comme nou­vel em­pla­ce­ment de la FAIR.

Le Délit - - Innovations - capucine lorber Le Dé­lit

Au­cune époque n’au­ra connu de chan­ge­ments aus­si ra­pides et fon­da­men­taux que celle dans la­quelle nous évo­luons ac­tuel­le­ment. Les avan­cées tech­no­lo­giques de ces der­nières an­nées, bien que moins op­ti­mistes que celles pré­dites par Ku­brick dans 2001: L’odys­sée de l’es­pace, ont dé­fié les pré­dic­tions de nom­breux cher­cheurs dans ce bien jeune do­maine.

Il y a une soixan­taine d’an­nées, à l’aube de l’ère des or­di­na­teurs, le scien­ti­fique Alan Tu­ring ré­flé­chis­sait dé­jà à la pos­si­bi­li­té d’une ma­chine pen­sante. À l’époque des livres d’isaac Asi­mov, concep­teur des Lois de la Ro­bo­tique, on dé­cri­vait l’hu­ma­ni­té comme étant en constante in­ter­ac­tion avec la ma­chine. Au fur et à me­sure des an­nées, cette fas­ci­na­tion pour la ma­chine, alors qu’un mé­ca­nisme in­tel­li­gent et au­to­nome s’est dé­ve­lop­pé, se trans­for­mant en­suite en une cer­taine crainte. Cette an­goisse est d’ailleurs per­çue au tra­vers de nom­breux films, comme le dé­montre le block­bus­ter à succès mon­dial Ter­mi­na­tor, qui dé­crit de fa­çon post-apo­ca­lyp­tique la re­la­tion entre l’homme et la ma­chine, qui fi­nissent par se battre. Un autre exemple pour­rait être ce­lui de la sé­rie West­world - où, à l’ins­tar de la créa­tion du Doc­teur Fran­ken­stein, la créa­ture s’éman­cipe de son maître.

Quand l’élève dé­passe le maître

Quelle que soit la ma­nière dont chacun per­çoit cette avan- cée, la ques­tion de la place de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle dans nos exis­tences ne s’est jamais au­tant po­sée. Tout comme celle de ses per­for­mances, qui ne cessent d’im­pres­sion­ner. Ce n’est qu’en 1997 que le su­per-or­di­na­teur Deep Blue bat­tit le cham­pion du monde d’échecs Gar­ry Kas­pa­rov. À peine vingt ans plus tard, L’IA Al­pha­go de Google Deep Mind ga­gna au jeu de go contre Lee Se­dol, l’un des meilleurs joueurs mon­diaux. Pour mieux com­prendre l’im­por­tance de cette vic­toire, il est né­ces­saire de no­ter que le jeu de go contient plus de confi­gu­ra­tions pos­sibles dans son dé­rou­le­ment qu’il n’y a d’atomes dans l’uni­vers. Cette course entre le cer­veau hu­main et les IA n’en est pas res­tée à ces succès: un an plus tard, lors de la com­pé­ti­tion du jeu en ligne Do­ta 2, L’IA Ope­nai, rem­por­ta la com­pé­ti­tion contre le fa­vo­ri Den­di.

Un choix FAIR en­ough

Suite à cette ef­fer­ves­cence d’in­no­va­tions, il n’est guère sur­pre­nant que Fa­ce­book se soit joint à la course. Lors de la confé­rence qui s’est te­nue à Mcgill ce ven­dre­di 15 sep­tembre, les re­pré­sen­tants de l’en­tre­prise an­non­cèrent leur nouveau par­te­na­riat dans la re­cherche avec la ville de Mon­tréal et l’uni­ver­si­té Mcgill. À la tête de l’équipe mont­réa­laise de FAIR ( Fa­ce­book Ar­ti­fi­cial In­tel­li­gence Re­search) se tient le pro­fes­seur Joëlle Pi­neau, une cher­cheuse de l’uni­ver­si­té Mcgill. Ce centre de re­cherche a à sa tête le pro­fes­seur Yann Le­cun, l’un des pères fon­da­teurs du deep lear­ning, c’est-à-dire des al­go­rithmes per­met­tant aux IA de cher­cher des in­for­ma­tions afin de les ap­pli­quer à des pro­blèmes concrets. Les pos­sibles ap­pli­ca­tions quo­ti­diennes aux­quelles ces cher­cheurs ai­me­raient abou­tir s’étendent du do­maine de la tra­duc­tion à ce­lui de la mé­de­cine. Un exemple d’une contri­bu­tion pos­sible des IA se­rait en oph­tal- mo­lo­gie, où l’uti­li­sa­tion de ces nou­velles tech­no­lo­gies per­met d’ob­te­nir des diag­nos­tics plus sûrs, spé­cia­le­ment sur la ques­tion de la ré­ti­no­pa­thie dia­bé­tique, la cause de cé­ci­té vi­suelle la plus cou­rante au Ca­na­da.

Vers un fu­tur in­tel­li­gent

Mike Schroep­fer, di­rec­teur de la re­cherche en in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle chez Fa­ce­book ex­plique le choix de Mon­tréal comme nou­vel em­pla­ce­ment pour FAIR, suite à ses im­plan­ta­tions pré­cé­dentes à Men­lo Park en Ca­li­for­nie, New York et Pa­ris, «en rai­son du ta­lent qu’on y trouve». La ville, avec son grand nombre d’uni­ver­si­tés, ses centres de re­cherche et ses in­ves­tis­se­ments dans le do­maine de la re­cherche sur les IA fait of­fice de nouveau hub dans la ré­gion. Dans son al­lo­cu­tion à ce su­jet, le Pre­mier Mi­nistre Tru­deau a dé­cla­ré que le «Ca­na­da [était] l’en­droit idéal pour for­mer le fu­tur » ( Ca­na­da is the right place to shape the fu­ture, en an­glais, ndlr). Quels que soient les aver­tis­se­ments du scien­ti­fique Ste­phen Haw­kings sur les dan­gers d’une ma­chine douée d’in­tel­li­gence, il ne fait plus au­cun doute que les IA au­ront une place im­por­tante dans notre fu­tur et construisent dé­jà notre pré­sent. x

alexis fioc­co

alexis fioc­co alexis fioc­co

Do­mi­nique An­glade: Mi­nistre de l’éco­no­mie, des sciences et de l’in­no­va­tion

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.