Tu­multe aux études is­la­miques

La pour­suite du Pro­fes­seur Ibra­him force Mcgill à in­ter­ve­nir au sein de l’ins­ti­tut.

Le Délit - - Actualités - An­toine mi­lette-ga­gnon Édi­teur Ac­tua­li­tés

L’Ins­ti­tut d’études is­la­miques de Mcgill (IEIM) a vu la com­po­si­tion de son ad­mi­nis­tra­tion mo­di­fiée en sep­tembre der­nier lorsque la di­rec­trice de l’ins­ti­tut, Prof. Mi­chelle Hart­man, et le di­rec­teur des pro­grammes de pre­mier cycle, Prof. Pa­sha Khan, ont été re­le­vé·e·s de leurs fonc­tions ad­mi­nis­tra­tives.

Chan­ge­ment de di­rec­tion

La Prof. Hart­man avait été nom­mée di­rec­trice de l’ins­ti­tut plus tôt cet été, suc­cé­dant au Prof.ro­bert Wis­nos­ky. Dans un cour­riel adres­sé au Dé­lit la vice-prin­ci­pale exé­cu­tive ad­jointe (équi­té et prio­ri­tés aca­dé­miques) An­ge­la Camp­bell a ex­pli­qué que « la dé­ci­sion vise à as­su­rer qu’il n’y ait au­cun membre de l’ad­mi­nis­tra­tion de l’ins­ti­tut étant en conflit d’in­té­rêts ou pou­vant faire l’ob­jet d’al­lé­ga­tions de conflit d’in­té­rêts ».

Pour la rem­pla­cer, le Prof. Mar­tin Grant, an­cien doyen de la Fa­cul­té des sciences, a été nom­mé au poste d’in­ten­dant pour l’an­née aca­dé­mique 2018-2019. An­ge­la Camp­bell jus­ti­fie ain­si la dé­ci­sion : « À la lu­mière de pro­fonds conflits in­ter­per­son­nels au sein de l’ins­ti­tut, le vice-prin­ci­pal exé­cu­tif et vice-prin­ci­pal aux études (Prof. Ch­ris­to­pher Man­fre­di, ndlr) a ju­gé que les in­té­rêts des étu­diant·e·s, des membres de la Fa­cul­té et du per­son­nel de l’ins­ti­tut se­raient le mieux ser­vis en nom­mant une per­sonne de l’ex­té­rieur pour ad­mi­nis­trer les opé­ra­tions de l’ins­ti­tut […]. » Le Prof. Pa­sha Khan, quant à lui, a été rem­pla­cé au poste de di­rec­teur des pro­grammes de pre­mier cycle par le Prof. Ma­lek Abi­saab.

La pour­suite en cause

Dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé le 21 sep­tembre, l’as­so­cia­tion étu- diante des études du monde is­la­mique et du Moyen-orient ( World Is­la­mic and Middle East Stu­dies Stu­dents As­so­cia­tion ou WIMESSA en an­glais) a in­di­qué que l’ad­mi­nis- tra­tion mc­gil­loise leur avait ex­pli­qué que la dé­ci­sion était liée à la pour­suite du Prof. Am­hed Fe­kry Ibra­him di­ri­gée vers le Prof. Pa­sha Khan et une étu­diante de l’ins­ti­tut.

Dé­po­sée en juin der­nier, la pour­suite ré­clame 600 000$ à la par­tie dé­fen­de­resse pour dif­fa­ma­tion ain­si que dom­mages mo­raux et perte de pos­si­bi­li­tés fu­tures d’em­plois. La dif­fa­ma­tion concerne les al­lé­ga­tions d’in­con­duites sexuelles dont le Prof. Ibra­him fait l’ob­jet de­puis 2015 et la ré­pu­ta­tion de « pré­da­teur sexuel » dont ce der­nier se dit être main­te­nant vic­time.

Le corps étu­diant in­quiet

Au tra­vers de tous ces chan­ge­ments, la WIMESSA s’in­quiète du manque de com­mu­ni­ca­tion de la part de l’ad­mi­nis­tra­tion mc­gil­loise. No­tam­ment, l’as­so­cia­tion étu­diante in­dique qu’au­cune in­for­ma­tion n’a été com­mu­ni­quée de la part de Mcgill en ce qui concerne la sé­cu­ri­té des étu­diant·e·s.

Le pré­sident de l’as­so­cia­tion, An­drew San­dock, abonde dans le même sens : « Plus en­core que les chan­ge­ments struc­tu­rels à l’ins­ti­tut, la longue sé­rie d’évé­ne­ments ayant eu lieu ces der­nières an­nées ont dé­fi­ni­ti­ve­ment ren­du les étu­diant·e·s in­quièt·e·s à pro­pos de leur place et de leurs études au sein de L’IEIM. »

Le pré­sident sou­ligne que de nom­breux·ses nou­veaux·elles étu­diant·e·s hé­sitent à dé­cla­rer une ma­jeure en Études is­la­miques et du Moyen-orient à cause de toute les contro­verses en­tou­rant l’ins­ti­tut. « Les chan­ge­ments à l’ins­ti­tut semblent ren­for­cer ces craintes et je crois qu’il est im­por­tant que nous in­for­mions nos étu­diant·e·s sur la si­tua­tion ac­tuelle et sur les im­pacts qu’elle au­ra sur eux·elles de fa­çon à ce qu’ils·elles puissent se sen­tir confor­tables », a-t-il écrit au Dé­lit.

Il es­père éga­le­ment que Mcgill se­ra plus à l’écoute des in­quié­tudes et consi­dé­ra­tions des étu­diant·e·s : « Cer­tain·e·s sont as­sez contra­rié·e·s par les chan­ge­ments ad­mi­nis­tra­tifs et sou­haitent faire en­tendre leur voix. Nous ne pou­vons que ten­ter de por­ter ces voix à l’ad­mi­nis­tra­tion en sou­hai­tant que celle-ci les écoute. » x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.