Le nom de nos équipes ne de­vrait pas nous faire rou­gir

Le Délit - - Éditorial - Ré­dac­trice en chef et Co­or­don­na­teur de la Pro­duc­tion La­ra Be­nat­tar et Sé­bas­tien Ou­din-fi­li­pe­cki

«En vue de po­si­tion­ner Mcgill comme un chef de file de l’après- CVR (Com­mis­sion de vé­ri­té et ré­con­ci­lia­tion du Ca­na­da, ndlr) tout en te­nant compte des points de vue par­ta­gés au sein de la com­mu­nau­té mc­gil­loise, le Groupe de tra­vail in­vite notre uni­ver­si­té à lan­cer un pro­ces­sus de consul­ta­tion à l’in­té­rieur de l’uni­ver­si­té, mais aus­si au­près des or­ga­nismes et des com­mu­nau­tés ex­ternes concer­nés, afin de re­nom­mer les équipes uni­ver­si­taires mas­cu­lines de Mcgill ». En ces termes, le Groupe de tra­vail du vice-prin­ci­pal exé­cu­tif sur les études et l’édu­ca­tion au­toch­tones de­man­daient l’an­née der­nière à l’ad­mi­nis­tra­tion de chan­ger le nom Red­men. Ce nom est une ré­fé­rence di­recte à l’ap­pel­la­tion pé­jo­ra­tive « Peaux-rouges », se­lon le rap­port du Groupe.

Le bu­reau aux Af­faires au­toch­tones de L’AÉUM (une branche des Af­faires ex­ternes de la fé­dé­ra­tion étu­diante) or­ga­nise, le 31 oc­tobre pro­chain, une ma­ni­fes­ta­tion de­vant le pa­villon de l’ad­mi­nis­tra­tion James, et ce, alors que la cam­pagne pour le chan­ge­ment de nom a sus­ci­té une forte at­ten­tion mé­dia­tique, y com­pris au ni­veau na­tio­nal. Dans un com­mu­ni­qué le vice-prin­ci­pal exé­cu­tif, le Pr. Ch­ris­to­pher Man­fre­di re­con­nais­sait pour la pre­mière fois « la frus­tra­tion et l’im­pa­tience » de la com­mu­nau­té mc­gil­loise, pro­met­tant un vaste pro­ces­sus de consul­ta­tion et ce, alors que l’uni­ver­si­té a pro­mis de re­voir ses ini­tia­tives de com­mé­mo­ra­tion et de chan­ge­ment de nom avant son 200e anniversaire. Tout en re­con­nais­sant la frus­tra­tion de la com­mu­nau­té, la dé­ci­sion du vice-prin­ci­pal exé­cu­tif ne l’al­lège pas, en nous pro­met­tant un nou­veau pro­ces­sus de consul­ta­tion, sans nous ga­ran­tir qu’une dé­ci­sion se­ra prise à sa suite.

Dans notre édi­to­rial du 25 sep­tembre, nous sou­li­gnions l’im­por­tance de bri­ser le mo­no­pole de la sub­jec­ti­vi­té, en condam­nant l’ha­bi­tude des per­sonnes non au­toch­tones à prê­ter aux Au­toch­tones des dé­si­rs, des souf­frances et des re­ven­di­ca­tions sans consul­ta­tion préa­lable. La même cri­tique pour­rait avoir au­jourd’hui une cer­taine lé­gi­ti­mi­té, au re­gard des dif­fé­rentes ré­ac­tions sus­ci­tées par l’ap­pel au chan­ge­ment de nom des équipes spor­tives mas­cu­lines de l’uni­ver­si­té.

Nous es­pé­rons que les voix se­ront pe­sées à l’aune de leurs his­toires. La mise en place de pla­te­formes de débats so­lides, ac­ces­sibles à grande échelle est ur­gente. En ef­fet, sans dis­cus­sion préa­lable entre les dif­fé­rents par­tis, et no­tam­ment sans dif­fu­sion claire des souf­frances cau­sées par l’as­so­cia­tion des équipes spor­tives de l’uni­ver­si­té à des sym­boles et des sté­réo­types vio­lents liés aux com­mu­nau­tés au­toch­tones, le ré­sul­tat des consul­ta­tions ne pour­ra être sa­tis­fai­sant. Il ne se­ra que le fait de sen­ti­ments iso­lés, no­tam­ment ceux éma­nant du fort at­ta­che­ment des ath­lètes et des ama­teurs·rices de sport à l’uni­ver­si­té, qui n’au­ront pas pu être re­mis en ques­tion en pro­fon­deur. Il faut que ceux et celles qui ré­pètent que le nom Red­men n’est qu’une ré­fé­rence aux cou­leurs de l’uni­ver­si­té en­tendent la force per­for­ma­tive du lan­gage : quelle que soit l’in­ten­tion à la source de la créa­tion de ce nom, ce der­nier ren­force les vio­lences sym­bo­liques per­pé­tuées à l’égard des com­mu­nau­tés au­toch­tones.

Si Pr. Ch­ris­to­pher Man­fre­di sou­ligne l’im­por­tance du « sen­ti­ment d’ap­par­te­nance en­vers le nom Red­men », nous pen­sons que l’his­toire d’op­pres­sion des peuples au­toch­tones au Ca­na­da et le de­voir d’exem­pla­ri­té de Mcgill à leur égard doit être pris en plus grande consi­dé­ra­tion. Il est pro­bable que le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance de la com­mu­nau­té soit da­van­tage lié aux équipes et à leurs per­for­mances spor­tives qu’au nom ins­crit sur le jer­sey des joueurs. Il nous semble que les va­leurs prô­nées dans les hautes sphères du sport mc­gil­lois, comme le res­pect, le cou­rage et l’es­prit d’équipe cor­res­pondent au com­bat me­né avec dé­ter­mi­na­tion de­puis plu­sieurs se­maines pour le chan­ge­ment de nom. x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.