Mcgill et son cô­té fran­co­phone

Le Dé­lit fait une mise à jour de l’état du fran­çais sur le cam­pus.

Le Délit - - Actualités - An­toine Mi­lette-ga­gnon Édi­teur Ac­tua­li­tés

Alors que la cam­pagne de pro­mo­tion du « French side » de l’uni­ver­si­té Mcgill existe de­puis main­te­nant trois ans, cer­tain·e·s peuvent se ques­tion­ner quant à la vé­ri­table pré­sence du fran­çais sur le cam­pus. Dans ce contexte, Le Dé­lit a ap­pris que l’ad­mi­nis­tra­tion mc­gil­loise plan­che­rait sur la créa­tion d’un co­mi­té pour la pro­mo­tion du fran­çais à Mcgill.

Une dé­marche re­tar­dée

Se­lon le pré­sident de l’or­ga­ni­sa­tion de la fran­co­pho­nie à Mcgill (OFM), Ch­ris­tophe Sa­voie- Cô­té, l’ini­tia­tive da­te­rait du se­mestre d’hi­ver 2018. « Cette dé­marche a émer­gé suite à une dis­cus­sion que nous avons eue avec Louis Ar­se­neault, vice-prin­ci­pal et membre de l’ad­mi­nis­tra­tion. M. Ar­se­neault a ma­ni­fes­té son ap­pré­cia­tion du dy­na­misme fran­co­phone à Mcgill et s’est mon­tré très en­thou­siaste à l’idée de créer une sy­ner­gie fran­co­phone qui se­rait do­ré­na­vant plus ar­ri­mée avec l’ad­mi­nis­tra­tion », a-t-il in­di­qué au Dé­lit. Mu­na To­ji­boe­va, pré­si­dente de L’AÉUM pen­dant l’an­née sco­laire 2017-2018, s’est éga­le­ment im­pli­quée dans le pro­ces­sus, elle qui avait fait de la pro­mo­tion du fran­çais l’un des points im­por­tants de sa cam­pagne en hi­ver 2017.

« L’ob­jec­tif était alors de com­men­cer par réunir au­tour d’une même table, et ce, avant l’été, l’en­semble des ac­teurs de la fran­co­pho­nie à Mcgill afin de mettre la table pour l’an­née pro­chaine en éla­bo­rant un ca­len­drier com­mun grâce à une coor­di­na­tion à la fois ho­ri­zon­tale et ver­ti­cale des ini­tia­tives fran­co­phones », pour­suit Sa­voie- Cô­té.

Tou­te­fois, le pro­jet n’a pas abou­ti en hi­ver 2018. M. Ar­se­neault au­rait as­su­ré à L’OFM que le pro­jet n’était pas aban­don­né, mais sim­ple­ment en re­tard étant don­né les réa­li­tés et obli­ga­tions ad­mi­nis­tra­tives de l’uni­ver­si­té. Au mo­ment d’écrire ces lignes, l’ad­mi­nis­tra­tion n’a pas ré­pon­du aux cour­riels du Dé­lit.

Une fran­co­pho­nie dis­per­sée

S’il existe plu­sieurs ini­tia­tives fran­co­phones sur le cam­pus, il y a une ten­dance à voir les or­ganes im­pli­qués faire leurs ac­ti­vi­tés cha­cun de leur cô­té sans qu’il y ait une réelle concer­ta­tion. « À Mcgill, les ini­tia­tives et res­sources fran­co­phones sont sou­vent frag­men­tées » , fait re­mar­quer le pré­sident de L’OFM. En ef­fet, que ce soit le « French side », le Centre d’en­sei­gne­ment du fran­çais ou en­core les com­mis­sions fran­co­phones des dif­fé­rentes as­so­cia­tions étu­diantes, les liens au sein de l’éco­sys­tème fran­co­phone étu­diant semblent être as­sez va­riables.

L’AÉUM bouge

Du cô­té de L’AÉUM, la pro­mo­tion du fran­çais semble avoir re­ga­gné de l’in­té­rêt de­puis quelque temps. En ef­fet, la dé­mis­sion de la vice-pré­si­dente aux Af­faires ex­ternes en oc­tobre 2018, dont le port­fo­lio com­prend les ac­ti­vi­tés de la fran­co­pho­nie au sein de l’as­so­cia­tion, a ame­né L’AÉUM à ne pas te­nir d’élec­tions de mi-man­dat, mais à plu­tôt en­ga­ger une nou­velle per­sonne au poste de com­mis­saire des Af­faires fran­co­phones. Le Dé­lit a ap­pris que le pro­ces­sus de sé­lec­tion pour le nou­veau poste était ter­mi­né et que L’AÉUM avait ef­fec­ti­ve­ment en­ga­gé une nou­velle per­sonne. L’an­nonce de­vrait être faite dès que ce pro­ces­sus se­ra ap­prou­vé par le centre des res­sources hu­maines de l’as­so­cia­tion étu­diante.

De plus, le 1er no­vembre der­nier, le Con­seil lé­gis­la­tif de L’AÉUM a vo­té en fa­veur de la Mo­tion concer­nant la tra­duc­tion en fran­çais de la do­cu­men­ta­tion de L’AÉUM. La mo­tion vise à tra­duire la Cons­ti­tu­tion de L’AÉUM, les Rè­gle­ments in­ternes de L’AÉUM, la Cons­ti­tu­tion du Con­seil de pre­mière an­née et en in­cluant éga­le­ment « tout autre do­cu­ment ju­gé ap­pro­prié ».

Re­joint par Le Dé­lit, Tre Mans­doer­fer, pré­sident de L’AÉUM, a ex­pli­qué que cette mo­tion était im­por­tante « pour l’in­clu­sion des fran­co­phones au sein des pro­ces­sus de gou­ver­nances [de L’AÉUM] ». Ques­tion­né sur la quan­ti­té de res­sources dis­po­nibles pour ef­fec­tuer la tra­duc­tion, le pré­sident s’est mon­tré confiant : « Les res­sources sont suf­fi­santes pour que ces tra­duc­tions soient ef­fec­tuées. » No­tons que le vice-pré­sident aux Af­faires in­ternes de L’AÉUM, Mat­thew Mclaugh­lin, avait in­di­qué au Dé­lit, au dé­but du se­mestre, qu’il était pos­sible de re­voir le pro­ces­sus de sé­lec­tion des tra­duc­teur·rice·s « étant don­né que ce­la de­mande des com­pé­tences très spé­ci­fiques ». x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.